Draft NBA

Profil Draft 2022 – Chet Holmgren : la licorne que tout le monde attend arrive très prochainement en NBA

S’il y a bien un joueur que tout le monde attend en NBA l’année prochaine, c’est Chet Holmgren. Le joueur de Gonzaga au jeu unique pour son physique si démesuré sort d’une très bonne saison freshman avec Gonzaga et compte bien faire de même dès l’année prochaine, au sein de la grande Ligue.

# SON PROFIL GROSSO MODO

  • Âge : 20 ans. Le jour de sa naissance, le FC Lorient faisait la une de l’Equipe, comme quoi il est né il y a bien longtemps.
  • Position : Pivot ou licorne, on hésite.
  • Équipe : Gonzaga Bulldogs
  • Taille :  213 centimètres
  • Poids : 88 kilos, pareil que Jordan Clarkson.
  • Envergure : 229 centimètres, la longueur de ma table de salle à manger. Oui j’ai vérifié.
  • Statistiques 2021-22 : 14,2 points à 60,7% au tir dont 39% de loin, 9,6 rebonds, 1,8 passe décisive et 3,6 contres en 26,3 minutes de moyenne sur la saison.
  • Comparaison : Dirk Nowitzki en plafond, Kristaps Porzingis en plancher ?
  • Prévision TrashTalk : 2ème place.

_____

Chet Thomas Holmgren est né et a grandi dans la Minnesota, et plus précisément dans la magnifique ville de Minneapolis. Son père Dave n’a pas été un grand joueur de basket, même s’il a évolué dans la fac des Gophers de Minnesota. Cependant, il est devenu célèbre pour avoir enregistré tous les matchs de son fiston avec un caméscope depuis qu’il est en sixième. Le garçon grandit très vite, et tout le monde se doute que Chet va finir par atteindre les 2m10 comme son papa. Le meneur qu’il était au début de ses années collège se transforme au fur et à mesure de sa croissance en un pivot dominant avec un style de jeu inédit. Chet a gardé ses skills de guard tout en dépassant la barre symbolique des 7 feet. À partir de là, tout s’accélère et le natif de Minneapolis attise la curiosité des foules, le poste 5 est propulsé sur le devant de la scène mondiale. Aux côtés de Jalen Suggs pour son avant-dernière année de lycée du côté de Minnehaha, le duo explose et l’état du Minnesota devient la sensation ultime du high school américain. Entre eux et Paige Bueckers, meilleure joueuse du pays cette année-là, personne ne peut leur faire concurrence. 

Après le départ de son poto Suggs pour Gonzaga, le bro Chet ne change pas de lycée et s’éclate toujours autant. Et en voyant la campagne des Bulldogs à la March Madness 2021, le grand bonhomme se dit qu’il y a un coup à faire l’année suivante. Après avoir été élu MVP de la Coupe du Monde U19 2021 en Lettonie, le Gatorade High School Men’s Basketball Player of The Year 2020-21 décide donc de rejoindre le programme basé dans la ville de Spokane (Washington) pour aider Gonzaga à enfin remporter le titre national tant convoité. Sa première saison universitaire accompagnée par la belle moustache de camionneur de Drew Timme et le talent canadien Andrew Nembhard se passe comme sur des roulettes. Le poste 5 est élu Freshman et Défenseur de l’année de sa conférence, il est même élu à l’unanimité au sein de la First Team All-WCC. Au niveau national, il devient membre de l’All-American Second Team aux côtés de Jaden Ivey et de Jabari Smith Jr. Il sera également comme ses collègues Paolo Banchero et Jabari Smith Jr. finaliste mais non vainqueur du Karl Malone Award. Après avoir remporté le titre de leur conférence, les Bulldogs s’envolent pour la March Madness avec dans leur bagages la rancoeur de la finale perdue l’année passée et la pression due à leur seed 1. Dans le même tableau qu’eux se dresse Duke, mais Gonzaga se fera éliminer avant de les rencontrer. Texas Tech mettra cruellement fin aux rêves de titre de Chet Holmgren lors du Sweet Sixteen. Avant de passer à autre chose, on vous laisse regarder quelques highlights de l’un de ses matchs de saison régulière.

Chet possède un vrai profil unique qui n’a jamais été vu auparavant en NBA. On en a vu des joueurs étiquetés “licorne” sans pourtant l’être réellement, mais cette fois-ci le qualificatif est très bien utilisé. Avec une si grande taille, arriver à tirer, dribbler et passer aussi fluidement, cela relève bien de l’irréel. Contre des raquettes plus puissantes, la vitesse est l’un des seuls moyens possibles pour compenser le déficit de kilos. Donc Chet court, très vite pour un intérieur de 2m13, et est inarrêtable en coast-to-coast. Sur jeu placé, l’intérieur réussit à tirer de n’importe où sur le terrain. Du parking, le joueur de Gonzaga aligne 39% de réussite à un plutôt grand volume pour un poste 5 à la très belle mécanique de tir : 3,3 tentatives par match en moyenne pour un garçon qui est censé squatter les raquettes, c’est très fort. Au niveau du tir intérieur et mid-range, Monsieur Holmgren a réussi à rendre ses possession de balles très efficaces. Que ce soit sur du catch-and-shoot, du pick-and-pop, sur du fade-away, Chet a raté très peu de tirs cette saison, et lit extrêmement bien le jeu sur ces situations. De l’autre côté du terrain, le natif de Minneapolis est très dynamique en défense, il ne rechigne jamais à la tâche et s’en sert mentalement pour être encore plus destructeur ensuite en attaque. Ses instincts de contreur sont exceptionnels, et sur les interceptions, l’intérieur n’hésite pas à sauter sur les ballons puis foncer en contre-attaque sans perdre le ballon pour en conclusion martyriser le cercle.

On ne va pas fermer les yeux là-dessus, mais le physique reste le plus gros point faible de Chet Holmgren. Lors de la saison régulière, le pivot avait plus de concurrence à l’entraînement avec Drew Timme qu’en match. Mais en March Madness, ça n’a pas été la même. Contre Memphis et sa bête physique Jalen Duren, Chet a été plus que malmené dans la raquette, le duel n’est allé que dans un sens. Donc il est normal de se demander comment le pivot de Gonzaga va pouvoir résister face aux pivots les plus baraques de la Ligue, comme Steven Adams ou Bam Adebayo. Sa création de tirs pour lui et les autres sera aussi impactée : les passes et dribbles simples en NCAA ne le seront plus en NBA. Il n’y a pas beaucoup de big men avec sa morphologie au sein de la Ligue, et encore moins qui ont réussi à tenir le coup physiquement. Si beaucoup le comparent à Kristaps Porzingis, on espère qu’il ne se blessera pas autant. Si on continue du côté offensif, Chet Holmgren n’a jamais été un scoreur né par rapport à ses concurrents dans la course au premier pick. Sa moyenne de points sur la saison le montre très bien, l’intérieur ne va pas être le style de joueur qui va réclamer le ballon sur plusieurs possessions de suite et prendre feu en mettant 20 pions en une mi-temps. En tant que pivot, il ne peut tout simplement pas avoir ce genre de rôle. Mais à côté de joueurs tout aussi prometteurs, comme Shai Gilgeous-Alexander à OKC ou Franz Wagner à Orlando, Chet peut devenir une deuxième ou troisième option offensive très fiable. 

# ALORS SI ON RÉSUME…

Points forts :

  • Défense
  • Tir extérieur
  • QI basket

Points faibles : 

  • Physique
  • Sera-t-il la première option offensive ?
  • Création de tirs pour les autres et lui-même

DANS LES MOCKS DRAFTS, CA DIT QUOI ?

  • ESPN annonce Chet Holmgren en 2ème position.
  • Bleacher Report annonce Chet Holmgren en 2ème position.
  • The Athletic annonce Chet Holmgren en 2ème position.
  • Draft Room annonce Chet Holmgren en 1ère position.
  • Tankathon annonce Chet Holmgren en 2ème position.

Très sûrement choisi en première ou seconde position jeudi prochain, Chet Holmgren a l’opportunité de devenir le plus haut pick de l’histoire de Gonzaga, après Adam Morrison choisi en troisième lors de la Draft 2006. Annoncé du côté du Thunder, le potentiel nouveau diamant devrait arriver dans la franchise idéale pour encore se polir, et prendre des bras à la salle de muscu accessoirement.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top