Notes de match

Les notes de Celtics – Nets : pas de spoil, mais Kyrie Irving et Jayson Tatum ont la moyenne

Kyrie Irving / Jayson Tatum

Et un gros match de Marcus Hazanavicius.

Source image : montage TrashTalk via The Artist

Une saison NBA ce sont des matchs, des mecs qui les regardent et qui en parlent, mais aussi des mecs qui les regardent et qui les notent. Vengeance probable après une jeunesse passée à collectionner les zéros, et occasion rêvée en tout cas de lâcher de la punchline au kilo. Cette saison encore la Team Notes vous ravira donc de son imagination sans faille, en essayant tout de même de parler un tout petit peu de basket. Chiche ?

Il y a eu Verdun, il y a désormais le TD Garden. On a connu meilleure phrase d’accroche, moins condamnable, mais elle résume en douze mots 48 minutes de pur basket-ball. Les enjeux, innombrables, ont ennobli notre dimanche soir : un premier tour de Playoffs, le retour de Kyrie Irving à Boston, un duel Derrick White – Patty Mills à 8.000 kilomètres de San Antonio, et somme toute, Kevin Durant en tenue de basket-ball. Allez, envoyez les notes.

# BROOKLYN NETS

Kevin Durant (4,5) : excellement défendu par Jayson Tatum, il n’a pas eu assez d’espace pour respirer. Oui, le temps d’une soirée, Kevin Durant a vécu comme un étudiant parisien.

Kyrie Irving (9,5) : dans un monde où les sifflets du public se liquéfient, la gourde de Kyrie en est remplie. Six tirs du parking, une lecture du jeu parfois géniale, un majeur à destination du public, et une performance qui passe à un Jayson Tatum près d’entrer dans le livre des plus grandes clims de l’histoire. Dans son monde, nulle autre définition.

Seth Curry (5) : déjà qu’un Curry c’est difficile à défendre, alors Seth ? Outre cette vanne bien lourdingue, le sniper de Brooklyn a sorti une chouette première mi-temps – méritant son numéro 30 dans le dos – avant de laisser les gros bonnets faire leurs affaires.

Bruce Brown (5) : le gars de l’effectif qui soulage les quatorze autres d’un boulot monstre. Il met son bandeau, pose des écrans alors qu’il fait 1m64, casse des côtes et défend comme un homme de Néandertal. Mais ce soir, coté à 6.80 dans le duel des Brown, Bruce s’est incliné devant le trop polyvalent Jaylen.

Andre Drummond (5) : tellement facile sous le cercle, Andre n’a absolument pas conscience de son physique, ni de ce qu’il pourrait faire avec. Le Hodor de Brooklyn.

Patty Mills (4) : douze minutes qu’il aurait pu dédier à une cause plus honorable, comme rester sur le banc pour permettre à un autre gars de jouer.

Goran Dragic (6,5) : facteur X en milieu de rencontre, Goran n’a joué « que » 26 minutes dans un match où son expérience aurait pu peser davantage.

Nic Claxton (5) : un vrai match d’intérieur : 13 points, 8 rebonds, 3 blocks et 1/5 aux lancers. Les mains de Playmobil ont parfois du charme, dommage que Nic et Bruce Brown aient, sur la feinte de Marcus Smart, complètement déposé leurs cerveaux.

Kessler Edwards (4) : il inscrira dans son CV : « Deuxième meilleur « Edwards » des Playoffs NBA 2022 ». Le recruteur lui demandera : « c’est pas ouf ça, non ? ». Kessler répondra : « non ».

Ben Simmons (non-noté) : il est cet élève qui a la mention « ABS » dans tous ses relevés de notes : son chien est décédé sept fois en février, et il a eu quatorze fois la grippe en quinze jours.

# BOSTON CELTICS

Al Horford (8) : 20 points et 15 rebonds à 62% au tir, Al Horford a deux modes : Pat Ewing quand il est dans l’agglo de Boston, Alexandre Chassang lorsqu’il en sort.

Daniel Theis (4,5) : pas le meilleur des matchs pour l’Allemand qui, au moins, n’a pas fait d’ombre à Alperen Sengun. On to the next one.

Jayson Tatum (10) : a passé son premier quart-temps sur la ligne des lancers, avant de démarrer le camtar à base de caviars pour les copains, puis d’enfiler le costume qui est le sien. Un patron, audacieux, artisan d’un bien joli fadeaway sur Kevin Durant – ô combien symbolique de son match – puis de ce spin au buzzer, dont le timing est tellement bien senti. Rien à jeter.

Jaylen Brown (7,5) : l’un des grands artisans de cette victoire. Bien qu’en légère galère offensive, Jaylen a EXCELLÉ de l’autre côté du parquet (4 interceptions et 2 blocks). Se dire qu’il peut mieux faire est – d’un point de vue collectif – terrifiant.

Marcus Smart (7,5) : Marcus Smart aurait aimer emmerder les non-vaccinés, mais manque de bol, il est tombé sur le meilleur d’entre-eux. L’amour de la vanne ne devant pas noyer le mérite, on retiendra ce gros coup de chaud à 3-points, ainsi que ce don de soi, toujours apprécié dans les matchs couperets.

Grant Williams (?) : il a plutôt bien joué, mais son plus/minus de -17 nous fout le doute.

Derrick White (6) : même quand les Spurs ne jouent pas les Playoffs, ils trouvent une manière de s’y faire représenter, et plutôt dignement. Dans son rôle de 6è homme, sur 28 minutes, Derrick White a joué avec droiture.

Payton Pritchard (non-noté) : huit minutes de jeu, un gros tir primé, une célébration, la victoire : vive les types dans son genre.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top