Bucks

Les Bucks mettent la fessée aux Nets, 121 à 109 : Giannis Antetokounmpo claque un 31-7-9 en 27 minutes, pas le temps pour vos conneries

C’était l’affiche la plus attendue de la soirée, et pour cause. Bucks vs Nets à Brooklyn ? Avec Kevin Durant et Giannis Antetokounmpo ? Comme un air de retrouvailles après les demi-finales des derniers Playoffs. Malheureusement pour KD et sa bande, le Freak et ses copains ont été intraitables en déplacement : une victoire large et maîtrisée, avec un All-Star taille patron et des lieutenants qui font le sale boulot autour (121-109).

Pas de Jrue Holiday, pas de Kyrie Irving, pas grave. Pas même de Mike Budenholzer, tant pis.

Pour ce nouvel affrontement entre Nets et Bucks, la hype était quand même bien présente dans les allées du Barclays Center. Il faut dire qu’après un gros coup de mou, les hommes de Steve Nash avaient retrouvé Kyrie Irving à Indianapolis et les Nets avaient échappé à la défaite grâce à un gros run en deuxième mi-temps. C’était donc un gros ouf de soulagement et un large sourire qui apparaissait sur le visage de KD, bien content de retrouver son poto et prêt à mettre derrière lui les récentes contre-performances de Brooklyn à domicile. En face ? Un groupe incomplet mais la même attitude, avec Giannis en boss final et des soldats parfaitement briefés à ses côtés. Orphelins de leur coach présent dans le health and safety protocol, les Bucks se pointaient à New York dans l’espoir de faire un gros résultat. Dans l’espoir, si possible, d’envoyer un double-message à la concurrence en antenne nationale : on est les champions en titre, et les Nets vont devoir bosser pour rattraper leur retard collectif sur nous.

Espoir confirmé, avec un match mené de bout en bout.

D’abord, ce fût Bobby Portis, impérial tout au long de la soirée, qui donna le tempo à ses troupes. Profitant des larges espaces donnés par Brooklyn en défense, l’intérieur ophtalmo scorait à outrance et provoquait même faute sur faute côté Kevin Durant. Le trashtalking avec le banc des Nets le menait certes à nous offrir un énorme Shaqtin suite à un dunk loupé tout seul en contre-attaque, mais il fallait bien ça pour trouver quelque chose à redire du début de match des visiteurs. Pourtant, ce n’est pas comme si Khris Middleton était dans un grand soir au shoot. Au lieu de Khash Money, ce sont les Wesley Matthews et Jordan Nwora qui punissaient à distance, pour le plus grand bonheur des fans de Milwaukee. Un petit +8 à la fin du premier quart ? Un petit +11 à la mi-temps. Ce qui était jusqu’ici un match sérieusement géré par les Bucks devait nous mener, pensait-on, à une réaction des hôtes, avec un James Harden qui devait se rattraper suite à une première mi-temps désastreuse. Et bien… ce fût tout le contraire. Et au pire moment possible pour les Nets, Giannis est entré en scène en mode Playoffs 2021. Trop grand, trop lourd, trop agile, trop dominant, le Freak gardait son pied sur la nuque de ses adversaires afin de ne pas leur donner le moindre espoir. Un troisième quart-temps sous forme de masterclass, avec eurostep de la ligne des trois points, fautes provoquées, and-one ici ou là et intensité toujours au max. Une performance de leader, une performance de MVP quelque part, Antetokounmpo terminant sa soirée avec 31 points, 7 rebonds et 9 passes… en 27 minutes.

Mais alors que s’est-il passé ensuite ? Et bien malgré quelques tentatives de réveil des Nets, les Bucks n’ont rien voulu savoir. Bataille au rebond offensif, coup de chaud de Middleton, en face seul KD surnageait et seuls les jeunes Cam Thomas ou Nic Claxton semblaient montrer un peu d’entrain. Mais pas assez autour, et surtout une attitude assez déplorable collectivement de la part de Brooklyn, dans la triste lignée de ce qu’on avait pu voir récemment. On pensait les gueulantes passées, on pensait les troupes motivées, on a recroisé l’équipe qui refuse de faire les efforts au rebond et en défense, espérant que la greatness offensive de certains sauve les meubles. Peut-être face aux Pacers, mais pas face aux Bucks. Milwaukee s’est pointé avec sérieux et Giannis a été merveilleusement accompagné par Bobby Portis, Khris Middleton, Jordan Nwora, Wesley Matthews et compagnie, afin de respecter un plan de jeu nickel chrome signé Darvin Ham l’assistant. Fatiguer Durant et appuyer là où ça fait mal, en essayant de faire la différence à trois points… ce qui fût le cas (16/45 contre 6/27).

Les Nets ont été menés de bout en bout par des Bucks convaincants, plus sérieux, plus collectifs, plus engagés, et menés par un Giannis Antetokounmpo encore une fois énorme. Dans la course au MVP, ça vous dit qu’on parle du Freak un de ces quatre ? Parce qu’entre la montée de Milwaukee au classement et ses performances face aux gros de la Ligue, ça commence à faire beaucoup en faveur du MVP des Finales en titre…

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top