Rockets

Les Rockets ont lancé le mode reconstruction : 12 000 tours de Draft dans la popoche, le Thunder n’a qu’à bien se tenir

John Wall pensait jouer le titre, mais ce ne sera pas pour… cette décennie ?

Source image : YouTube

Les Rockets se sont finalement décidés à transférer James Harden après des semaines d’incertitudes, de rumeurs et de mauvaise ambiance. Houston a donc activé le mode reconstruction puisque ils reçoivent en contrepartie pas moins de… huit (!) tours de draft, de quoi rendre jaloux Sam Presti et le Thunder. 

C’est un nouveau record NBA. Jamais une équipe n’avait reçu huit tours de draft dans un transfert. Le Thunder en rêvait mais les Rockets l’ont fait. Et pour cause, Houston vient de transférer le deuxième meilleur joueur de son histoire et probablement ce qui deviendra très vite officiellement l’un des plus grands attaquants de l’histoire de la balle orange. Pour être précis, la franchise texane fait l’acquisition de trois choix de premier tour de Draft de Brooklyn (2022, 2024, 2026), un choix de premier tour de Draft de Cleveland (2022, via Milwaukee) et quatre pick swaps de premier tour de Brooklyn (2021, 2023, 2025, 2027). En bonus, ils reçoivent par ailleurs Victor Oladipo, Dante Exum, Rodions Kurucs, trois joueurs qui ne devraient pas faire long feu à Houston puisqu’ils seront tous free agent cet été (Kurucs a néanmoins une team option, si Houston la prend il sera alors agent libre en 2022). Le choix de ne pas garder Caris LeVert, arrivé de Brooklyn puis transféré dans la foulée contre Victor Oladipo, peut surprendre, puisqu’il avait montré de bonnes choses la saison passée et continuait sur sa lancée cette saison avec des moyennes de 18,5 points, 6 assists et 4,3 rebonds par match. Mais à 26 ans et avec un contrat qui dure jusqu’en 2023, Houston a dû penser qu’il y avait peu d’intérêt à garder Levert et qu’il serait plus intéressant de récupérer un contrat finissant pour pouvoir être flexible dès la prochaine intersaison. 

Houston possède maintenant une palette de tours de draft jusqu’en 2027, de quoi entrevoir la lumière pour les fans de la franchise texane. Mais pour ça il faudra passer par une longue traversée du désert qui commence dès cette saison. Même si John Wall, Christian Wood et DeMarcus Cousins voudront prouver que James Harden s’est trompé en demandant son transfert, on voit mal cette équipe accomplir grand chose et une qualification en Playoffs semble déjà être un bel objectif. L’arrivée de Victor Oladipo peut néanmoins être intéressante. Agent libre en fin de saison et avec beaucoup de choses à prouver, Oladipo sera obligé de montrer son meilleur visage s’il veut décrocher le contrat max qu’il recherche tant. Christian Wood, signé cet été pour un contrat de trois ans, est l’un des favoris dans la course au MIP et ses progrès seront intéressants à suivre au cours de la saison, de même pour le rookie Jae’Sean Tate qui dans le petit échantillon qu’on a pu apercevoir de lui cette saison a montré de bonnes promesses, notamment par sa capacité à apporter une énergie contagieuse quand il est sur le terrain. L’entraineur Stephen Silas aura en tout cas du pain sur la planche. Lui qui pensait débarquer dans une équipe qui jouait le titre va se retrouver à la barre d’une équipe qui débute une reconstruction qui s’annonce très longue. C’est la fin d’une ère à Houston et rien ni personne ne pourra remplacer James Harden, que ce soit cette saison ou dans les années à venir.

Le mode reconstruction est activé à Houston. Après avoir récupéré un paquet de tours de draft contre James Harden, les Rockets vont  donc construire autour de Christian Wood, Jae’Sean Tate (…) et un John Wall dans un rôle de vétéran pour la masse de rookies qui risque de débouler dans les années à venir. Le Process commence pour H-Town, il faudra être patient.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top