Art

Allez, cinoche : on a maté « Champions », la comédie basket qui fera forcément swish à votre prochaine réunion de famille

Déjà, le petit logo blanc et rouge avec un hashtag en bas de l’affiche de ciné aurait dû vous mettre la puce à l’oreille au moment de sa sortie, à l’été 2018. Si TrashTalk est partenaire d’un film sur le basket, c’est forcément qu’il s’agit d’une perle. Maintenant que l’on a posé les bases, on s’enfonce confortablement dans le canapé et c’est parti pour 1h59 de kiff en famille devant Champions ou Campeones pour reprendre le titre de la VO, le film de Javier Fesser.

Si on a mis autant de temps à nous pencher sur ce débrief, c’est qu’il faut parfois un deuxième visionnage pour se faire une idée définitive sur le film. En réalité, ce n’est pas vraiment le cas ici, puisque la première fois avait suffi à nous charmer. Mais en plein milieu des Finales NBA à l’époque, difficile de sortir sa plume pour gratter sur du cinoche, puis le temps avait coulé. Finalement, une autre séance familiale aura été nécessaire pour qu’on envoie nos éloges en direction d’un long métrage qui ne nous a pas attendu pour faire la razzia des prix tel un Giannis Antetokounmpo affamé qui n’en avait pas assez avec un second titre de MVP d’affilée et qui s’est chargé de ramener aussi le DPOY à la maison la saison dernière. Goya du meilleur film, le graal du cinéma espagnol, mais aussi prix de la meilleure révélation masculine et de la meilleure chanson, Champions touche le spectateur en contant le récit de Marco Montes, entraîneur adjoint à l’Estudiantes Madrid au caractère exécrable qui se retrouve à diriger « Los Amigos », une équipe de personnes en situation de handicap, dans le cadre d’un travail d’intérêt général afin d’éviter la prison. Avis aux exilés de la NBA qui voudraient s’offrir une pige dans un grand club européen, on ne rigole pas avec les accidents de voiture en état d’ébriété chez nos voisins transpyrénéens et les débuts du double M à la tête de son nouveau club sont un peu… complicados.

Source image : YouTube/Le Pacte

Passer de notre compatriote Edwin Jackson – qui s’offre un caméo en début de film – en go-to-guy à de parfaits débutants va donner de sacrés maux de tête à notre coach. Mais que ce soit lors des entraînements dans le petit gymnase délabré alloué à l’équipe ou pendant les déplacements en bus ou en camping-car, Marco va redécouvrir les valeurs humaines de notre sport chéri au travers de personnages attachants avec chacun leur petit charactère. Les résultats s’améliorent de jour en jour et l’équipe se retrouve même à apparaître dans les pages sports de certains médias espagnols au moment de se qualifier pour le championnat national. Mais si les joueurs progressent bien balle en main, c’est l’évolution du personnage principal qui se trouve au cœur de l’intrigue. En pleine crise de la quarantaine, ce retour aux bases du sport qu’il aime tant va agir comme une thérapie pour lui permettre de réaliser ce qui est essentiel dans sa vie. Et puisqu’il faut toujours lier l’utile à l’agréable, n’hésitez pas à regarder cette comédie familiale en VO. Le contenu a déjà été approuvé par de nombreux profs d’espagnols pour bosser sa LV2 en s’amusant. Une belle alternative aux commentaires mexicains disponibles sur le NBA League Pass.

Source image : YouTube/Universal

Plus qu’un nouveau film maladroit se servant du basket comme d’une excuse pour dérouler un scénario plat et sans sel, Champions est rafraichissant et siffle une faute technique à toute forme de discrimination. Sans parler d’OVNI, il a le don d’apporter de la diversité au milieu de dizaines de pellicules déjà vues qui n’ont pas forcément d’autre message que la beauté d’un finish au buzzer signé par le personnage principal. En plus d’être champions du monde en titre, les Espagnols veulent aussi nous battre à la réal. En tout cas, ce n’est pas avec La Légende qu’on pourra leur contester ce nouveau succès.

Champions

  • De : Javier Fesser
  • Avec : Javier Gutiérrez
  • Pays d’origine : Espagne
  • Genre : Comédie, drame
  • Durée : 119 minutes
  • Sortie : le 6 juin 2018 en France

Disponible en VOD sur Univers Ciné à partir de 5,99€ et sur FilmoTV et Canal VOD à partir de 7,99€.

Source image : YouTube/Universal

2 Commentaires

2 Comments

  1. Lucas Perez

    10 janvier 2021 à 13 h 28 min at 13 h 28 min

    Ole vuestros cojones

  2. Teo-Salu

    10 janvier 2021 à 20 h 20 min at 20 h 20 min

    Le film part d’une bonne intention, et pour ça je ne veux pas le descendre…
    Cependant je l’ai vu il y a deux ans de ça avec ma chérie, et au bout de 10min on s’est demandés ce qu’on foutait là, au milieu d’une foule hilare, conquise d’avance, face à un humour en permanence limité dans les lignes du politiquement correct, qui nous était apparu trop condescendant et trop gentillet pour être plaisant.
    J’adore les films indé, le ciné espagnol, le basket, mais là, selon moi, le film passe à côté de son sujet la plupart du temps. Cependant j’invite les gens à se forger leur propre avis, bien sûr.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top