Pistons

Killian Hayes y voit de moins en moins clair : 9/52 au tir dont 3/17 à 3-points, pire pourcentage de toute la NBA, c’est quand qu’on s’inquiète ?

Killian Hayes

Et Cade est le vieux monsieur derrière.

Source image : montage TrashTalk via YouTube

Début de saison plaisant à zieuter, mais début de saison poussif pour l’équipe de France de NBA. Nos expatriés galèrent à prendre le rythme et en bout de peloton, Killian Hayes porte très (trop) haut les couleurs de la FFL.

Les moteurs français n’ont jamais été les meilleurs. Essayez un peu de grimper le col des trois marmottes en février avec une Dacia, vous avez une chance sur deux de ne pas voir la couleur de vos skis. Sans transition aucune, Killian Hayes possède actuellement le plus mauvais pourcentage de réussite de toute la NBA avec… 17,3% au tir, disséqué en 9/52 dont 3/17 à 3-points. Les mots nous manquent.

Sa fin de saison sophomore laissait pourtant entrevoir un beau redémarrage. On se souvient de sa performance contre le Thunder de Théo Maledon, datée du 1er avril dernier, qui n’avait rien d’une farce : 26 points à 48% au tir, 7 rebonds, 8 assists, 5 interceptions et 2 blocks, pour “seulement” 3 ballons perdus. Les stats d’un dragster en confiance, placé dans le cœur du jeu des Pistons, qui peine à retrouver cette insouciance – probablement liée aux maigres objectifs d’une fin de saison en bas de tableau. Quand il faut décocher à 3-points pour faire déjouer des effectifs volontaires, ambitieux et survoltés par le début de saison régulière, c’est comme si la tête bloquait le corps.

Qu’il vieillit mal cet article du Detroit News, paru fin septembre, dans lequel on suivait avec enthousiasme les progrès de Killian Hayes sur sa mécanique de tir. Plein de petites citations auxquelles on souhaite bonne route, dans l’espoir qu’elles se vérifient avant que Dwane Casey et le front office des Pistons ne perdent patience. « Il est encore jeune. Il vient d’avoir 21 ans », déclarait le coach des Pistons. « C’est encore un jeune garçon et j’ai eu des gars qui ont changé leur tir en fin de carrière. Il joue avec beaucoup de confiance, donc je suis vraiment fier de sa situation actuelle ». On ne croit pas à la culture de l’instant. Ce ne sont pas deux premières semaines de compétition qui vont envoyer Killian Hayes sur la touche. D’autant plus que les Pistons ont déjà activé son année de contrat 2023-24 à hauteur de sept millions de dollars. Il lui faut toutefois redresser la barre avant que ses statistiques ne délégitimisent sa place – et ses 18 minutes par soir – dans la rotation.

1 Comment

1 Comment

Répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top