Notes de match

NBA Paris Game 2023 – Les notes de Pistons – Bulls : la meilleure partie du match ? Le swag ultime de Joakim Noah

Joakim Noah

Ma chérie ça ne va pas du tout.

Source image : Bein Sports

Une saison NBA ce sont des matchs, des mecs qui les regardent et qui en parlent, mais aussi des mecs qui les regardent et qui les notent. Vengeance probable après une jeunesse passée à collectionner les zéros, et occasion rêvée en tout cas de lâcher de la punchline au kilo. Cette saison encore la Team Notes vous ravira donc de son imagination sans faille, en essayant tout de même de parler un tout petit peu de basket. Chiche ?

Cela faisait 3 ans que nous n’avions pas eu de NBA Paris Game, depuis le carton du très attendu (c’est faux) Malik Monk. Et c’est toujours l’occasion d’ouvrir le multivers en découvrant que Ronny Turiaf est une légende NBA, mais aussi de rassembler Victor Wembanyama, Ben Wallace, Rip Hamilton, Magic Johnson, Aya Nakamura, Tyga, Thomas Ngijol, Ciryl Gane, Esteban Ocon, Pharrell Williams, Aurélien Tchouameni, Khaby Lame, ou encore Mister V à l’AccorHotels Arena. Et vous savez quoi ? C’est peut-être ça le plus incroyable dans ce match, qui n’a pas tenu toutes ses promesses. On a bien eu quelques beaux dunks avec les trois vainqueurs du SDC Zach LaVine, Derrick Jones Jr. et Hamidou Diallo, on a eu quelques beaux tirs avec DeMar DeRozan et Bojan Bogdanovic, mais au final, tout ce qu’on retiendra, c’est que Joakim Noah était sapé comme un type de la ligne 13. Heureusement que Cristina Cordula n’était pas dans les parages, nous par contre, on y était, et c’est suffisant pour envoyer une salve de notes bien méritée pour cette deuxième édition, en attendant 2024.

# Detroit Pistons

Isaiah Stewart (3,5) : un panier marqué en tout début de match puis… plus grand chose. Le Stew’ a encore plus joué des coudes que dans le RER B pour rattraper tous ses loupés, mais sans toutefois être capable de les mettre dedans. Encore un qui a vu les portes se refermer devant lui.

Bojan Bogdanovic (6,5) : la seule satisfaction ce soir pour Motor City. Il était à deux doigts de chanter “Everybody from the 313 put your motherf*ckin hands up and follow me” pour imiter Bunny Rabbit dans 8 Mile, sauf que personne ne l’a suivi. 25 points ce soir et 10 000 en carrière pour Bogi.

Saddiq Bey (4) : il était censé être l’un des fers de lance de l’attaque des Pistons, mais Saddiq n’a pas respecté son propre pourcentage aux tirs. Une réussite qui sent bon la ligne 13 aux heures de pointe et qui va bien avec sa teinture aux couleurs de la Seine.

Jaden Ivey (5,5) : bon mais pas parfait, Jaden Ivey a livré un match correct dans notre très chère capitale. Un gros tomar dans le trafic et une vitesse aussi supersonique que celle d’un type qui tente de choper son RER vers Ivey-sur-Seine.

Killian Hayes (3) : le natif de Lakeland en Floride n’a pas eu de réussite et a craqué en antenne nationale, larguant un hideux 2/13 aux tirs dont 0/6 depuis Montmartre. Les 8 passes décisives et le passage chez le barber pour une hairline bien nette sauvent un peu la mise, mais Kik’s a visiblement fait un détour par la rue Oberkampf avant le match.

Alec Burks (2,5) : il a livré le match d’un gars qui passe sans ticket par dessus les portiques dans le métro. Pour s’adapter au peuple français, il s’est également mis en grève d’adresse aux tirs. On aurait pu lui laisser les Champs-Elysées, il n’aurait jamais trouvé la mire ce soir. Si les gens voulaient le voir envoyer des parpaings toute la soirée, il suffisait d’aller à la manif.

Jalen Duren (5,5) : arrivé plus tard que ses potes sur le sol français pour cause de perte de passeport, Jalen Duren a été plutôt bon dans son registre. Véritable Tour Eiffel des Pistons malgré ses 19 ans, il a fait ce qu’Isaiah Stewart n’a pas pu faire.

Hamidou Diallo (5,5) : le voltigeur du Queens ne doit pas avoir un très grand sens de l’orientation dans l’Hexagone. On lui a dit de venir pour un match à l’AccorHotels Arena, il n’a eu de cesse de s’envoler comme s’il se trouvait au Terminal 1 de l’aéroport Roissy Charles de Gaulle. Plaisir visuel en tout cas.

Isaiah Livers (5) : pas de crise de foie pour Isaiah Livers, qui a fait ce qu’il a pu en sortie de banc. Deux shoots primés en sortie de banc, et deux shots ce soir pour fêter ça.

Marvin Bagley (6m²) : 12 millions de dollars pour ne pas jouer ce match pour cause de blessure. Un appartement parisien, un peu trop cher pour ce qu’il est.

# Chicago Bulls

Nikola Vucevic (7) : hyper sollicité en début de match, le Monténégrin a peu à peu laissé la vedette à DMDR et ZLV pour la suite. Le fan numéro 1 de Booba a tout de même été très solide pour les Bulls. Que des numéros 9 dans sa team.

Patrick Williams (6) : si Patoche était un quartier parisien, ce serait La Défense, avec 2 interceptions et 2 contres à mettre au crédit du numéro 44 des Taureaux. Par contre, on a toujours cette impression troublante qu’un pigeon l’a canardé au beau milieu du crâne.

DeMar DeRozan (7,5) : létal dès le début du match à mi-distance, DMDR a fait du DMDR, un couteau chaud dans une motte de beurre qui sort du frigo. Parfait pour aller avec la baguette et le croissant, puisqu’il faut bien un parallèle avec notre cher drapeau tricolore.

Zach LaVine (8) : l’un des autres oiseaux de ce match n’a pas failli à sa réputation. Quelques beaux dunks, quelques tirs bien ficelés, et vous obtenez un match de Zach LaVine. Aussi prévisible qu’un spectacle de Jamel Debbouze, mais de meilleure qualité quand même.

Ayo Dosunmu (6) : très propre dans son jeu, il a fait lever les foules grâce à de belles actions et une belle énergie qui sont unanimement salués. Ayo Nakamura.

Coby White (6) : tranchant en début de quatrième quart-temps, il a permis aux Bulls de refaire un écart déterminant à l’aube des 12 minutes les plus importantes du match. Un date Tinder rondement mené pour lui.

Derrick Jones Jr. (6,5) : il a volé le Concours de dunks 2020 d’Aaron Gordon et volé la vedette à Ayo Dosunmu le jour de son anniversaire en demandant sa fiancée en mariage, mais il a également volé la vedette aux autres marsupiaux Zach LaVine et Hamidou Diallo, un vrai pickpocket le mec.

Alex Caruso (5) : quatre interceptions pour le divin chauve ce soir, qui a lui aussi joué les pickpockets. Faites gaffe à vos poches et à vos sacs si vous prenez le métro ce soir… Ah non, on s’en fout, vu qu’il n’y a pas de métros.

Goran Dragic (5) : on l’appelle souvent le dragon ou le dragster, mais ce soir c’était plutôt un tout petit lézard ou bien une vieille Clio 2 avec le voyant d’huile allumé.

Joakim Noah (Cristina Cordula) : ma chérie ça ne va pas du tout ! La tenue de Jooks a probablement causé un AVC chez la plus célèbre relookeuse, et des crises chez les épileptiques. Non Joakim, juste non.

# BONUS

Victor Wembanyama (10) : la planète basket est déjà acquise à sa cause, il a été encore plus ovationné que n’importe quel autre joueur NBA alors qu’il… n’est pas en NBA. Les Pistons ont bien tenté de l’embarquer avec eux, mais il a préféré taper un selfie avec Magic.

Score final de ce NBA Paris Game 2023 : 126 à 108 pour des Bulls qui ont remporté cette sorte de All-Star Game pour les nuls. Pas la meilleure publicité pour le basket, mais quand même une belle dose de kif pour des gens qui ont pu réaliser leurs rêves. Et c’est tout ce qu’on va retenir. Pour revoir le live de ce match proposé par la chaîne préférée de ton joueur préféré ? C’est ici

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top