Hawks

Salaires des Atlanta Hawks – saison NBA 2022-23 : Trae Young dans le Top 10 des plus gros contrats NBA

Salaires Atlanta Hawks

Avec tous ces gros contrats, c’est l’heure d’aller loin pour les Hawks

Source image : montage via CC0 Public Domain via www.publicdomainpictures.net

Une bonne saison en NBA, cela ne se passe pas que sur le terrain. Cela se passe aussi côté finances ! La gestion de la banque est fondamentale pour toute équipe de NBA, il est donc l’heure de se pencher sur les salaires des Atlanta Hawks pour la saison 2022-23.

# Pour tout comprendre sur les salaires NBA :

Les salaires 2022-23 des Atlanta Hawks

Source : Spotrac

Situation financière par rapport au salary cap

  • Le seuil de la Luxury Tax est fixé à 150 267 000$ cette année.
  • Le Salary Cap de la NBA est fixé à 123 655 000$ cette année.

Avec 148,480,277$ engagés contractuellement sur cette saison 2022-23, les Atlanta Hawks vont devoir faire des choix niveau roster s’ils ne veulent pas entrer dans la Luxury Tax.

Le front office a réussi quelques coups cet été, pour améliorer sensiblement l’effectif tout en se délestant de certains contrats gênants, notamment celui de Danilo Gallinari, qui touchait plus de 20 millions par an à Atlanta. Avec ce cap space libéré, les Hawks ont signé Dejounte Murray pour 33 millions sur deux ans et d’autres joueurs aux salaires plus bas, qui ne dépassent pas les 5 millions de dollars par an : Aaron Holiday et Frank Kaminsky, notamment. Et ça a tout d’une bonne affaire pour Atlanta.

Joueurs sous contrats garantis pour la saison 2023-24 : 5

  • Trae Young
  • John Collins
  • Clint Capela
  • Dejounte Murray
  • A.J. Griffin

Quatre titulaires sur les cinq, 100 millions de dollars à eux quatre, soit deux tiers de la masse salariale totale des Hawks. C’est avec ce roster qu’Atlanta veut gagner : on a tout mis sur ces gars-là et ça va devoir payer. A.J. Griffin, lui, est un rookie et à court-terme un joueur d’appoint, qui sortira déjà du banc pour quelques minutes par-ci et par-là.

Trois joueurs à surveiller cette saison

  • Bogdan Bogdanović

Le Serbe touche 18 millions par an et possède une player option en fin de saison. Titulaire sur la moitié des matchs qu’il a joué la saison dernière, il va falloir surveiller l’évolution de son statut. Les Hawks ne peuvent peut-être pas se permettre de perdre un back-up capable de planter ses 15 points tous les soirs en sortie de banc, et même la moitié du temps en faisant partie du starting 5. Nate McMillan va peut-être vouloir le sécuriser en lui donnant plus d’opportunités en tant que titulaire, surtout au poste 3, où il est en concurrence avec De’Andre Hunter. Problème, lui aussi est à surveiller (on en parle juste après), puisqu’il sera agent libre à l’été. Au poste 2, l’arrivée de Dejounte Murray refroidit clairement les espoirs de temps de jeu de Bogdan Bogdanović.

  • De’Andre Hunter

On l’a dit plus haut, De’Andre Hunter devrait batailler avec son coéquipier pour une place dans le starting five à l’aile. Son avantage sur Bogdanović : l’âge, puisqu’il a cinq ans de moins que le Serbe. Il est probable que les Hawks lui donne la priorité, il sera agent libre restreint en fin de saison et va donc devoir se montrer pour décrocher un contrat à plus de 10 millions de dollars la saison. Ce duel entre les deux va s’avérer être une situation périlleuse pour la franchise, d’autant que sa masse salariale est très élevée. Elle va peut-être devoir faire un choix et n’en garder qu’un pour éviter d’entrer dans la Luxury Tax. Lequel chassera l’autre ? La réponse est peut-être dans leur nom.

  • Onyeka Okongwu

Une team option attend le contrat du pivot américano-nigérian en fin de saison. Back-up de l’indéboulonnable et triplement payé Clint Capela, Onyeka Okongwu va vouloir montrer qu’il mérite sa chance à Atlanta et de se faire quelques millions de plus par an. Si sa progression continue, il y a peu de chance que ça n’arrive pas : de 12 minutes à 20, de 3 rebonds à 6, de 4 points à 8, tout a doublé pour lui, sauf son salaire évidemment, entre sa première et sa deuxième saison au pays du Coca-Cola. Il devra donc éviter de faire pschitt et continuer de prendre de la bouteille pour s’attirer les faveurs de son front office. Gêné par les blessures depuis plusieurs années, il vient de connaître sa première off season en bonne santé. Pour, on l’espère, sa première saison à plus de 50 matchs.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top