Timberwolves

Karl-Anthony Towns veut améliorer l’alimentation d’Anthony Edwards : c’est sympa, mais il a son diplôme de diététicien KAT ?

Anthony Edwards 26 octobre 2022

Regardez-le comme il est content avec ses frites à la main !

Source image : YouTube

Bien qu’il soit un joueur pétri de qualités, Anthony Edwards a encore beaucoup à apprendre pour s’installer durablement en NBA, à commencer par son alimentation. Ant-Man est friand de fast-food, Karl-Anthony Towns le sait, ça ne lui fait pas plaisir et il compte bien remédier à ça.

Sortir du domac une heure avant un match, c’est douteux, mais tout à fait possible si vous jouez avec vos potes le dimanche matin à Petaouchnok les oies devant dix spectateurs. Mais avoir la même alimentation si vous êtes joueur en NBA, c’est forcément plus délicat, voilà pourquoi la plupart des pensionnaires de la Ligue suivent une alimentation contrôlée. Certains ne se privent pas et parmi eux, un certain Anthony Edwards. La pépite des Wolves est une terreur des terrains mais parfois il se laisse un peu aller, lui qui était d’ailleurs apparu en conférence de presse en train de manger… des frites lors de sa saison rookie. Ce péché mignon est revenu sur le devant de la scène après la défaite à domicile face aux Spurs il y a quelques jours. Un match où les Wolves ont rendu une copie bien dégueulasse, Anthony Edwards en tête avec 9 points, 10 rebonds, 2 assists sans oublier un 3/15 pas jojo au shoot. Bien loin de ses standards habituels, le jeune loup a semblé fatigué et le rythme n’était pas au rendez-vous pour le premier back-to-back de la saison. Interrogé sur les difficultés de son jeune coéquipier, KAT a souligné ses habitudes alimentaires parfois douteuses :

“Peut-être que je pourrais lui apprendre à mieux prendre soin de son corps, régime alimentaire et tout ce genre de choses. Je vais m’en charger. Je sais que vous trouvez ça drôle quand il vient ici et parle de Popeyes et de toutes ces conneries. Mais cela ne me fait pas plaisir d’entendre ça. Nous sommes des athlètes de haut niveau.”

KAT a raison, pour durer face au rythme effréné d’une saison, il est conseillé d’opter pour un régime qui ne se base pas sur le poulet frit, les frites et les sauces en tout genre. Ant-Man est un joueur redoutable et spectaculaire comme il l’a démontré à de nombreuses reprises lors des dernières saisons. Le bougre n’a peur de rien, mais il galère parfois lors de certains back-to-backs. L’explosivité et le physique sont des éléments majeurs de son jeu et il ferait mieux d’écouter son aîné pour performer sur le très long terme. Présent en NBA depuis 2015, Charles-Antoine Villes commence à comprendre l’importance de bien gérer son outil de travail. Une carrière NBA est un long apprentissage et malgré toute la précocité qui accompagne le personnage, tout n’est pas parfait chez Anthony Edwards. Attention à ne pas passer de Ant-Man à Eat-Man.

Anthony n’a que 21 piges, il a donc l’alimentation normale d’un type de cet âge-là. Le problème, c’est qu’Ant-Man est un athlète de haut niveau qui va devoir faire attention à son alimentation. Si Edwards délaisse Popeyes pour les épinards, le phénomène pourrait faire encore plus de dégâts, lui qui a déjà rebondi la nuit dernière – toujours face aux Spurs – avec 34 points et 9 passes décisives.

Source texte : Ahn Fire Digital.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top