EuroBasket

L’attentat de Rudy Fernandez sur Tony Parker en 2011 : une faute flagrante qui définit bien l’animosité entre France – Espagne

Alors que la France et l’Espagne se retrouvent à nouveau face-à-face en finale de l’EuroBasket ce dimanche (20h30), retour sur un épisode qui a enflammé la rivalité (et l’animosité) entre les deux pays : le mauvais geste de Rudy Fernandez sur Tony Parker en finale de l’Euro 2011. 

Aujourd’hui, mettre une photo de Rudy Fernandez sur les réseaux suffit à faire monter le sang au visage de bon nombre de fans de l’Équipe de France. Mais pourquoi donc cette colère envers le vétéran et capitaine de l’Espagne ? Pour le comprendre, il faut remonter à la source, à l’origine du beef qui existe entre Rodolfo (son vrai prénom) et les Bleus.

Nous sommes donc en 2011 et la France et l’Espagne ont rendez-vous en finale du championnat d’Europe en Lituanie. Pour la Roja, rien de bien nouveau car elle squatte les podiums depuis plusieurs années déjà. Portée par sa génération dorée (Pau et Marc Gasol, Juan Carlos Navarro, José Calderon, Rudy Fernandez, Jorge Garbajosa, Sergio Rodriguez, entre autres) l’Espagne a remporté le Mondial 2006 et même l’Euro 2009. Favorite à sa propre succession, elle croise la route d’une Équipe de France en pleine ascension. Battus dans les grandes lignes par ces mêmes Espagnols deux ans plus tôt, les Français veulent confirmer leurs progrès face à l’ogre ibère. Pour cela, ils peuvent compter sur un noyau très solide de joueurs NBA avec Tony Parker, Boris Diaw, Nicolas Batum mais aussi Joakim Noah. Le match de poules a pourtant montré qu’il existait un énorme gap entre les deux équipes (96-69 pour la Roja), mais il s’agit d’une finale et tout peut donc arriver.

Beaucoup plus solides que lors des derniers affrontements et portés par un Tony Parker au top, les Bleus montrent un bon visage face à un adversaire largement favori. Et puis arrive l’action qui va faire dégoupiller tous les fans du cocorico.

Boris Diaw récupère la balle à l’extérieur, voit le cut backdoor de Tony Parker, le sert idéalement pour le lay-up facile… et là, c’est le drame. Rudy Fernandez vient en aide à son coéquipier mais il est terriblement en retard. Il attrape Tony Parker au niveau de la gorge alors qu’il est en plein vol, c’est ce qu’on appelle généralement une « cravate » sans avoir à bosser dans le textile. Inutile de préciser à quel point ce geste est particulièrement dangereux… TP au sol, tous les copains arrivent en renfort pour dire leur manière de penser à Fernandez et tout de suite c’est l’attroupement entre Français et Espagnols.

Si cette action ne décidera pas de l’issue du match en lui-même, elle donnera le ton pour la suite des affrontements entre les Bleus et la Roja. Opposés à ces mêmes Espagnols un an plus tard aux JO de 2012 à Londres, les Bleus perdront d’ailleurs leurs nerfs face à leur bête noire, Batum et Turiaf se rendant coupables de grosses fautes sur les Ibères. Un coup de sang isolé ? Non, juste la réponse face à un adversaire qui a donné le premier coup. Ce que confirmait d’ailleurs Vincent Collet en 2012.

« Le basket c’est physique. On ne recevra aucune leçon des journalistes espagnols. Vos joueurs ne font pas de cadeau, nous ne ferons pas de cadeau non plus. » […]

Rudy Fernandez et les Français ne partiront pas en vacances ensemble et ça ne date pas d’hier. Espérons que le capitaine espagnol montrera un meilleur visage sur le terrain dimanche soir, au risque de se faire de nouveaux copains (non) du côté de l’Hexagone. 

Source texte : France Info

1 Comment

1 Comment

Répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top