Pelicans

Zion Williamson a rejoué après 518 jours sans basket : 15 minutes de pirouettes aériennes et la victoire à Chicago, y’a des news qui donnent le smile

Zion Williamson

Trop mignon.

Source image : NBA League Pass

Zone de brume en Playoffs devenue vérité cinq mois plus tard. En mai dernier, quand les Pelicans se faisaient vaillamment sortir en six matchs par les Suns, rien n’indiquait à coup sûr que Zion Williamson serait de retour pour la saison 2022-23. Cette nuit, le 1er choix de la Draft 2019 a enfin rejoué après… 518 jours loin des parquets. C’était court, mais ça a le mérite d’avoir existé.

La jolie boxscore maison, c’est par ICI !

Quinze minutes de Zion Williamson en plein mois de septembre – quand la NBA somnole encore – est l’un des plus beaux cadeaux que le basket-ball pouvait nous faire. L’occasion de faire le bilan sur son état de forme à deux semaines du début de saison. L’a-t-on vu dominer ? Pas franchement. A-t-il correctement joué avec ses partenaires et attendu son tour pour monter au cercle ? Plutôt. Ce Zion Williamson version 4 octobre 2022 était un Zion altruiste, qui n’a pris que 6 tirs et scoré seulement 13 points en 15 minutes de jeu. Pour autant, ses qualités athlétiques n’ont pas disparu. On l’a vu – à deux reprises – refuser l’accès au cercle à Patrick Williams, avec toute la hauteur qu’on lui connait. Ce même Patrick Williams qui s’est mangé la spéciale « feinte de départ à gauche mais je file ligne de fond pour décoller ». Et si une chose n’a pas changé, c’est bien la pose d’appuis de Zion : une fois que l’intérieur des Pels a les pieds dans le plat, se mettre devant n’est plus un acte de courage mais de folie. En ce point sa relation avec Jonas Valanciunas – écarté ligne de fond par Willie Green – risque d’être particulièrement délicate à défendre. La prise à deux est rendue impossible par la capacité de Zion ET Jonas à dégainer de loin (toute proportion gardée). Tu viens en aide quand Zion drive ligne de fond et pouf, le grand Lituanien s’est déjà écarté pour sanctionner à mi-distance. On l’a pas mal vu ce soir, ce jeu à deux risque de dicter une partie de la saison des Pelicans.

Et le 8e choix de la Draft 2022, ce petit Dyson Daniels, qu’est-ce qu’il donne tiens ? 23 minutes de jeu pour un moyen 5/15 au tir : on avait promis de ne pas le juger avant que débutent les joutes de régulière, mais qu’est-ce que ce gamin est nul. Du moins, c’est ce qu’on aurait dit si notre travail se limitait à lire les feuilles de match. Dans le jeu, Dyson Daniels semble être un vrai playmaker à l’instinct défensif évident (3 interceptions et 2 blocks). Il était le 2e joueur “fraîcheur” à suivre dans cette partie, du coup on vous résume la suite en pêle-mêle : Patrick Williams se la donne mais ne fait toujours pas de stats, Alex Caruso a joué divinement, le backcourt Ayo Dosunmu – Zach LaVine est une redoutable arme offensive, le backcourt Ayo Dosunmu – Zach LaVine n’est pas une redoutable arme défensive, Coby White a joué trois minutes, Andre Drummond a inscrit ses 4 premiers points sous le maillot de Chicago (c’était sport), Willy Hernangomez a mis beaucoup de points mais toujours moins que contre la France, Devonte’ Graham a claqué 21 unités en sortie de banc, et les Pelicans se sont imposés 129 à 125 pour leur premier match de pré-saison.

Bravo Zion, bravo les Pelicans et bravo le sport. On boucle ce papier sous le coup d’un immense affrontement entre Victor Wembanyama et Scoot Henderson, donc on file pour vous servir tout ce qu’il y a à gratter avant le réveil.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top