Nets

Ben Simmons très utile à Portland : premier double-double en 521 jours, c’est con l’autre meneur revient dimanche

Ben Simmons

Que ça fait du bien de le voir comme ça.

Source image : NBA League Pass

Cette nuit, en déplacement dans l’Oregon pour y défier les Blazers (10-4) – escadron n°1 de la Conférence Ouest – les Nets (6-9) de Benny ont sorti un match un plein. Summum de la satisfaction, l’Australien ne s’est pas suffi d’un résultat collectif et a claqué son premier double-double depuis celui du 15 juin 2021 contre les Hawks. Ça commençait à remonter, c’est très cool d’y avoir remédié.

On a tendance à rapidement oublier. Un joueur traverse une mauvaise passe et zou, à force de lire des bêtises à son propos, les consciences effacent ce qui les arrangent, redéfinissent le statut du concerné et font passer la controverse avant la loi du terrain. Il eût été logique – quoiqu’un peu simple – de résumer l’affaire Ben Simmons par ces deux phrases. L’Australien fait un bon match et tous ceux qui l’ont critiqué sont dans le faux. Mais pour le coup, depuis l’élimination des Sixers en demi-finale de conférence 2021 par les Hawks, les fans de Benny ont eu environ 4506 raisons de lui attribuer des qualificatifs peu flatteurs. Cette nuit, le point forward – sans pour autant effacer l’année de galère qu’il vient de traverser – a rappelé qu’il était un fantastique joueur de collectif, défenseur volumineux, capable de laisser derrière lui une feuille de match parfaite : 15 points à 6/6 au tir, 13 rebonds, 7 assists, 1 block et un plus/minus de +13 en 32 minutes de jeu. C’en est presque émouvant. Son rôle ? Parfois poste 5 pour prendre de vitesse Jusuf Nurkic en transition, replacé en teneur de balle quand Nic Claxton est sur le parquet. Une utilisation enfin claire, plus définie que cette bouille tactique dans laquelle Ben Simmons a semblé trop de fois ajouté à un plan de jeu qui ne le prévoyait pas.

On aurait adoré assister à son premier triple-double depuis celui du 6 juin 2021 contre Washington, mais Royce O’Neale (11 points, 11 rebonds et 11 assists) lui a volé la vedette. La suite ? Selon The Athletic, Kyrie Irving sera de retour dimanche soir pour la réception de Memphis au Barclays Center. On peut s’attendre à ce que Ben Simmons soit davantage positionné à l’intérieur, comme ce fut le cas cette nuit pour, comme gratté plus haut, foudroyer les hanches du vieux Yousouf Nourkiche. Mais on ne va pas se voiler la face : les Nets ne peuvent pas trouver leur rythme si la structure du roster est sans cesse modifiée. On aura très vite une première réponse quant au visage qu’affichera Benny une fois le premier ball handler de l’équipe revenu. S’il perd en liberté offensive, immense déception. S’il est remis de côté en tant que simple élément pas super défini de la rotation, immense déception. S’il reclaque un double-double et conserve sa qualité de joueur all-around indispensable à la victoire, grande joie. C’est pour le voir sortir sur 6 fautes après un grand match défensif qu’on se lève la nuit. C’est pour le voir distiller des assists impeccables sur une coupe de Kevin Durant qu’on se lève la nuit. En fait, c’est pour le voir qu’on se lève la nuit. Pas pour cette humiliation tactico-tactique d’un grand dadet de 2m06 en réalité first pick 2016 positionné partout où le ballon n’est pas. Puissent les prochains matchs calquer cette nuit du 17 novembre.

Très très bon Ben Simmons. Allez, l’hypothèse du meilleur des mondes : Kyrie Irving revient à fond les ballons, Ben Simmons conserve ce statut de joueur de l’ombre correctement mis en lumière, Kevin Durant score à foison, Yuta Watanabe allume du parking et Royce O’Neale enchaîne. Y croyons-nous ? Clairement pas.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top