Suns

NBA Flashback 2021-22 : retour sur la mi-temps historiquement nulle des Suns lors du Game 7 des demi-finales de Conf face aux Mavericks

Phoenix Suns Dallas Mavs 22 août 2022

30 points d’écart. A la mi-temps.

Source image : YouTube

Période creuse oblige, TrashTalk a pris l’habitude chaque été de vous faire revivre avec émotion les plus grands moments de la saison écoulée. Même en 2021 d’ailleurs, malgré un été qui avait alors mis l’ensemble de nos forces vives en PLS, mais ça c’est une autre histoire. On reprend donc notre bonne vieille formule, on recule de quelques pas, de quelques mois, et on se souvient que cette saison 2021-22 fut folle, du premier au dernier jour. Aujourd’hui ?

Attendue ? Cette confrontation l’était sans aucun doute. À la hauteur des attentes ? D’une manière bien différente que ce à quoi l’on s’attendait justement, elle le fut même plus encore. Un bout d’histoire s’est même écrit sous nos yeux dans cette nuit du 15 au 16 mai 2022, forgeant celle d’un jeune prodige en pleine ascension au détriment de ceux pour qui la chute fut brutale. Souvenez-vous.

Après le blowout de 28 points infligé par les Celtics aux Bucks lors du Game 7 des demi-finales de Conférence Est quelques heures plus tôt, c’est avec l’envie d’assister à un match bien plus serré que nous nous installons confortablement devant l’autre win or go home de la soirée : Mavs – Suns. Chez eux, Devin Booker et Chris Paul font office de favoris. Pourquoi ? Eh bien parce qu’ils ont le meilleur bilan de la Ligue avec 64 victoires sur la saison régulière, parce que les trois matchs joués à Phoenix lors de cette série ont été remportés par les Soleils avec un écart moyen de 19 points, et tout simplement parce que sur le papier, arrivés jusqu’en Finales NBA l’an passé, les hommes de Monty Williams semblent plus armés en termes d’effectif et d’expérience que ceux de Jason Kidd. Et puis il faut réagir après la fessée du Game 6, où des Mavs emmenés par Doncic et Dinwiddie – tiens tiens on risque de reparler de ces deux-là – s’étaient imposés de 27 points. Après avoir autant parlé, autant trashtalké, autant provoqué, il nous semble à ce moment-là impossible que ces Suns s’effondrent, impossible de ne pas les voir un minimum assumer leur statut. Foutaises. L’avantage d’être un fan de NBA, c’est de voir ce que l’on pense être des certitudes s’envoler pour laisser place à la stupéfaction, à l’inattendu. C’est justement cela que va nous rappeler la bande à Luka cette nuit-là, et ce dès l’instant où le chrono se déclenchera.

Jamais. Phoenix ne mènera jamais dans ce match. Si espoir il y a eu, il n’aura jamais été aussi grand que lorsque le score était de 0-0, car tout ce qui s’en suit n’est qu’une succession d’humiliations infligée par Dallas et mené par un chef d’orchestre slovène même pas encore au sommet de son art : Luka Doncic. Dès l’entame, la pépite prend les choses en main en scorant les huit premiers points des Mavs. Trop puissant pour Bridges, trop smooth pour Ayton, trop crafty pour tout l’Arizona, la superstar fait l’étalage de tout son bagage, et Monty Williams ne trouve aucune solution pour le stopper. Et comme si cela ne suffisait pas, à l’image d’un Spencer Dinwiddie complètement en feu en sortie de banc, tous les coéquipiers du Slovène vont se mettre au diapason. En face, rien ne rentre pour des Suns au ralenti, et pour qui les choses ne vont faire qu’aller de mal en pis. Dominé dans tous les compartiments du jeu, Phoenix va littéralement s’écrouler dans le deuxième quart-temps. Airballs, passes dans les tribunes, défense impuissante face au talent, au génie, à la magie de Luka… le public du Footprint Center passe en 24 minutes du chaudron à la climatisation. Une fois la mi-temps sifflée, les Suns ne peuvent que constater les dégâts.

Pour la première fois de l’histoire des Game 7, l’écart à la moitié du match est de 30 points : 57-27 en faveur de Dallas. Du jamais-vu, et nos yeux ont d’ailleurs toujours du mal à le croire. Comment est-il possible d’autant passer à côté de la plus importante rencontre de ta saison ? Voilà la question que l’on a envie de poser à CP3 et ses copains. Car ne cherchons pas bien loin les responsables d’un tel massacre, ils sont tous trouvés. La paire Booker-Paul n’a toujours pas rentré un seul shoot (0/11) tandis qu’Ayton, qui est lui à 1/4, n’a pris que 4 rebonds, soit un de moins que Jalen Brunson. Au final, on parle d’un horrible 10/41 au tir pour Phoenix avec seulement 8 passes pour 7 pertes de balle. Une honte, il n’y a pas d’autres mots. Et les fans ne s’y trompent pas, eux qui huent et sifflent les joueurs à leur aller et retour des vestiaires. Évidemment, difficile de ne pas parler des bourreaux du jour et notamment de Luka Doncic, qui rivalise statistiquement à lui seul avec les Suns sur cette première mi-temps : 27 points, 9 rebonds, 3 passes et 1 interception à 9/12 au tir dont 4/7 du parking et 5/5 aux lancers. Oui oui, les Soleils ne mèneraient même pas au score dans un 1 contre 5 face à Luka, qu’est-ce que vous voulez qu’on vous dise ? Comme un symbole, c’est d’ailleurs sur un step-back three assassin envoyant Cam Johnson à terre que Luka va atteindre cette barre des 27 puntos. Mention spéciale également aux 21 points de Spencer, faisant de la paire Doncic-Dinwiddie la première à plus de 20 points chacun à la mi-temps d’un Game 7 depuis Patrick Ewing et Allan Houston en 1997.

La suite du match ? Pas la peine d’autant en parler. Sachez juste que l’écart atteindra les 46 points au cours du dernier quart-temps avant de redescendre à 33 pour un score final de 123-90 (on parle quand même de la quatrième plus grosse défaite de l’histoire des Game 7 malgré tout). Ni Luka, ni Finney-Smith, ni Kleber n’auront joué du dernier quart. Deandre Ayton sortira lui au bout de 3 minutes après la reprise, tandis que Booker et Paul erreront encore quelque temps sur le parquet, avant de sortir sonnés. Il règne tout sauf une ambiance de Game 7 dans ce Fooprint Center, où le garbage time commence anormalement tôt pour une rencontre si attendue, censée être si disputée. Il faut dire que quand le cinq final de Dallas se compose de Sterling Brown, Boban Marjanovic, Trey Burke, Josh Green et Marquese Chriss, on est en droit d’être déçu. De nos vies de fans de NBA, il ne fait aucun doute que peu de matchs nous auront autant marqué que celui-ci. On parle tout simplement d’un upset all-time, dont la violence et la surprise ne seront pas égalées de sitôt.

Dans le sillage de Luka Doncic, les Mavs avaient donc atomisé les Suns de Devin Booker et Chris Paul lors de ce Game 7 des demi-finales de Conférence Ouest. L’impuissance de Phoenix et l’humiliation subie dès la fin de la première mi-temps resteront à jamais des tâches gênantes dans la carrière des Soleils, dont une réaction sera attendue dès la saison prochaine.

Source texte : Yahoo Sports / NBA.com / Sporting News / Basketball Reference

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top