Mavericks

Les Mavs résistent au retour des Wolves : Pat Beverley est entré dans la tête de Luka Doncic mais Luka est sorti de la salle avec la win

Luka Doncic 22 mars 2022

Luka Doncic et Pat Beverley se sont chicanés toute la soirée mais ce fut bon enfant, et au final la bonne opération est pour les Mavericks !

Source image : NBA League Pass

Superbe match en fin de nuit entre les Mavericks et les Wolves, entre deux équipes qui jouent un magnifique basket depuis un paquet de semaines et, match dans le match, entre deux drôles d’énergumènes qui ont saupoudré la rencontre d’un peu de trashtalking. Victoire des Mavs de deux petits points, dans un de ces soirs qui sentait bon l’intensité des Playoffs.

Les stats maison de ce drôle de choc du printemps c’est juste ici

On a donc passé un très bon moment cette nuit devant ce match entre les Wolves et les Mavs, d’autant plus que ce ne fut pas tout à fait le genre de match auquel on s’attendait. Ce à quoi on s’attendait ? Une passe d’arme entre deux cracks offensifs, le génial Luka Doncic d’un côté et le tout frais élu Joueur de la semaine Karl-Anthony Towns de l’autre, les deux hommes étant dans une forme olympique récemment et portant chacun leur équipe à un bilan sacrément satisfaisant. Au final ? La ligne de stats est assez parlante, car si l’un comme l’autre n’a pas eu sa grandeur habituelle (22/8 pour KAT et 15/6/10 pour Lulu) c’est tout simplement qu’ils ont 1) été très bien défendu et 2) laissé par conséquent les clefs de la rencontre à d’autres loulous. 

Côté Mavs ? Un énorme match de Dwight Powell, peut-être son meilleur cette saison, un Dwight Powell qui a défendu plus fort qu’à son habitude et qui a surtout sorti une fiche offensive parfaite à 22 points à 8/8 au tir, parfait aussi pour compenser les lacunes d’un Maxi Kleber qui lui défend mais qui demeure en grande difficulté en attaque depuis quelques semaines. Beaucoup de Dwight Powell donc, mais surtout un carré magique composé de Jalen Brunson, Dorian Finney-Smith, Spencer Dinwiddie et Reggie Bullock, les quatre archers étant les principaux responsables de la victoire finale des Texans, alors que les Loups étaient revenus de nulle part (-16) pour prendre le lead à quelques minutes de la fin du match. Des Loups qui s’étaient alors appuyés sur le hustle de Jarred Vanderbilt ou les tirs bienvenus de Taurean Prince, habitués du genre mais pas souvent sous les feux de la rampe, dans une fin de match où chaque duel était toujours plus viril.

Le focus de ce match ? Il concernait forcément le Golden Boy Luka Doncic et son chien de garde d’un soir, un certain Pat Beverley. Les deux hommes nous ont évidemment offert une soirée originale en jouant à chat pendant 35 minutes, Luka montrant parfois des signes d’agacement au cœur d’une soirée rendue difficile par Patoche alors que ce même Patoche enchainait vociférations étranges et autres sauts de cabris à chaque duel, à chaque contact et à chaque coup de sifflet. Dans le short de Luka tout au long du match, la langue bien pendue mais le Slovène adore ça et le lui a bien rendu, à tel point qu’un climat de tension planait tout au long de la rencontre mais une tension assez positive au vu du sourire des deux hommes, capables aussi de se marrer entre deux joutes verbales et/ou physiques. Des barres de rire sur la fin de match quand Luka mima quelque chose comme “un mec maboule” après avoir tapé le hug avec son adversaire du soir, mais surtout cette victoire importante des Mavs dans la course aux Playoffs, Texans qui semblent plus à même d’aller disputer au Jazz la quatrième place alors que les Wolves tenteront surtout de conserver la sixième, perdue cette nuit au profit de Nuggets qui les ont tranquillement regardé s’incliner.

Une belle passe d’armes entre deux joueurs tellement différents mais faits pour se rencontrer, et au final l’équipe la plus en place qui l’emporte, même si le bail aurait pu être différent avec quelques lay-ups de plus d’Anthony Edwards ou quelques buckets de plus de KAT ou D-Lo. La bonne nouvelle ? Nos deux besties se retrouveront… dès vendredi soir, dans le Minnesota cette fois-ci, pour une revanche qui sent déjà la poudre, en espérant que Pat Beverley ne l’inhale pas à l’aide d’un tube en plastique.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top