Timberwolves

Anthony Edwards débraguette sur les Nuggets : 38 points à 10/14 du parking, on a connu moins précoce

Anthony Edwards

Il y a du Kevin Durant dans ce visage. Un peu.

Source image : NBA League Pass

Comme si l’on manquait de dégénérés dans cette Ligue, Anthony Edwards est venu glisser une note avec le petit-déjeuner du matin. Oui, le louveteau est capable de tirer de loin, beaucoup, avec une grande réussite. C’est aussi flippant qu’appétissant, ce pourquoi l’on se vide un pot de moutarde derrière la tête comme guise de mouillage de nuque. Débrief.

La jolie boxscore maison, c’est par ICI !

Que faisiez-vous à 20 ans ? « J’ai fait tant de projets qui sont restés en l’air, j’ai fondé tant d’espoirs qui se sont envolés… », pendant qu’Anthony Edwards est tout sauf perdu et sait où aller. Ce mercredi, le louveteau (20 ans et 132 jours) est devenu le plus jeune joueur de l’histoire de la NBA à poser 10 tirs primés sur une seule rencontre. Son dauphin ? Kyrie Irving en 2015, qui avait alors 22 ans et 311 jours. La marche est immense entre le nouveau détenteur de ce record et Uncle Drew, mais tellement représentative de sa précocité. Bien que les résultats collectifs soient irréguliers au possible, Anthony Edwards continue de progresser dans son coin et de temps en temps, menace la planète orange de lui pondre une perf’ de la sorte. On reprend ça : 38 points, 5 rebonds, 2 ballons perdus, 1 assist, 1 interception et 1 block à 67% au tir dont… 10/14 de loin ! Hop, d’ores et déjà un record de franchise tombé pour Ant qui là encore, devient le seul joueur de l’histoire des Wolves à avoir claqué dix bombinettes en un match. Et si l’on souhaite gratter de la stat quelque peu tirée par les cheveux, le sophomore du Minnesota est le septième joueur de l’histoire à avoir dépassé la barre des 2000 pions sur ses 100 premiers matchs NBA, à l’âge de 20 ans ou moins. Ça ne vous parle peut-être pas beaucoup, mais voici la liste de ceux qui ont réalisé ce haut fait avant lui : Carmelo Anthony, Luka Doncic, Kevin Durant, Kyrie Irving, LeBron James et Zion Williamson. Mouai, y’a pas beaucoup de tocards.

Décidément trop esseulé, Nikola Jokic (27 points, 10 rebonds et 1 assists) n’aura rien pu faire contre le cinq de départ des Wolves. De Patrick Beverley à Karl-Anthony Towns, tous ont fait le job pour ramener cette seconde victoire consécutive à la maison. Pour conserver le focus sur Anthony Edwards, son avant-dernier bingo – un copier-coller de James Harden – sur Aaron Gordon est d’une saleté d’ores et déjà iconique, et les affiches de cette action seront sûrement disponibles à la vente, sous peu. Quelques semaines après avoir lâché le poster de l’année, Ant confirme qu’il fait partie de ces joueurs cabarets capables de transformer un match NBA en scène de crime, sans jamais oublier d’y coupler la manière. Bon, cependant on oublie pas cette vieille tentative de punch balancée à Rudy Gobert il y a une semaine. Ne jamais laisser parler la frustration car même si le louveteau pense ce qu’il dit, eh bah c’est très faux. Allez, on call the game et on file rêver de cette douce performance entre les montagnes du Colorado (Edwards qui en plante 38 dans la Ball Arena, on dit ça on dit rien mais…).

Et le garçon prend même le temps de signe ses autographes depuis le banc, quelle vida loca. Il fait partie de cette génération de nouveaux talents que l’on va suivre de très très près, puisqu’elle risque de nous accompagner dans quelques années pour les affrontements, tant individuellement que collectivement, au sommet,

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top