Mode

Russell Westbrook et ses 10 plus grands looks all-time : un casseur de rétine, un casseur de barrières aussi

Russell Westbrook Looks Photographe 13 septembre 2021

#WhyNot.

Source image : Twitter @royceyoung

Vous l’avez sans doute vu passer ce week-end en parcourant le formidable monde de Twitter. Pour terminer la Fashion Week de New York en beauté, Russell Westbrook a frappé un grand coup avec sa dernière tenue et les réactions n’ont pas tardé à fuser sur les réseaux. La preuve, s’il en fallait encore une, que Brodie ne laisse personne indifférent, sur les terrains comme en dehors. Qu’on n’aime ou pas, il ne fait aucun doute que l’ami Russ met au défi les codes établis à travers ses choix vestimentaires originaux, brisant ainsi certaines barrières pour ceux qui aimeraient sortir du moule. Et ça, ça mérite aussi d’être salué. Alors c’est parti pour un défilé de mode spécial Brodie, avec un Top 10 all-time fait maison. Attention les yeux.

Les Finales NBA, c’est pas tous les jours alors autant se lâcher

Fashion Week d’Oklahoma City, juin 2012. Pour son premier match en Finales NBA, Russell Westbrook débarque à la Chesapeake Energy Arena avec des lunettes rouges sur le nez et une chemise qui ressemble à un pyjama pour bébé. Sans doute une dédicace aux babies du Thunder, cette jeune équipe composée de Russ, Kevin Durant et James Harden, sur le point d’affronter le Big Three du Miami Heat, bien plus expérimenté. Cette tenue réussit à Westbrook et ses copains ce soir-là, vainqueurs du Game 1, mais ils prendront ensuite la fessée. Depuis, on attend toujours le retour de Brodie en Finales NBA…

La tenue « papier alu » pour bien commencer la saison

Fashion Week de Portland, octobre 2014. On le sait, le début de la saison régulière NBA marque chaque année le lancement d’un défilé de mode qui se prolonge jusqu’au mois de juin. Autant dire qu’il faut marquer le coup et ça, c’est la grande spécialité de Russell Westbrook. Admirez un peu cette magnifique veste « papier alu style » qui permet d’emballer parfaitement le haut du corps. De quoi éblouir tous ceux qu’il croise en allant vers le vestiaire des visiteurs au Moda Center. Russ éblouira aussi les spectateurs ce soir-là en claquant 38 pions, mais avec la défaite en prime.

Le look pour la grande soirée NBA Draft Lottery

Fashion Week de New York, mai 2015. Après une saison 2014-15 sans Playoffs à cause notamment de la blessure de Kevin Durant, le Thunder se retrouve à la NBA Draft Lottery. Un événement toujours important sur le calendrier NBA, et une opportunité supplémentaire pour Russell Westbrook de faire étalage de sa garde-robe. Du coup, c’est lui qui représente la franchise d’Oklahoma City ce soir-là, avec notamment ce haut très coloré et très fruité, ainsi qu’une clé en pendentif pour espérer ouvrir la porte du first pick. Malheureusement pour Westbrook, son choix vestimentaire ne lui porte pas chance car son équipe du Thunder repart finalement avec le… 14e choix. Cependant, il peut se consoler avec le Community Assist Award, qu’il remporte cette année-là.

Défilé de mode et séance de trashtalking

Fashion Week d’Oklahoma City, avril 2016. Si la saison régulière donne déjà d’innombrables opportunités pour marquer les esprits avec ses fringues, les Playoffs sont encore un monde différent. Toutes les caméras sont là, et les défilés en conférence de presse se succèdent. À la fin du premier tour entre le Thunder et les Mavericks en 2016, Westbrook arrive devant les journalistes avec un poncho et un chapeau à dominante noire, sans doute pour symboliser la fin de la série puisque OKC enterre les Mavs 4-1. Ensuite, c’est dans cette magnifique tenue qu’il envoie un missile envers le joueur de Dallas Charlie Villanueva, qui a volontairement perturbé la danse de Russ avec son camarade Cameron Payne avant l’un des matchs de la série : « Il parle beaucoup mais maintenant il peut rentrer, et se préparer pour l’année prochaine afin de squatter le banc pendant 82 matchs supplémentaires ». Ouch

La spéciale dédi à KD

Fashion Week d’Oakland, novembre 2016. Quelques mois après leur divorce, Russell Westbrook et Kevin Durant se retrouvent pour la première fois du côté de la Bay Area lors du déplacement du Thunder chez les Warriors. L’occasion rêvée pour Russ d’envoyer une pique à son ancien copain désormais ennemi : Brodie arrive à l’Oracle Arena en mode photographe, avec ce magnifique gilet orange. Le rapport avec KD ? En février 2016, lors du Super Bowl 50 à San Francisco, Durant se trouvait au bord du terrain et prenait des photos pour The Players’ Tribune en tant que photographe accrédité. Bien joué Russ.

Le look du dimanche

Fashion Week d’Oklahoma City, février 2017. Encore une magnifique prestation de Russell Westbrook avant un match contre Kevin Durant. Pour le grand retour de KD à OKC, Brodie se met en mode Willie Beamen, le personnage joué par Jamie Foxx dans le film « L’Enfer du dimanche ». Avec ses lunettes de soleil et le maillot noir du quarterback star des Sharks, Westbrook annonce la couleur et enflamme la twittosphère, qui essaye de déchiffrer tous les messages subliminaux accompagnant cette tenue : est-ce que ça cache la question suivante « Will he be a man ? » (se comportera-t-il en homme ?, ndlr.) en parlant de KD ? Est-ce que le numéro 13 est une référence au fameux 3-1 lead perdu par les Warriors en Finales NBA ? Est-ce simplement un hommage à Beamen, véritable winner dans l’âme ? Seul Russ le sait.

Charles Barkley, un avis peut-être ?

Fashion Week de Houston, avril 2017. On l’a dit plus haut, le style de Russell Westbrook ne laisse personne indifférent. Certains kiffent, d’autres vomissent. Sans aucun doute, Charles Barkley fait partie de la seconde catégorie. En avril 2017, juste avant le Game 2 entre les Rockets et le Thunder au premier tour des Playoffs, Chuck se lâche quand il voit Brodie débarquer au Toyota Center avec le combo bandana – lunettes – chemise ouverte : « Oh mon dieu, c’est affreux. C’est un grand joueur et il mérite le MVP, mais ça c’est affreux. » La réponse de son collègue Shaq ? « Arrête de rager juste parce que tu ne peux pas te pointer avec une chemise ouverte ». Et bim ! Pour la petite histoire, Russ plantera 51 pions dans une défaite ce soir-là, avant de remballer un journaliste lui demandant son avis sur sa ligne de stats : « Je m’en tape de mes stats, on a perdu ».

Russell Westbrook après un combat avec un bison

Fashion Week d’Oklahoma City, janvier 2018. On ne sait pas trop ce qui est arrivé à Russell Westbrook avant ce match contre les Wizards en janvier 2018, mais il arrive à la salle avec ce magnifique pull jaune déchiqueté de haut en bas. Probablement un combat avec un bison – animal symbole de l’Oklahoma – qui lui a dit qu’il n’était qu’un joueur de stats et que ses triple-doubles ne servaient à rien. Brodie proposera en tout cas un beau spectacle sur le parquet contre Washington : 46 points, 6 rebonds, 6 passes, 19/29 au tir, et la win en plus.

Russell Westbrook, ce fan de Kyle Busch

Fashion Week de Portland, mars 2019. Si vous n’êtes pas fan de NASCAR, vous n’avez sans doute pas la réf. Mais les amateurs de courses automobiles, eux, comprennent tout de suite. En mars 2019, avant un match contre les Blazers, Russell Westbrook arrive avec une veste plutôt chelou sur laquelle on retrouve des m&m’s. Est-ce qu’il kiffe Miss Verte et Mister Bleu à ce point ? Pas forcément, c’est surtout qu’il porte une veste de Kyle Busch, pilote de NASCAR multiple champion. C’est bien Russ, faut s’inspirer de ceux qui gagnent des titres…

La dernière dinguerie de Russell Westbrook

Fashion Week de New York, septembre 2021. Voici les photos qui enflamment Twitter depuis le dernier jour de la (vraie) Fashion Week de New York : Russell Westbrook avec les cheveux colorés en bleu, et surtout cette longue jupe qui a très vite marqué les esprits. Une façon d’honorer sa part de féminité ? Peut-être, en tout cas les réactions ont été nombreuses et parfois – il faut le dire aussi – virulentes. Mais on connaît Russ, il fait les choses à sa manière, que ça plaise ou non. La preuve avec cette citation du nouveau morceau « Family Ties » de son copain rappeur Kendrick Lamar : « Don’t address me unless it’s with four letters » (en français : « Aborde-moi uniquement avec quatre lettres », en référence à GOAT ou KING, source Genius).

En bonus, juste pour le plaisir

Comme vous pouvez l’imaginer, entre subjectivité et choix infinis, la sélection fut très difficile. Et vu sa forme actuelle, on peut compter sur Russell Westbrook pour continuer à enflammer la toile avec ses tenues pendant encore longtemps. Si son slogan c’est « #WhyNot », ce n’est pas par hasard.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top