Nuggets

Les Nuggets envoient un message au reste de la Ligue : aller taper Milwaukee en back-to-back avec une équipe amoindrie, check

Il y a des victoires qui comptent plus que d’autres, celle-ci en fait définitivement partie. En allant gagner chez les leaders de toute la NBA, en back-to-back et sans deux de leurs starters indiscutables, les Nuggets ont envoyé un message au reste de la Ligue. Don’t sleep on Denver !

Disons que toutes les conditions étaient réunies pour que les dauphins des Lakers à l’Ouest passent une mauvaise soirée dans le Wisconsin. Un MVP de retour pour Milwaukee, son frère aligné dans le cinq majeur avec lui pour continuer d’écrire l’histoire, un bilan de 22-2 à domicile avant ce match pour les Daims et tout ça après avoir reçu le Jazz quelques heures plus tôt dans le Colorado sans Jamal Murray, ni Paul Millsap. On n’a pas la cote des bookmakers sous les yeux, mais autant directement faire un virement à l’ordre de la banque d’un inconnu à ce niveau-là. Surtout que Gary Harris et Mason Plumlee manquaient également à l’appel. Pourtant, Mike Malone n’avait pas prévu de venir faire du tourisme à Beer City, ni de s’envoyer des grosses pintes dans le gosier avant le match. Le magicien devait au moins faire mine d’y croire sous peine de passer une longue soirée au Fiserv Forum et il nous a sorti ses plus beaux tours pour repartir de ce traquenard avec une nouvelle win dans les valises. Abracadabra !

Dans un match de traînard, les pépites ont parfaitement géré leur business et la fatigue en envoyant déjà un gros pourcentage du parking tout en regardant les brique de Giannis s’écraser sur le plexi. Un joli 22/46 collectif qui fait évidement figure de record de saison pour les Nuggets et qui traduit un peu ce qui s’est passé cette nuit à Milwaukee. Il fallait que tout le monde soit au diapason pour espérer pouvoir repartir avec autre chose qu’une défaite et c’est exactement ce qui s’est passé, du premier au neuvième homme. C’est bien simple, tout le monde a terminé en double digit, même le petit P.J. Dozier et Juancho Hernangomez, qui commence sérieusement à chauffer en l’absence du militaire. Avant de se blesser légèrement à la cheville, le rookie MPJ y est allé de son petit double-double tandis que le Joker manque le triple pour une petite passe décisive. L’homme du match, c’était l’équipe hier. Bien plus qu’une expression toute faite, ça traduit exactement le sentiment du coach face à la feuille de stats après le combat.

Les Nuggets clôturent un mois de janvier absolument parfait en venant mettre fin à une série de neuf victoires consécutives des leaders NBA, chez eux. Mais ce n’est pas le seul exploit réalisé au cours des 31 derniers jours que Denver termine avec un bilan de 11 succès pour 5 défaites malgré l’absence de plusieurs joueurs cadres, dix sorties à l’extérieur, quatre back-to-backs et neuf adversaires avec des bilans positifs. Les montagnards s’installent confortablement sur le podium de la Conférence Ouest entre les deux équipes de L.A. et ils n’ont que trois petits matchs de retard sur les Lakers. Après une petite période compliquée lors d’un road-trip à l’Est en décembre, les Nuggets ont remis la marche avant et roulent à toute allure sur l’autoroute des Playoffs.

Leurs futurs adversaires au printemps pourront étudier ce match car lorsqu’ils jouent en équipe comme c’était le cas hier soir, il est difficile de les priver de ce pour quoi ils se déplacent. L’enseignement des deux Game 7 vécus en 2019 semble commencer à porter ses fruits et la politique de continuité devrait permettre à Denver de revenir encore plus fort en Playoffs cette année.

Source texte : ESPN

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top