Hawks

Sharife Cooper a été coupé par les Hawks : qui veut d’un jeune playmaker stylé en quête d’une seconde chance ?

Sharife Cooper 26 juillet 2022

Le shérif quitte Atlanta

Source image : YouTube

Quelques semaines après lui avoir proposé une qualifying offer qu’il venait de signer vendredi dernier, Atlanta a décidé de se séparer de Sharife Cooper. Une très mauvaise nouvelle pour le jeune meneur, qui vit un été à l’image de sa saison : plutôt compliqué.

On le pensait sorti d’affaire, mais c’est finalement tout l’inverse qui est arrivé. Fin juin, les Hawks avaient en effet proposé une qualifying offer à Sharife Cooper, qui aurait dû lui assurer un avenir à Atlanta où il aurait continué de faire la navette entre banc de l’effectif NBA et parquets de G League. Agent-libre restreint, ce dernier a visiblement patienté avant de répondre à cette proposition afin de tâter le marché, sans réussite. Il n’était donc pas étonnant de le voir accepter cette qualifying offer il y a seulement quatre jours, lui garantissant ainsi un two-way contract pour la saison prochaine. Nous ne pouvions néanmoins pas anticiper que le management des Hawks déciderait aussi rapidement de couper le petiot, pour qui la franchise semble donc ne plus avoir de plans. Il faut dire qu’après avoir été drafté en 48ème position en 2021 par les Aiglons, Cooper a vécu une première année compliquée en Géorgie. En G League, tout d’abord, sous les couleurs des College Park Skyhawks, ce dernier a passé l’essentiel de l’exercice 2021-22 en tant que back-up de Cat Barber. Et on ne vous fait pas un dessin, mais quand on vous préfère un mec qui s’appelle « Barbier pour Chat », c’est que les prochains mois risquent d’être longs. Avec environ 17 points et 7 passes de moyenne en 43/36/91 sur 22 matchs de saison régulière, Sharife n’a pas été des plus convaincants, et a donc logiquement manqué d’opportunité dans la grande Ligue. Car au total, ce dernier n’aura porté le maillot des Hawks que 39 minutes cette année, soit une contribution impossible à juger. Il existait donc un scénario dans lequel le shérif poursuivait son aventure en Géorgie en continuant son apprentissage sur la base de ce qu’il faisait en 2021-22, mais cet été fut sans doute déterminant dans le choix fait par la franchise de couper le jeune homme.

Dès le 30 juin, une bonne grosse Woj Bomb nous annonce en effet qu’Atlanta récupère Dejounte Murray contre Danilo Gallinari et plusieurs tours de Draft. Et même si Murray et Cooper ne jouent pas du tout dans la même catégorie, on ne peut s’empêcher de penser que le backcourt des Hawks se remplit de plus en plus, laissant ainsi moins de place aux jeunots. Dès le lendemain, les Faucons continuent sur leur lancée en signant Aaron Holiday, alors devenu agent-libre après une saison passée du côté de Washington puis Phoenix. Là encore, c’est un guard qui rejoint le roster, scellant à ce moment-là quasi-définitivement le sort de notre cher Cooper en NBA, qui ne pourra donc s’exprimer qu’en G League la saison prochaine, sauf rare exception. Mais comme si cela ne suffisait pas, Sharife va lui-même se tirer une balle dans le pied pendant la Summer League. Légèrement blessé au pouce, ce dernier va réaliser une ligue d’été… claquée au sol. S’il avait su se montrer il y a un an, il aurait mieux fait de ne pas venir cette année : 4,4 points et 4,2 passes à 19% au tir dont 18% à 3-points en 21 minutes de moyenne sur 5 matchs. Well… ça n’est pas de cette façon que l’on parvient à convaincre un GM de vous maintenir dans son projet. Bien que sa blessure puisse en partie expliquer ces performances catastrophiques, elles ne fut pas une raison suffisante pour empêcher l’inéluctable décision des Hawks qui ont donc décidé, au vu de tous les éléments rappelés ci-dessus, de se séparer du shérif, qui ne semblait de toute façon pas promis à un grand avenir en Géorgie.

Il y a quelques jours encore, Sharife Cooper signait bien gentiment des autographes aux jeunes fans d’Atlanta. Aujourd’hui et bien malheureusement, ce dernier doit de mettre en quête d’une nouvelle équipe prête à lui donner sa chance, car le playmaking du gamin pourrait apporter à beaucoup de jeunes squads. Enfin, on regardera tout de même du coin de l’œil qui bénéficiera du dernier « two-way contract » que possèdent désormais les Hawks.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top