Celtics

Jayson Tatum porte les Celtics à Miami : 27 points à 63% au tir, nouvelle réaction en sortie de défaite, et dire qu’il n’a que 24 ans

Jayson Tatum

Mental de chef.

Source image : NBA League Pass

Il est pour Boston, une formidable raison de croire au titre. À seulement 24 ans, Jayson Tatum s’impose comme le numéro un d’une franchise qui joue très gros. Cette nuit encore, dans le blowout infligé au Heat, sa constance a permis le contrôle d’un match qui – de par son enjeu – aurait pu tourner dans l’autre sens. Débrief.

Et vous, que faisiez-vous à 24 ans ? Dans le tunnel de la FTX Arena, Jayson Tatum porte Deuce – son gosse de quatre ans – sur ses épaules. L’ailier de Boston vient d’arracher le Game 2 d’une finale de conférence, et ainsi de récupérer l’avantage du terrain. Son match, sans mériter un défilé de superlatifs, a été bon : 27 points, 5 rebonds, 5 assists et 1 interception à 8/13 au tir, dont 4/6 à 3-points. Mais ce matin, malgré l’énorme coup réalisé par Boston sur cette rencontre, c’est la dynamique globale du joueur que l’on souhaite évoquer. Sur ces Playoffs, il tourne à 28.2 points à 45% au tir dont 39% du parking, 5.8 rebonds, 6 assists et 1.5 interception. Une ligne statistique de qualité, qui de surcroît dissimule un sacré sens du timing. Comme mentionné par le tweet ci-dessous, c’est dans les matchs d’après-défaite que Jayson Tatum est le meilleur. D’une rencontre à l’autre, il ne permet pas à l’adversaire de transformer une courte avance en sérieuse option vers le prochain tour. Si une feuille de match à 27 unités ne paraît pas stratosphérique, c’est davantage dans la répartition de ses points que l’ancien de Duke a brillé. En première mi-temps, au moment où s’est façonné l’écart, Tatum a envoyé 20 points à 7/10 au tir dont 3/4 à 3-points. Ne pas laisser au Heat le temps de s’installer dans la partie, c’était le plan.

Et s’ils allaient au bout ? Le collectif des Celtics est chanmé. Quand chacun est dans son match – phénomène de coordination bien plus fréquent cette saison – les Celtics n’ont pour l’instant trouvé aucune équipe capable de leur tenir tête. Cette alchimie, invoquée par une merveilleuse construction d’effectif, place Jayson Tatum dans d’excellentes dispositions pour marquer la NBA de son passage, dès l’âge de 24 ans. On n’est pas encore allé ouvrir le Guiness Book du basket-ball, mais pas sûr qu’ils soient légion à avoir remporté un titre si tôt, avec un tel impact. Pour la petite stat maison, il faut remonter à 2011 et l’époque Jason Terry à Dallas pour qu’un joueur avec les initiales « J.T » participe à un Game 2 d’une finale de conférence, et y distille au moins 5 passes décisives. Le genre d’accomplissement que l’on a mis 45 minutes à trouver, qui est probablement faux – de toute manière sans valeur – et que vous aurez déjà oublié à la fin de cette phrase. M’enfin, il est encore un peu tôt pour guetter les records à tomber, et Jayson Tatum doit dans un premier temps réitérer à la maison. Performer en sortie de défaite, c’est bien. Ne pas performer en sortie de défaite car il n’y a pas eu de défaite, c’est mieux.

Une fois n’est pas coutume mais douze commencent à l’être, les Celtics récupèrent l’avantage du terrain grâce à un Jayson Tatum proprissime, encore. Rendez-vous dans la nuit de samedi à dimanche, à 2h30, pour la troisième manche de cette série. 

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top