Bucks

Giannis Antetokounmpo a appris à compter au Magic : 32/20/5/2/3 en 30 minutes, c’est pas la NBA c’est Des Chiffres et des Lettres

Des chiffres et des lettres

32 + 20 + 5 +2 +3 + 34 = MVP

Source image : YouTube

Mais comment ça doit être… chiant. Qu’est-ce que ça doit être chiant de jouer contre ce mec, franchement. On l’avait vu absolument intraitable mercredi face aux Lakers, on l’avait vu plus discret (lol) face au Thunder mais terriblement clutch, et hier soir Giannis a décidé de frapper toujours plus fort sur les pauvres gamins du Magic. A l’arrivée une victoire, évidemment, mais surtout une ligne de stats à faire rouvrir les livres d’histoire, une de plus. Chiant.

32 points, 20 rebonds, 5 passes, 2 steals, 3 contres. 8/16 au tir dont 1/3 du parking du Hall Of Fame, 15/23 aux lancers. Ah oui, en 30 minutes. Emballez c’est pesé, et Giannis a donc écoeuré tout le monde la nuit dernière, une fois de plus, déployant ses gogo-gadgetobras sur les intérieurs pourtant athlétiques du Magic. Car Mo Bamba, Wendell Carter Jr., Robin Lopez ou Moritz Wagner ont beau avoir de bonnes têtes et être, sûrement, de très bon gars dans la vie, il n’empêche que face à la tornade grecque ils ne furent que des paillassons low-coast, quelques victimes de plus dans une liste aussi longue que les bras de leur agresseur.

Une défense d’Orlando aux abois, déjà bien emmerdée de devoir surveiller Khris Middleton, Grayson Allen ou encore Bobby Portis, lui aussi auteur d’un énorme match, une défense complètement dépassée quand la bête enclanchait la machine à spin-move, des spin-move aux airs d’assassinats basketballistiques tant le bail est indéfendable lorsque le Freak arrive lancé. Des déplacements incontrôlables donc, un cercle tellement rudoyé que l’on s’est dit à un moment que le bougre allait bien finir par le casser, si si on vous jure, alors que dans le même temps ce malade contrôlait l’espace aérien dans sa partie de terrain en poussant le vice jusqu’à interdire l’accès à son panier jusqu’à la dernière seconde alors que le match était joué. L’impression de voir un père montrer à ses gamins qu’ils ont encore beaucoup de chemin à parcourir avant de devenir des hommes, et donc au final cette ligne de stats du genre… historique.

David contre Goliath dans la vraie vie ? David se fait piétiner épicétou. Un nouvel acte de domination qui en appelle quelques autres, assurément, l’occasion d’adresser en avance nos condoléances à tous ceux qui croiseront la route du garçon dans les prochains mois. A ce point-là ouais.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top