Timberwolves

Salaires des Minnesota Timberwolves – saison NBA 2022-23 : un gâteau pour trois, et le reste partage les miettes

Salaires Minnesota Timberwolves

On a dit trois parts, Obélix !

Source image : montage via CC0 Public Domain via www.publicdomainpictures.net

Une bonne saison en NBA, cela ne se passe pas que sur le terrain. Cela se passe aussi côté finances ! La gestion de la banque est fondamentale pour toute équipe de NBA, il est donc l’heure de se pencher sur les salaires des Minnesota Timberwolves pour la saison 2022-23.

# Pour tout comprendre sur les salaires NBA :

Les salaires 2022-23 des Wolves

Salaires Wolves

RFA = agent libre restreint
UFA = agent libre non restreint

Situation financière par rapport au salary cap

  • Le seuil de la Luxury Tax est fixé à 150 267 000$ cette année
  • Le Salary Cap de la NBA est fixé à 123 655 000$ cette année

Avec 152,517,971$ engagés contractuellement cette année, les Minnesota Timberwolves sont juste au-dessus du seuil de la Salary Tax, avec pour l’instant vingt joueurs sur le payroll. Quand ils ne seront plus que quinze, la masse salariale devrait redescendre juste assez pour ne pas se prendre la petite amende qui va bien.

Là c’est clair, on met le paquet sur les stars et les autres se contentent de ce qu’il reste. Rudy Gobert est le plus gourmand, il faut bien nourrir la bête, avec près de 40 millions de dollars par an, et même plus d’ici la saison prochaine. Derrière, les deux potes Karl-Anthony Towns et D’Angelo Russell se mettent aussi plutôt bien. Heureusement pour les Wolves, l’autre star du roster, parce que oui il y en a encore une, Anthony Edwards est encore dans son contrat rookie pour deux saisons. On peut donc taper dans le salary cap allègrement en attendant de lui donner sa partie du butin, qui sera évidemment bien plus élevée que les 10 millions de dollars actuels. Pour le reste, deux joueurs à 7 millions puis plus aucun au-dessus des deux, on appelle ça une bonne gestion même si on pourrait y voir un signe de manque de profondeur dans l’effectif.

Joueurs sous contrats garantis pour la saison 2023-24 : 5

  • Rudy Gobert
  • Karl-Anthony Towns
  • Kyle Anderson
  • Wendell Moore Jr.
  • Josh Minott

Deux stars qui sont là pour gagner, un back-up de qualité, et deux rookies, voilà qui sera présent pour sûr l’année prochaine. Bon, à moins d’une catastrophe, on pourra ajouter Anthony Edwards à ce joli monde car on voit mal le front office du Minnesota ne pas activer sa team option pour leur arrière titulaire. De toute façon, cette équipe a été assemblée pour gagner, et ce n’est pas après un éventuel échec à la première saison qu’on fera tout sauter. Il faut plutôt regarder du côté des joueurs de complément pour trouver ceux dont le contrat non garanti signifiera peut-être un départ. Enfin, il y a quand même bien une star qui se pose des questions, et qu’on va se poser avec lui, zou, paragraphe suivant, Bac + 5 en transition.

Trois joueurs à surveiller cette saison :

  • D’Angelo Russell

La saison 2022-23 va commencer, et D’Angelo Russell n’a pas encore signé son extension. Son contrat arrive à terme à la fin de la saison et il deviendra agent libre non restreint, et… pas sûr que Tim Connelly ait vraiment à cœur de le conserver. Avec 31 millions de dollars sur l’année, il bouffe une sacrée part du gâteau pour un rendement pas forcément équivalent, une sorte de panneau solaire en Bretagne qui peut faire tourner la machine quand il fait beau mais qui coince un peu dès que le temps se gâte. Et en NBA on préfère le nucléaire, qui fonctionne en tout temps et à n’importe quelle heure du jour et de la nuit. On paye pour la fiabilité, et D-Lo n’est pas le plus fiable, c’est un fait. Lolo va donc devoir montrer qu’on peut compter sur lui et il faudra trouver sa place au sein d’une attaque dans laquelle Rudy Gobert va forcément peser, et être le vrai meneur qu’il peut être, qu’il a déjà commencé à être la saison dernière, en scorant moins mais en dégainant sa meilleure moyenne de passes en carrière.

  • Taurean Prince

Taurean Prince a signé une extension de deux ans avec les Wolves cet été. Ce qui n’est pas forcément signe qu’il va rester, on l’a vu avec Patrick Beverley par exemple qui a lui aussi signé pour être envoyé directement au purgatoire chez les Lakers. D’autant que sa deuxième année de contrat n’est pas garantie, ce qui signifie que sa franchise pourra le couper en fin de saison et l’envoyer direction la Free Agency. Mais Taurean Prince pourra faire valoir quelques arguments pour prouver qu’on a besoin de lui chez les Loups. À la manière d’un Kyle Anderson, toutes proportions gardées, il s’est imposé comme un back-up de qualité aux postes 3 et 4, un joueur dont on a besoin en rotation et notamment en saison régulière. Une bonne option de profondeur dont les Wolves auront besoin pour aller chercher leurs objectifs. S’il continue sur cette voie, il pourra prétendre à sa dernière année de contrat.

  • Jaden McDaniels

C’est l’heure du grand test pour Jaden McDaniels. Remplaçant pour 60% des rencontres qu’il a disputé depuis deux ans en NBA, la nouvelle organisation des Minnesota Timberwolves sur le parquet pourrait le propulser vers une place de starter au poste 3. Une véritable opportunité pour lui car sa franchise possède une player option sur son contrat en fin de saison, et il va devoir montrer qu’il est capable d’assumer les responsabilités qui viennent avec un statut de titulaire. Sa progression a déjà été très bonne la saison passée : 2,5 points de plus par match avec un temps de jeu similaire, et surtout une défense exceptionnelle pour son âge. Il a même déclaré vouloir être sélectionné dans la First Team All-Defense cette saison. L’ambition est grande et il s’en est donné les moyens : il a bossé avec Kawhi Leonard cet été. Et nul doute que s’il remplit ses objectifs personnels, il se sera donné le droit de continuer l’aventure et de viser un joli contrat en 2024.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top