News NBA

La NBA a réagi aux incidents de ce mercredi à Washington : genoux à terre et menace de grève, le « postponed » a failli faire son retour

Genoux à terre, t-shirts Black Lives Matter, menace de grève, des scènes qui rappellent la bulle.

Source image : YouTube

En tant que passionnés de NBA, on a l’habitude de vivre dans notre petite bulle où la balle orange est au centre de tout. Mais parfois, certains événements extérieurs nous rappellent qu’il y a des choses bien plus importantes que le basketball. Et suite aux événements de Washington hier, de nombreuses réactions ont eu lieu au sein de la Grande Ligue.

Hier soir, environ deux heures avant le début des matchs, on se demandait si on allait bien assister aux onze rencontres NBA prévues au programme. Car mercredi à Washington D.C., dans une scène totalement inouïe, des manifestants pro-Trump ont fait intrusion au Capitole pour contester les résultats des dernières élections présidentielles américaines (provoquant la mort de quatre personnes), elles qui ont donné la victoire à Joe Biden face à Donald Trump, interrompant ainsi la certification de Biden. Quelques heures plus tôt, on avait appris que le policier ayant tiré sur Jacob Blake en août dernier du côté de Kenosha (Wisconsin) ne serait pas poursuivi par la justice américaine, une décision que beaucoup de joueurs NBA ont logiquement eu du mal à accepter. Pour rappel, l’affaire Jacob Blake avait provoqué la grève des Bucks dans la bulle d’Orlando avant leur match de Playoffs face au Magic, une grève qui s’était ensuite étendue à l’ensemble de la NBA et même à d’autres sports. Si la Ligue et l’union des joueurs n’ont pas eu de discussions formelles pour reporter les matchs de la nuit suite aux récents événements, les Celtics et le Heat ont très sérieusement envisagé de ne pas disputer leur rencontre. Les joueurs de Boston ont notamment organisé un players-only meeting dans leur vestiaire à Miami, mais les deux équipes ont finalement décidé de jouer après avoir posé un genou au sol lors de l’hymne national.

On a vu une image similaire à San Francisco avant la rencontre opposant les Warriors aux Clippers, ainsi qu’à Milwaukee, où les joueurs des Bucks et des Pistons ont attendu l’entre-deux pour maximiser la visibilité de leur geste. Dans l’Arizona, les joueurs de Phoenix et Toronto ont préféré se rassembler, bras liés. Au final, tous les matchs ont été joués, mais l’essentiel était ailleurs. En conférence de presse, nombreux ont été les joueurs à s’exprimer sur les récents événements, pointant du doigt les injustices, les différences de traitement et les privilèges qui caractérisent une société américaine plus tendue que jamais.

« Cela me rappelle ce qu’avait dit Martin Luther King, comme quoi il y avait deux Amériques séparées. Dans une Amérique, on vous tue parce que vous dormez dans votre voiture, vendez des cigarettes ou jouez dans votre jardin. Dans une autre Amérique, vous pouvez envahir le Capitole, sans gaz lacrymo, sans de grandes arrestations, rien de tout ça. »

– Jaylen Brown, joueur des Celtics

« C’est une attaque contre la démocratie. Mais la démocratie va triompher, elle triomphe toujours.

De nombreuses manières, cela prouve les privilèges. Est-ce que vous arrivez à imaginer ce qui serait arrivé si les gens qui ont envahi le Capitole était noirs ? Pour moi, c’est une image qui vaut mille mots. »

– Doc Rivers, coach des Sixers.

Deux Amériques, deux réalités, une fracture. Dans un tel contexte, marqué évidemment aussi par la pandémie du COVID-19, la saison NBA continue avec comme mission de « donner du bonheur dans la vie des gens, mais sans jamais oublier les injustices sociales ».

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top