Rockets

Plusieurs franchises NBA intéressées par P.J. Tucker : attention, pas sûr que les Rockets reçoivent huit tours de draft cette fois-ci

P.J. Tucker 6 septembre 2020

De l’expérience, du shoot et de la défense ? Tucker sera à n’en pas douter l’un des joueurs les plus demandés en cette fin de saison.

Source image : YouTube

Après le transfert de James Harden aux Nets, un autre joueur des Rockets devrait/pourrait quitter le navire avant la trade deadline du 25 mars. P.J. Tucker, qui n’a toujours pas trouvé d’accord avec Houston pour une prolongation de contrat, serait ainsi dans le radar de plusieurs équipes NBA. Qui veut d’un stretch 4 qui défend dur comme le plomb ? 

Le cas Harden clos, un autre sujet reste à traiter pour Rafael Stone, le manager des Rockets, avant la trade deadline du 25 mars. Agent libre cet été, P.J. Tucker et son clan n’ont, à l’heure actuelle, toujours pas trouvé d’accord pour une potentielle prolongation de contrat avec la franchise texane. De ce fait, les Rockets vont sûrement chercher à le transférer avant la fin de la période des transferts pour ne pas voir P.J. Tucker partir sans contrepartie l’été prochain. Et des équipes intéressées par l’ailier fort de 35 ans il y en aurait un paquet selon Kelly Iko de The Athletic. Et on les comprend car P.J. Tucker fait partie de ces joueurs d’expérience capable d’apporter tout de suite et de se fondre dans à peu près n’importe quel effectif NBA. 

Malgré sa petite taille pour un ailier fort (1m96), P.J. Tucker s’est affirmé comme un excellent défenseur au cours de sa carrière grâce à sa capacité à défendre tout autant sur l’arrière adverse que sur le… pivot. Ancre défensive des Rockets depuis son arrivée, il a aussi prouvé être fiable en attaque dans un rôle de spot up shooter, notamment dans les corners qui sont devenus sa zone de prédilection. Depuis son arrivée avec les Rockets, Tucker tourne à 37% d’adresse derrière l’arc et en neuf rencontres cette saison Pidjay a rentré 13 de ses 25 tentatives soit un insolent 52% de réussite du parking. Robuste, il est aussi un excellent rebondeur offensif et sa présence se fait ressentir joliment dans la raquette adverse. 

P.J Tucker Shot Chart

La shot chart du roi du corner P.J Tucker la saison dernière. (Basketball Reference)

Sa capacité à être une menace de loin et sa fiabilité défensive en font donc un candidat parfait pour une équipe de haut de tableau qui cherche à se renforcer avant d’attaquer les Playoffs. De plus, avec un salaire de 8 millions de dollars cette saison, il est facilement tradable. Dans les équipes que l’on pense être capables de tenter le coup pour récupérer Tucker et ses shoots dans le coin ? On pense à ces diables de Lakers qui, après le trade de James Harden aux Nets, souhaiteront sûrement se renforcer un maximum. Kyle Kuzma peut être la contrepartie, lui qui a un salaire similaire et qui n’a toujours pas réussi à s’affirmer comme une pièce maîtresse de l’équipe de Frank Vogel. Les Sixers sont eux aussi une équipe qui pourrait être intéressée. Toujours en recherche de shooteurs bien que renforcés cet hiver, Philadelphie pourrait trouver en Tucker une belle alternative au poste 4, en relai d’un Tobias Harris saignant en ce début de saison. Le Heat, comme il l’avait fait l’année dernière avec Andre Iguodala, est aussi le genre d’équipe à aller chercher du vieux briscard à l’approche des Playoffs et le fit de Tucker dans le système de Spoelstra est aussi évident que un et un font deux. Enfin, on peut citer des franchises comme les Milwaukee Bucks ou les Boston Celtics, ces derniers qui ont par ailleurs 28,5 millions de dollars de trade exception (grâce au départ de Gordon Hayward) que Danny Ainge cherchera à utiliser du mieux qu’il peut. Petite pensée aux Denver Nuggets qui devraient également suivre de près la situation de P.J.. Actuellement l’une des pires défenses de la ligue, les hommes de Mike Malone auront grandement besoin d’une présence défensive comme la sienne, surtout quand on sait qu’ils devront croiser un moment ou un autre la route d’Anthony Davis en Playoffs. 

P.J. Tucker est donc sur le départ § Les Rockets auront du mal à récupérer autant de tours de draft qu’avec le trade de James Harden mais peuvent pourquoi pas gratter un petit jeune par ci et par là en échange du meilleur tireur à 3-points du corner de la Ligue. Les équipes qui cherchent à se renforcer avant les Playoffs peuvent voir en lui l’homme idéal, et le nombre de GM intéressés risque de se compter sur… plusieurs mains. 

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top