Nuggets

Calvin Booth vient d’être prolongé à la tête des Nuggets : retour sur le parcours du GM de Denver, de joueur instable à dirigeant apprécié

Calvin Booth 4.10.22

Calvin Booth en voyant que le Joker est encore MVP

Source image : Youtube

En 2020, Calvin Booth était nommé GM des Denver Nuggets par Tim Connelly, président des opérations basket de la franchise et véritable décisionnaire en ville. En mai 2022, ce dernier quitte le Colorado pour le Minnesota et Calvin Booth doit donc lui succéder en tant que vrai patron. Une tâche difficile à assumer mais dont Calvin Booth semble s’accommoder, puisqu’il vient d’être prolongé dans ce rôle. Retour sur son parcours de joueur et de dirigeant parfois chaotique, parfois plus tranquille.

Tim Connelly à Denver, c’est une histoire longue de neuf ans. Neuf années durant lesquelles il a œuvré, petit à petit, pour tenter d’amener les Nuggets vers les sommets de la Conférence Ouest. Et c’est ce qu’il a réussi à faire puisqu’après cinq saisons sans Playoffs, la franchise du Colorado a retrouvé la postseason en 2019 pour ne plus la quitter depuis. Elle s’est même hissée jusqu’en finale de Conférence en 2020, finale perdue face aux futurs champions, les Lakers de LeBron James et Anthony Davis. Mais Tim Connelly à Denver, c’est avant tout la construction d’une équipe. C’est Nikola Jokić, Jamal Murray, Michael Porter Jr… Tout cela n’est jamais allé au bout mais ça aurait pu, merci les blessures, et puis comme toute belle histoire à une fin, cet été Tim Connelly a décidé de s’en aller vers des contrées plus vertes peut-être, dans le Minnesota, chez les Wolves de Karl-Anthony Towns et désormais de Rudy Gobert.

A Denver c’est donc Calvin Booth qui a maintenant les pleins pouvoirs ou presque. La tâche de succession est compliquée, mais CB vient de signer un nouveau contrat de trois ans, jusqu’en 2025 donc, et pour le propriétaire Josh Kroenke, cette décision était une évidence.

“Calvin est partie intégrante de ce que nous faisons ici depuis cinq ans et il a toute ma confiance en tant que GM. Il connaît le basket sous tous ses angles et est extrêmement brillant. J’ai hâte de continuer avec lui et toute l’organisation pour atteindre l’objectif : amener un titre de champion NBA aux Denver Nuggets.” – Josh Kroenke

Une marque de confiance pour un homme qui connaît très bien la NBA puisqu’il la côtoie depuis le siècle dernier. En tenue de sport, d’abord, car Calvin Booth a connu une longue carrière de joueur d’appoint : 3,3 points en 12 minutes par match, tout cela étalé sur dix saisons, et tout cela chez plusieurs franchises, beaucoup de franchises même : Washington, Dallas, Seattle, Dallas encore, Milwaukee, Washington à nouveau, Philadelphie, Minnesota et Sacramento, impossible d’écrire ça en retenant sa respiration. On vous laisse compter combien ça fait, sept franchises différentes avec huit transferts au compteur pour les fainéants, une bonne carrière bien stable en somme, pour un homme dont la laideur était plus souvent évoquée que son talent, ses oreilles captant apparemment la TNT bien avant qu’elle n’existe.

Cette instabilité, on aurait pu croire qu’il la connaitrait également dans son après carrière, quand il a quitté les Pelicans et son poste de scout après seulement une saison. Mais non, Calvin Booth est ensuite resté quatre ans chez les Timberwolves, avant de rejoindre les Nuggets… et cette fois c’est tout, ça ne fait que trois franchises et c’est plus facile à dire en un seul souffle. La Calve est donc arrivée à Denver en 2017 en tant que GM assistant, profitant de son accointance passée avec Tim Connelly, qu’il a connu à New Orleans et dans le Minnesota. Cinq ans qu’il est dirigeant au sein de la franchise donc, on demandait de la stabilité et on en a. C’est d’ailleurs son principal atout pour sa nouvelle mission : il connait très bien la franchise, ses joueurs, son staff, la méthode Connelly, et il ne reste plus qu’à l’appliquer en y ajoutant sa sauce piquante maison.

Plus facile à dire qu’à faire évidemment, mais certains éléments sont de bon augure. Le roster est stable, les stars sont toujours là et, surtout, Jamal Murray est de retour après une rupture des ligaments croisés et une saison et demi sans jouer. Avec tout ça et au sein d’une Conférence Ouest toujours aussi forte dont on a l’impression que ça ne changera jamais, Calvin Booth pourrait, en tant que vrai décisionnaire, faire aussi bien que son prédécesseur : atteindre la finale de Conférence. Il s’est déjà activé cet été, avec les arrivées notamment de Bruce Brown Jr. et de Kentavious Caldwell-Pope. Pour aller encore plus loin ?

Calvin Booth a la difficile tâche de succéder à Tim Connelly en tant que patron des Denver Nuggets, mais il a tous les atouts pour réussir au vu de son parcours de dirigeant. Reste à savoir s’il peut se servir de son expérience (et de ses oreilles) pour emmener Nikola Jokić et Jamal Murray sur le toit de la NBA.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top