Knicks

[Débrief] Game 2 – Les Knicks alias Dr Jekyll hier soir

Après Mister Hyde lors du Game 1, les Knicks ont présenté un tout autre visage cette nuit. Dans un Madison Square Garden survolté, ils ont pu se venger de la défaite de dimanche dernier. Vainqueurs des Pacers sur le score de 105 à 79, ils nous ont montré une belle démonstration de leur force collective. Oubliée pendant les PlayOffs, les Knicks ont prouvé qu’ils étaient capables de ressembler à une véritable équipe de basket. 

Dès le début du match, des signes annonciateurs ne trompent pas. Carmelo Anthony prend des shoots ouverts, finies les isolations sur chaque possession. La balle circule et tout le monde est impliqué.  De l’autre côté on présente une défense solide, prête au combat mais trop souvent dépassée pour pouvoir espérer un résultat. À Indiana, quand la défense ne va pas, rien ne va… Le pick and roll Felton-Chandler continue à faire des dégâts, comme lors du Game 1 mais il est mieux utilisé aujourd’hui. Le premier quart temps se clôt sur un avantage certain des new yorkais (29-20). La raquette est totalement bloquée par les Knicks qui obligent les Pacers à rester sur leurs bases arrières. Hibbert et West, si précieux lors du Game 1 ne sont que rarement trouvés. Toute la foule est debout, les fans sont bruyants, ils retrouvent leur équipe. Vient ensuite un second quart temps globalement bien géré par les Knicks qui auront pu assister au décollage d’Iman Shumpert. Toujours aussi précieux en défense et propre en attaque (15 points à 7/11), l’arrière new yorkais nous prouve que sa blessure au genou n’est qu’un lointain souvenir avec une claquette surpuissante. Un 7-0 vient cependant clore la période en faveur des Pacers et un Paul George qui commence à prendre chaud pour réduire l’écart à 5 petits points à la mi-temps. Et le troisième quart confirme cette tendance. Les Pacers prennent l’avantage pour la première fois de la rencontre. Le Garden commence à se refroidir. Et si Indiana pouvait refaire le coup du premier match. À 0-2 et deux déplacements à suivre à Indiana, la série serait quasiment pliée. New York n’a pas dit son dernier mot et va faire subir une terrible période aux Pacers… Tout commence à 3 minutes 20 de la fin du troisième quart.

Un 30-2 rédibitoire

Pendant près de douze minutes, la défense des Knciks va être imperméable aux shoots des joueurs d’Indiana. Seuls deux petits lancers francs, vont venir perturber l’invincibilité du mur new yorkais. Alors qui dit shoots manqués, dit attaque de transition. Et New York retrouve des jambes pour obtenir des points faciles. Felton et Martin s’amusent même, en mode concours de dunk. Balle sur la planche, K-Mart vient écraser tout ça. La balle circule de nouveau, comme en début de saison quand tout allait bien à Manhattan. Prigioni vient participer à la fête. Seul petit bémol, l’adresse de J.R. Smith n’est pas retrouvée. Le bonhomme est maintenant en grande difficulté depuis son retour de suspension, un nouveau pourcentage catastrophique (3-15) hier que ne renierait pas Carmelo Anthony dans ses grand moments de balançage de parpaings. toujours est-il que l’écart grandit jusqu’à un avantage de 30 points pour les Knicks. La messe est dite. À cinq minutes de la fin, on fait tourner. Garbage time.

Grâce aux deux premiers matchs, on aura eu une confirmation. La défense qui dominera la rencontre viendra à bout de cette série qui s’annonce longue et disputée. Après une première défaite très dure pour les new yorkais, la victoire de la nuit dernière est venue calmer les esprits. La série est égalisée. Un partout. Maintenant nous prenons la direction d’Indiana où New York devra l’emporter au moins une fois si les Knicks veulent remporter la série.

Les Tops

Pablo Prigioni : 10 points, 4 rebonds, 4 passes en 20 minutes, les stats ne sont pas impressionnantes. Cependant le plus vieux rookie de la ligue avec ses 35 balais ne se réduit pas qu’à des stats. Il apporte chaque nuit toute sa science du jeu et son QI basket. Il aura notamment été déterminant lors du run des new yorkais, assommant les Pacers. Deux paniers consécutifs auront permis aux Knicks de creuser l’écart.

Carmelo Anthony : 32 points, 9 rebonds, 3 assists, il aura fait le taff la nuit dernière et aura enfin shooté à plus de 50% (13/26), fait qui devenait rarissime ces derniers temps. en 12 minutes et un seul tir manqué. Pas grand chose à ajouter. Déterminant.

Les Flops

Paul George : 20 points à 8/16 mais 7 turnovers. Pilier de l’attaque des lignes arrières côté Pacers. Il n’aura pas totalement assumé son rôle la nuit dernière, causant plus de turnovers que toute l’équipe des Knicks réunie.

George Hill : 12 points à 4/11 au shoot et 4 turnovers. Peu adroit et causant trop de perte de balle, l’ancien meneur des Spurs aura connu un match très compliqué. Soirée à oublier.

Le chiffre

21 à 6 soit +15, c’est le différentiel des turnovers la nuit dernière. Meilleure équipe pour prendre soin de la balle en saison régulière, les Knicks ont confirmé cette tendance la nuit dernière. Étant donné que les Pacers n’ont pas su compenser par une réelle domination au rebond, ce chiffre en ressort d’autant plus important.

Highlights

[youtube width= »560″ height= »315″ video_id= »kLYjUwOih1A »]

La conf’

 

“Je ne peux m’arrêter d’attaquer, je ne peux pas m’arrêter d’être agressif quand je suis sur un terrain de basket. Je pense que je m’en suis bien sorti en faisant quelques ajustements, en étant patient. Je pense que pendant le premier match, j’étais un petit peu trop impatient en sortie d’écrans.” Carmelo Anthony ne pouvait que se féliciter après le match que lui et son équipe ont connu. Il s’agissait là d’une belle victoire collective.

“Nous avons fait des turnovers, nous n’avons pas mis un lancer franc, nous avons laissé des secondes chances et nous n’avons pas protéger la raquette. Et nous n’avons pas scorer aussi.” Pou Franck Vogel, la nuit aura été difficile. L’énumération est longue et en dit long sur le non match de son équipe.

Calendrier de la série

Game 1 : Dimanche 5 mai, Indiana @ New York à 21h30.
Game 2 : Mardi 7 mai, Indiana @ New York, à 1h.
Game 3 : Samedi 11 mai, New York @ Indiana, à 2h.
Game 4 : New York @ Indiana, à déterminer.
Game 5 : Indiana @ New York, à déterminer.
Game 6* New York @ Indiana, à déterminer.
Game 7* Indiana @ New York, à déterminer.
* : si nécessaire

6 Commentaires

6 Comments

  1. @TrashTalk_fr

    8 mai 2013 à 12 h 07 min at 12 h 07 min

    [Débrief] Game 2 – Les Knicks alias Dr Jekyll hier soir http://t.co/337IGJv4Ec

  2. Carmelordinaire

    8 mai 2013 à 12 h 22 min at 12 h 22 min

    Grosse ambiance au Madison Square Garden ! La claquette de Shumpert a été electrisante, j'en reviens toujours pas, tout comme le alley oop de Felton avec la planche pour KMart…
    Quand les Knicks jouent collectif ils sont inarretables, Carmelo aura su etre patient et attendre les shoots qui venaient à lui sans forcer… au contraire d'un JR Smith (3/15)

    Bref un match réference pour savoir comment battre les grosses équipes (Heat/OKC/Spurs/Indiana/Memphis/Chicago)

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top