Kings

Le choke immense de De’Aaron Fox : 0/2 aux lancers pour la victoire, Charlotte ouvre ses cadeaux avant le 25

De'Aaron Fox

Le petit bol de céréales Chokella au réveil.

Source image : NBA League Pass

« Dans le monde il n’y a pas d’un côté le bien et le mal, il y a une part de lumière et d’ombre en chacun de nous. ». Bien que son flow soit inégalable et qu’il pourrait aisément nous faire changer de bord, Sirius Black n’est vraisemblablement pas à la page. Parce que même quand ce papier doit être destiné à la victoire collective de Charlotte, Sacramento réussit à perdre d’une manière totalement burlesque. Aucune part de lumière, aucune.

La jolie boxscore maison, c’est par ICI !

C’est fou. On leur donnerait un pansement qu’ils se couperaient avec.

Ce vendredi, les Kings auraient tranquillement pu repartir de Caroline du Nord avec une douzième victoire en poche – potentiellement la quatrième consécutive – sans pour autant s’extasier sur une perf’ tout juste correcte face à un effectif des Hornets décimé par les bactéries. Pas de LaMelo Ball, de Terry Rozier, d’Ish Smith, de Mason Plumlee et de Jalen McDaniels, tous cinq placés dans le protocole COVID depuis maintenant une semaine. Les dernières heures nous ont également appris que P.J. Washington Jr. et Nick Richards étaient tombés malades : la grosse tuile ! A contrario, seul Richaun Holmes – blessé à l’œil – squatte l’infirmerie de Sac Town. De quoi poser un lourd contraste entre les deux équipes, qui cette nuit, n’a pourtant pas crevé l’écran. Les Hornets, 30ème et dernière défense de NBA, se sont mis d’accord avec les Kings, 27ème rempart de la Ligue, pour faire sauter les verrous et scorer à outrance. Beaucoup de petites individualités ont ainsi pu se montrer dans un match à moitié faussé par cette étanchéité défensive plus que douteuse. « À moitié », car même si le small ball de James Borrego accepte de prendre des coups, il prétend surtout rendre le double. Les petits gars d’Alvin Gentry n’ont quant à eux pas la chance de pouvoir justifier leurs carences défensives par le joga bonito. Ils se sont fait foudroyer par un James Bouknight tout feu tout flamme et auteur de 24 points, 6 rebonds, 1 assist, 1 interception et 0 ballon perdu à 64% au tir dont… 6/8 du parking. Le quatorzième choix de la dernière draft a enfin joué décomplexé, ce qui – couplé aux belles perfs de Miles Bridges, Cody Martin et Kelly Oubre Jr. – n’a pas manqué de faire beugler le Spectrum Center. La hype bon sang.

Mais aussi bons furent quelques de ses cadres, Charlotte n’aurait pas dû gagner ce match. Les Hornets ne menaient que d’un petit point à 10 secondes du terme, ce qui, quand De’Aaron Fox remonte le cuir, est loin d’être une situation opportune. Et devinez quoi ? Victime d’une faute complètement lunaire de Cody Martin au milieu du terrain, le petit renard n’a même pas eu à forcer son talent. Dans le bonus, De’Aaron Fox file donc sur la ligne des lancers-francs pour essayer d’y convertir deux cartouches, passeports d’une douzième victoire de Sac Town cette saison. L’enjeu n’est pas des moindres puisque les Californiens peuvent passer devant les Wolves et ainsi toper la neuvième place de la Conf’ Ouest. Le premier jet ? Manqué. Une prolongation est alors éventualisée, et si l’on imagine bien un finish crado à 140 unités des deux côtés, le Golden Boy des Kings nous évite cette situation embarrassante avec une situation encore plus embarrassante. Oui, il loupe sa deuxième tentative et retire toute trace de crédibilité de sa feuille de match, pourtant clinquante (31 points, 5 assists et 4 interceptions à 65% au tir). Le lancer n’est même pas manqué, il est carrément à côté : De’Aaron Fox dévisse et écorche le flanc droit de l’arceau. À ce niveau-là, ce n’est même plus une perte de responsabilité, c’est un hold-up de l’entre-jambes.

Un craquage qui fait grand bien aux Hornets, toujours assis à la huitième place à l’Est malgré les fièvres.

Pourtant sur une série de trois victoires d’affilée, les Kings n’ont pas réussi à enchaîner à cause d’un énième coup du sort. Porté puis délaissé par son franchise player, si vous connaissez un ami fan de Sacramento, passez votre samedi avec lui et surveillez-le de près.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top