Suns

Chris Paul en mode Radio Nostalgie : « Cette année passée à jouer pour le Thunder est quelque chose que je n’oublierai jamais »

Chris Paul 14 janvier 2022

Contrat de beau gosse dans une équipe de beau gosse qui joue le titre : qui l’eut cru quand CP3 a été transféré à OKC ?

Source : YouTube

Chris Paul est donc allé chercher sa première finale NBA à 36 ans, dans une équipe où il était la pièce maitresse avec Devin Booker et il est à nouveau en lice cette année pour mettre une première bague à son doigt. De « pire contrat de la ligue » à « retour en grâce du Point God » il n’y aura finalement eu besoin… que d’un passage par OKC. 

L’arrivée de Chris Paul aux Suns l’an dernier lui a permis d’écrire l’une des plus belles, si ce n’est la plus belle, page de son histoire de joueur NBA. CP3 a ainsi porté une équipe de Phoenix très prometteuse et bourrée de jeunes talents pour l’amener au plus haut niveau de la NBA face aux Bucks, mais la phrase inverse fonctionne aussi puisque ces jeunes de Phoenix ont aussi permis au meneur de connaître ses premières finales. Chris Paul a affirmé par sa maitrise du jeu sur le terrain qu’à 36 ans qu’il n’avait rien perdu de sa superbe, contrairement à ce que certains pensaient depuis sa saison 2018-2019. Les Suns sont l’une des équipes les plus kiffantes à voir jouer et le Point God n’y est pas pour rien, toutefois cette belle histoire n’aurait pas pu s’écrire sans son passage à OKC (2019-2020), qui aura marqué un tournant dans sa carrière et dans la legacy qu’il va laisser. L’intéressé en est totalement conscient puisqu’il est revenu sur cette saison dans une interview avec Anthony Slater.

« Cette année passée à jouer pour Oklahoma City est quelque chose que je n’oublierai jamais. C’était ma première année à vivre loin de ma famille mais la relation que j’ai eue avec mes coéquipiers et mes fans était incroyable. Cela me frustre que la saison ait été écourtée à cause du COVID-19. Ce fut une grosse saison, un gros été pour moi, traversant des choses que je n’avais jamais vécues depuis que j’étais dans la ligue.

Back to summer 2019 : les Houston Rockets sortent d’une année mitigée où ils ont une nouvelle fois perdu en Payoffs contre les Warriors de Stephen Curry, Klay Thompson, Kevin Durant et Draymond Green, spoiler c’est arrivé à des gens très bien. Le problème c’est qu’autant la saison précédente ils avaient échoué à une blessure aux ischio-jambiers de Chris Paul d’atteindre les Finales NBA, autant cette année-là, même avec la blessure de Kevin Durant au milieu de la série, ils avaient été à court de solutions. Chris Paul réalisait sa pire saison au pourcentage au shoot, avec trois points de moins que la saison précédente et une impression visuelle pas folle sur le terrain. Dans le vestiaire, les choses n’allaient pas mieux et la mayonnaise avait déjà tourné, un an seulement après sa première année idyllique dans le Texas.

C’est alors qu’on parlait de Chris Paul comme du pire contrat de la ligue et qu’on ne voyait pas comment Daryl Morey, à l’époque GM à Houston, parviendrait à s’en débarrasser. Un échange entre deux contrats horribles plus tard, Westbrook et CP3 échangeaient respectivement leurs places. On pensait alors qu’OKC avait pour projet de se débarrasser du meneur pour reconstruire la franchise avec des jeunes et beaucoup de flexibilité financière mais la saison a débuté avec Chris Paul à la baguette et… la magie a vite opéré. En véritable leader il a mené une équipe pourtant promise à un bon gros tanking jusqu’à la cinquième place de la conférence Ouest dans une saison tronquée par l’arrivée du Covid. En Playoffs tout ce beau monde retrouvait… les Houston Rockets de James Harden et Russel Westbrook, et CP3 et ses boys ont finalement perdu en sept matchs sur un contre de James Harden au buzzer (c’était vraiment n’importe quoi 2020). Les prouesses de Chris Paul tout au long de la saison, son rôle de mentor auprès de Shai Gilgeous Alexander, ainsi que son leadership global sur l’équipe auront redonné énormément de crédibilité au joueur et montré à quel point il pouvait sublimer les effectifs par lesquels il passe. Sans cette saison de haute volée, Phoenix n’aurait certainement pas tradé quatre de ses joueurs pour récupérer le meneur et nous n’aurions pas eu le droit à la saison incroyable de 2020-21, où les Suns ont fini à la deuxième place de l’Ouest et sont allés affronter les Bucks en finale, alors même que la majorité du groupe n’avait jamais connu les Playoffs.

En ce 14 janvier 2022 Chris Paul est le meilleur passeur de NBA, le meneur titulaire de l’équipe à la première place de l’Ouest et il a resigné pour 4 ans et 120 millions de dollars cet été. Celle-là, pas facile de la placer sans trembler lors de son départ pour OKC en 2019. 

Source : Yahoo Sport et TheAthletic

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top