Mavericks

La story du jour : quand Jason Terry trollait les Heatles aux Bahamas après le titre de 2011, du JET pur jus

THE JET !

Source image : YouTube

Actuellement coach des Grand Rapids Gold en G League, Jason Terry a quitté les parquets NBA en 2018, avec le septième plus grand total de 3-points marqués et surtout une bague de champion remportée en 2011 face au Heat du Big Three. Un titre qui représente le sommet de la carrière du JET, qui en a bien profité à l’époque pour narguer les Heatles. Demandez-donc à Dwyane Wade.  

La scène se passe aux Bahamas, à l’été 2011. Quelques semaines auparavant, les Mavericks ont tapé le Miami Heat du trio Dwyane Wade – LeBron James – Chris Bosh en Finales NBA. Une victoire 4-2 sous l’impulsion d’un Dirk Nowitzki all-time, d’un LeBron all-fail, et d’un Jason Terry en mode JET 27. 27, comme le nombre de points inscrits par Terry dans le Game 6 décisif à Miami (19 en première période), où le Sixth Man de l’Année 2009 a terminé à 11/16 au tir dont 3/7 du parking en sortie de banc, pour le plus grand malheur des hommes d’Erik Spoelstra. Lourd ! Jason s’était déjà montré ultra précieux dans la rencontre précédente à Dallas (21 points, 6 passes), une rencontre cruciale sachant que la série était à égalité deux partout. On se rappelle encore de son missile à 3-points dans la tronche du King, pour tuer le match dans la dernière minute en faveur de ses Mavericks, et du « BANG ! » de Mike Breen. Tout ça pour dire que Jason Terry pouvait se la ramener après le titre de Dallas, et il ne s’est pas privé pour donner une petite leçon d’humilité à ses adversaires floridiens.

Bien décidé à profiter des vacances pour passer à autre chose après l’échec des Finales, le Big Three de Miami se trouve donc aux Bahamas et croise la route de… Jason Terry. La suite, c’est Dwyane Wade qui raconte (via NBA on ESPN).

« On arrive à la boîte de nuit, et Jason Terry est dans la file. Il est au bout de la file, et nous on passe à côté pour rejoindre le coin VIP. Jason Terry a besoin d’une vingtaine de minutes pour rentrer, mais dès qu’il se retrouve à l’intérieur, il s’approche de LeBron et moi. Il veut me serrer la main. À ce moment-là, moi je ne voulais pas. Il venait de gagner le titre, et ça a beaucoup parlé pendant les Finales. Je me disais, ‘m*rde, JT a quelque chose de plus que nous là’. On a beau rentrer en boîte plus vite que tout le monde, mais ce gars est venu vers nous avec tellement de swag et de confiance, genre ‘vous êtes peut-être rentrés 30 minutes avant moi, mais merci de respecter le champion’. »

Du pur Jason Terry, et on n’a absolument aucun mal à imaginer la scène. JET, c’est quand même un mec qui s’est fait tatouer le Larry O’Brien Trophy sur le biceps avant le début de la saison 2010-11. Fallait oser, mais lui et les Mavericks ont clairement assumé en allant chercher le premier et unique titre de l’histoire de la franchise texane face à un monstre à trois têtes qui faisait figure de favori pour le titre.

« On s’était tous retrouvés avant le début de la saison, et j’ai dit à tout le monde qu’on avait les pièces pour gagner un titre. Et pour prouver que je croyais en ce groupe, je me suis fait ce tatouage. Les gars ne pensaient pas que j’allais le faire et ils me prenaient pour un fou. Je suis arrivé le lendemain à la séance de tirs et quand le coach avait fini de parler, j’ai montré mon tatouage et j’ai dit, ‘je suis sérieux les gars, on va gagner le titre cette année’. »

– Jason Terry

Gros compétiteur et jamais du genre à baisser les yeux, Jason Terry fut l’un des grands acteurs du titre des Mavericks 2011, l’un des plus beaux de la dernière décennie. S’il n’a plus connu l’ivresse de la victoire ensuite, Terry a l’air d’avoir pris son pied à l’époque en profitant au max de son nouveau statut. Sacré JET.

Source texte : NBA on ESPN

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top