Lakers

La Free Agency des Lakers : un Big 3 qui claque, mais beaucoup de doutes qui demeurent

lakers

La défense, l’âge de l’équipe, le fit entre les uns et les autres : les Lakers vont devoir répondre à quelques doutes.

Source image : NBA League Pass

Ils sont les grands animateurs de ce début de Free Agency 2021. Eux ? Ce sont les Lakers de Los Angeles. Après avoir récupéré Russell Westbrook le soir de la Draft, Rob Pelinka a passé la seconde pour offrir à son Big Three un supporting cast de qualité. Si, sur le papier, il y a de quoi avoir des étoiles dans les yeux, tout n’est peut-être pas si brillant du côté d’Hollywood. C’est l’heure d’un gros dossier Lakers. 

Le point au 5 août 2021

Russell Westbrook, Carmelo Anthony, Dwight Howard, Wayne Ellington, Malik Monk, Kendrick Nunn, Trevor Ariza, Kent Bazemore (et la prolongation de Talen Horton-Tucker). Vu la marge de manœuvre de L.A cet été, on peut dire que Rob Pelinka s’en est quand même très bien sorti sur le marché des transferts. Il a trouvé des shooteurs, il a nettoyé sa raquette (bye bye Drummond et Harrell), il a dégoté un gestionnaire qui va retirer de la pression au King (hello Brodie), il a récupéré des joueurs qui ont un vécu en Playoffs et il n’a même pas eu à dépenser des sommes folles pour y arriver. C’est simple, à part Kendrick Nunn qui a pris la mid-level exception, toutes les recrues de la Free Agency sont arrivés pour… le minimum vétéran. Forcément, ça a fait réagir la toile et le terme super team a dû être twitté un bon million de fois en 24h. Alors ouais, y’a des noms qui claquent et si la mayonnaise prend, ça peut même être assez fou mais… on ne peut pas s’arrêter juste à ça. Il y a des questions qui se posent et des doutes autour de cet effectif, et pas qu’un peu.

avoir des cannes c’est bien, avoir une canne c’est bof

Si vous n’avez pas compris le petit jeu de mots, on parle bien évidemment d’un des gros sujets du moment à Los Angeles : l’âge de l’effectif. Avec une moyenne d’âge de presque 32 ans (et cinq joueurs de plus de 35, record NBA), L.A ressemble un peu à une maison de retraite pour certains fans. Si la condition physique de cyborgs comme Westbrook ou LeBron n’inquiète pas forcément, qu’en est-il de Melo, Gasol, Howard ou encore Ariza ? Pelinka voulait de l’expérience, il l’a, mais il faut aussi accepter les risques qui vont avec. Les Lakers ont beaucoup souffert des blessures cette saison et, avec un effectif plus vieux et donc plus à même de se blesser, la question risque de se poser de nouveau. Enfin bon, n’allez pas dire ça à LeBron James. Le King est d’ailleurs monté au front ces dernières heures pour tacler tous ceux qui critiquent, selon lui, la vieillesse du roster angelino. En même temps, difficile de ne pas le remarquer.

Quid de l’identité défensive ?

Depuis l’intronisation de Frank Vogel, les Lakers se sont fait un plaisir de devenir une forteresse dans leur moitié de terrain. On parle tout simplement d’une des meilleures défenses du pays, voire peut-être même la plus forte. Pourquoi douter de ce gros point positif alors ? Tout simplement car il y a eu beaucoup de mouvements dans l’effectif et que plusieurs éléments importants ont plié bagage, de gré ou de force. On pense notamment à Alex Caruso et Kentavious Caldwell-Pope, deux très bons défenseurs sur les extérieurs. Pour les remplacer, Kent Bazemore, Trevor Ariza et Dwight Howard peuvent faire le boulot mais autour, c’est pas aussi folichon. Ellington, Nunn et Monk n’ont jamais été connus pour leurs qualités défensives et Russell Westbrook est capable du meilleur comme du pire. Quant à Melo, on préfère faire le poirier en récitant de la poésie plutôt que de parler de sa défense… Le patron reste évidemment Anthony Davis mais il va falloir que le groupe tout entier aille dans la boue car le Brow ne pourra pas boucher tous les trous.

Une nouvelle configuration qui résout tout ?

On en parlait suite au trade de Russell Westbrook, l’heure est peut-être au changement du côté de Los Angeles. Avec l’arrivée de Brodie, c’est tout un système qui pourrait évoluer et ça commence par les postes occupés par ses deux camarades. En effet, LeBron occuperait dorénavant le rôle d’ailier-fort alors qu’AD passerait enfin pivot, probablement là où il serait le plus létal. Pour les accompagner, on pourrait imaginer deux profils shooteurs sur les ailes comme Ellington (Monk) et Ariza par exemple. Si ce cinq pourrait faire des dégâts, rien ne dit qu’il sera celui aligné dès le coup d’envoi. On dirait plutôt une botte secrète façon « cinq de la mort » qu’une vraie indication sur les futurs titulaires de L.A. Avec la présence de deux vrais pivots défensifs, la tendance serait même plutôt à un format proche de celui de l’année du titre avec Gasol en 5 et Howard pour le relayer, quitte à voir Davis y passer sur certaines séquences. Frank Vogel risque d’avoir pas mal d’options sous la main, à lui de trouver la meilleure combinaison pour que tout ce beau monde aille dans la bonne direction : celle avec le panneau Larry O’Brien écrit en très gros.

Les Lakers ont un effectif qui claque mais ils doivent encore répondre à quelques doutes. La défense, l’âge, le fit entre les uns et les autres, il y a de quoi s’interroger. Pour les bookmakers, le favori est déjà tout trouvé (voir ci-dessous) mais on ne fait pas nos pronos sur le papier. C’est bien sur le terrain que tout se jouera. 

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top