Pacers

Domantas Sabonis réalise un mois de mai monstrueux : pas de doute, il est bien le fils de son père

Une machine de guerre.

Source image : NBA League Pass

Il n’est peut-être pas celui dont on parle le plus. Il n’est clairement pas le plus spectaculaire. Mais depuis le début du mois de mai, il est sans aucun doute l’un des joueurs les plus dominants du circuit. Son nom ? Domantas Sabonis, juste monstrueux en ce moment. Arvydas peut vraiment être fier.

En cette fin de saison régulière, on parle beaucoup des différents trophées individuels. Et si on avait un trophée pour le joueur le plus sous-estimé de la NBA, Domantas Sabonis serait sans doute le grand favori. Quand on évolue dans l’Indiana et qu’on est Européen, on a tendance à être automatiquement dans l’ombre mais à un moment donné, les performances parlent tellement qu’on ne peut pas passer à côté. Celui qui a dû être repéché pour pouvoir participer au dernier match des étoiles à la place d’un Kevin Durant blessé prouve aujourd’hui à tout le monde qu’il est non seulement un joueur calibre All-Star, mais qu’il est sans doute bien plus que ça. Depuis le début du mois de mai, le fils d’Arvydas fait un chantier énorme dans les raquettes et ça valait bien qu’on se penche dessus. Regardez un peu ces chiffres, en vous mouillant bien la nuque avant : sept matchs, 24,6 points, 15,0 rebonds, 11,0 passes décisives et 1,7 interception de moyenne, le tout à 68% de réussite au tir (!) dont 50% du parking. WOW. Auteur de trois triple-doubles sur la période, l’intérieur lituanien des Pacers ne rigole pas du tout en ce moment. Ceux qui ont du mal à s’enflammer diront que le bonhomme a affronté de faibles équipes comme le Thunder, les Cavaliers ou les Kings, ainsi que les Wizards qui possèdent une raquette loin d’être effrayante, ou encore les Sixers sans Joel Embiid. Et ils n’ont pas tort. Mais nous, on dira plutôt que Sabo porte les Pacers sur ses épaules dans une période où il représente l’une des seules valeurs sûres d’une équipe qu’on pensait à la dérive.

Entre les blessures des uns et des autres, les tensions au sein de l’équipe et un coach rookie nommé Nate Bjorkgren qui semble déjà sur la sellette, la fin de saison des Pacers est loin d’être un long fleuve tranquille mais la bande à Sabonis a malgré tout réussi à arracher trois victoires lors des quatre derniers matchs pour au moins assurer sa place au play-in tournament. Ce n’était probablement pas l’objectif du début de saison pour la franchise d’Indiana – qui voulait franchir un cap après cinq éliminations successives au premier tour des Playoffs – mais quand on voit le contexte actuel, difficile de demander autre chose. Juste pour info, Malcolm Brogdon n’a pas joué le moindre match en mai, Myles Turner est out depuis des semaines, T.J. Warren ne reviendra pas cette saison, et plusieurs role players ont pris l’habitude de se relayer à l’infirmerie (Jeremy Lamb est notamment absent depuis le 18 avril dernier). Autrement dit, Indiana a besoin d’un Domantas Sabonis Triple XL pour espérer ramener quelques victoires en cette fin de saison et il répond parfaitement au challenge, comme un grand. Avec Caris LeVert, qui tourne également à plein régime en ce moment (27,3 points, 5,3 rebonds, 6,8 passes et 1,1 interception de moyenne sur les huit derniers matchs, à presque 46% de réussite à 3-points), Domas remet aujourd’hui les Pacers sur le droit chemin malgré les limites de son équipe. « Domas est probablement le meilleur intérieur passeur avec lequel j’ai joué. C’est un sacré talent » avait notamment déclaré Caris après la récente victoire des Pacers contre Cleveland. Et quand on sait que Sabonis est lui aussi passé par la case infirmerie avec six matchs ratés consécutifs fin avril à cause d’un dos douloureux, c’est encore plus impressionnant.

Sur tous les fronts ou presque, Domantas Sabonis répond présent au meilleur moment. En cette dernière semaine de saison régulière, chaque match possède un surplus d’enjeu et Sabo se démultiplie pour porter ses copains. Scoreur, playmaker, rebondeur, il fait étalage de toute sa palette et c’est son papa Arvydas qui doit aujourd’hui avoir le sourire aux lèvres en voyant son fiston jouer le meilleur basket de sa carrière. Et s’il continue sur cette énorme dynamique, Indiana pourrait bien aller chercher la huitième place de la Conférence Est, actuellement occupée par Charlotte avec un bilan similaire de 33 victoires pour 36 défaites. Une huitième place importante car elle donne une chance supplémentaire de se qualifier pour les Playoffs lors du play-in tournament et ça, ce n’est pas du luxe. Peut-être que sous l’impulsion de Domas, et avec potentiellement une infirmerie qui se vide, les Pacers pourront faire du bruit en cette fin de saison après une campagne globalement compliquée. C’est tout ce qu’on peut leur souhaiter.

On ne connaît pas beaucoup de joueurs NBA qui évoluent à un niveau aussi élevé que Domantas Sabonis actuellement. Pourtant, on n’en parle pas beaucoup, en tout cas pas assez. À lui de sortir le même genre de perfs en play-in et éventuellement en Playoffs pour enfin obtenir la reconnaissance qu’il mérite. 

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top