Heat

Presque un an après, Victor Oladipo a fait son retour face aux Rockets : victoire, ovation, smile, et viva la vida

Victor Oladipo

Welcome back Pierrot !

Source image : NBA League Pass

Presque un an après son dernier match – le 9 avril 2021 face aux Lakers – Victor Oladipo a fait son grand retour. L’arrière a généreusement participé à la victoire contre les Rockets, son ancienne équipe. Ça n’a pas fait l’effet d’un Klay Thompson, loin de là, mais le Heat récupère un joker de luxe au moment où la franchise floridienne tabasse toute la Ligue. Ils auraient pu faire sans, mais ça se prend.

Quand on dit Victor Oladipo, à quoi pensez-vous ? Du côté de la rédaction, à ce texto envoyé par Vic à son coach perso en 2018, quinze minutes après l’élimination en Playoffs face aux Cavaliers de LeBron James. Bien que cette story fasse un peu scénar’ d’une bouse américaine dans laquelle le coach n’a aucun système et balance juste des « Allez les mecs ! » ou « Vous pouvez le faire ! », elle montre aussi tout l’acharnement d’un bonhomme. Depuis ce texto, rien, nada, que tchi, oualou. En trois saisons – et bientôt quatre – Victor Oladipo n’a disputé que 88 matchs. Une rupture du tendon quadricipital au niveau du genou droit en 2019, puis une rechute en 2021. Toute sa carrière NBA est amputée. Vint alors le schéma classique : des petits jeunes arrivent et prennent sa place, Totor le gros porc n’est plus qu’un simple asset. Et encore. Laissé libre par Houston – les Rockets envisageant Jalen Green à la Draft 2021 – Oladipo signe pour la fin de saison 2021 à Miami, puis paraphe un contrat d’un an avec la franchise floridienne, l’été suivant. Fournie dans tous les compartiments du jeu, la troupe de Spoelstra peut se permettre de tenter un pari à moindre coût. L’ancien des Pacers ne touche qu’un peu plus de 2 millions de dollars sur la saison. Certains diront que c’est trop pour un gars qui passe son temps en costard, les prochaines semaines pourraient les faire mentir. Ce lundi, presque un an après son dernier match, Victor Oladipo a rejoué contre… les Rockets. L’arrière a lâché 11 points, 1 rebond et 4 assists à 57% au tir dont 2/3 du parking. Retour gagnant.

« Seuls les athlètes comprennent vraiment ce que c’est que de se blesser et de devoir gérer cette frustration en interne […] Il l’a géré avec beaucoup de positivité et, physiquement, il est dans une bien meilleure position que l’année dernière. » – Erik Spoelstra

La fiesta totale. Pour célébrer ce retour, les différents acteurs de l’institution Heat ont tous participé, chacun à leur échelle. Le public de l’American Airlines Arena – parce que FTX Arena c’est claqué – a réservé un accueil des plus chaleureux à Vico : dans le 3ème quart-temps, des chants « O-LA-DI-PO » sont descendus des tribunes. Sur Twitter, le compte du Heat a relayé toute la soirée des vidéos de l’arrière avec le hashtag « #Dipoday ». Une tendance reprise environ douze fois, mais c’est l’intention qui compte. Dans le vestiaire, après la rencontre, Erik Spoelstra a décerné le titre d’homme du match à son joueur. En conférence de presse, d’un ton plus sérieux, le velleda floridien a ajouté qu’il fixait cependant une limite de 15 minutes par soir à Victor Oladipo. Ça a beau être la bronca, il ne faut pas faire n’importe quoi et le Spo’ compte bien gérer prudemment les futures sorties de son protégé. Le Heat n’est pas pressé, sûrement moins que le joueur en tout cas : l’effectif floridien est quasi complet, seul Markieff Morris squatte encore l’infirmerie. Les Playoffs débutent dans 39 jours et Miami reste sur douze victoires en quatorze matchs. Tout est carré donc, à une épaule de Nikola Jokic près.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top