Grizzlies

Ja Morant et les Grizzlies sur une pente intéressante : fraîcheur mais continuité face à des Wolves trop permissifs en défense

Ja Morant 25 novembre 2020 1

La vérité d’une pré-saison ne veut souvent pas dire grand chose, mais il n’empêche que sur ce double Wolves-Grizzlies, nous on a repéré des choses.

Source image : YouTube

Si on avait débuté la soirée par un passage obligatoire du côté de South Beach pour se faire injecter du botox vivre les débuts du champion en titre face à Zion Williamson et ses lutins, on a ensuite bifurqué vers un match à l’intérêt différent : Wolves-Grizzlies. Deuxième round entre l’une des darling de la saison passée et une autre qui aimerait le redevenir après 180 ans de disette, et un constat : certains sont prêts, d’autres non.

De nombreux observateurs s’accordent pour le dire : les Grizzlies sont excitants mais ils sont jeunes, ils ont les moyens de faire progresser leur bilan dès cette saison… mais la Conférence Ouest est tellement dense qu’ils ont – peut-être – une bonne gueule de dindon de la farce. Pour l’heure ? Les impressions laissées sur les deux matchs de pré-saison sont en tout cas très bonnes, et ça personne ne peut leur enlever. Ni les Rockets et leur nouveau projet, ni les Suns et leur nouveau capitaine à bord, ni les Pels et leur trio de gamins rempli de hype. Les Grizzlies jouent bien, cette nuit encore, avec à leur tête un sophomore qui joue déjà comme un vétéran. Agressivité mais justesse, folie mais gestion, physique de martien mais QI basket. Ja Morant, pour ne pas le nommer, qui a encore étincelé cette nuit, qui ajoute à son charisme fou une forme parfaite pour un début de saison, et qui s’est déjà positionné comme THE boss à Memphis, après une seule saison NBA sur le CV. 17 points, 7 rebonds, 7 passes, 2 steals, aucune balle perdue, de la justesse dans les choix en attaque, bref Jaja a tout fait cette nuit encore après un round 1 également bien maitrisé, et si le banc est encore léger du fait des absences de deux joueurs majeurs (Brandon Clarke, encore et un vieux, et Justise Winslow), les leaders des Oursons ont prouvé cette nuit que c’est peut-être bien la concurrence qui devrait d’adapter et non le contraire. Kyle Anderson dans un rythme de pré-saison qui le ferait presque passer pour un sprinter, Dillon Brooks, Jonas Valanciunas, autant de starters sûrs de leurs skills et parfaits dans leurs rôles respectifs, agressifs en attaque et intelligents en défense. En bref ? Un joli mélange de jeunesse et d’intelligence, de folie et de roublardise, qu’il faudra prendre en compte cette saison à l’Ouest.

Un constat à tempérer compte tenu de… l’adversaire du soir ?

Attention, nous ne sommes pas en train de dire que ces Grizzlies joueront le podium de l’Ouest après avoir maté 120 minutes de pré-saison. Attention, nous ne sommes pas non plus en train de minimiser le niveau des Oursons à cause de la faiblesse du seul adversaire rencontré jusque-là, et attention, car on ne dit pas non plus que les… Wolves sont à chier. Difficile exercice que de juger une équipe de basket sur de la pré-saison, d’autant plus quand le roster a beaucoup bougé depuis quelques mois, mais au niveau de l’impression laissée, de l’intensité dégagée… il y a du boulot à Minneapolis. En défense dans un premier temps. Jarrett Culver est amené à devenir l’un des meilleurs défenseurs de la Ligue et a montré de belles chose avant-hier lors du Game 1 face à Morant ? Josh Okogie est considéré comme un spécialiste défensif ? Karl-Anthony Towns ne donne pas sa part au chien et Ricky Rubio a pour lui le vice, les longs bras et l’expérience. Rondae Hollis-Jefferson est un soldat qui pourrait mourir chaque soir au combat ? Oui mais. Au milieu de tout ça il faut du liant, au milieu de tout ça il faut que D’Angelo Russell et Malik Beasley défendent pour la première fois de leur vie, et il faut qu’Anthony Edwards soit moins timoré et fasse de son corps de rêve une arme ultime des deux côtés du terrain. En attaque ça viendra, on pense notamment au n°1 de Draft un peu frustre pour l’instant mais ne soyons pas trop pressé, on pense aussi à d’éventuelles belles surprises à venir (Jaylen Nowell, Jaden McDaniels), mais pour exister dans cette Conférence Ouest autrement que via le rêve d’être dixième… il faudra du temps, car très clairement les hommes de Ryan Saunders ne sont pas prêts.

La « bonne » nouvelle pour Karl-Anthony Towns et ses collègues ? La pré-saison n’est pas faite pour envoyer du lourd et en mettre plein les yeux de tout le monde. La moins bonne ? C’est qu’ils paraissent, déjà, un cran en dessous de certaines de leurs franchises concurrentes, en terme d’alchimie sur le terrain notamment. Le tout au conditionnel bien sûr car ce ne sont pour l’instant que des scrimmages, mais à Memphis en tout cas et on l’a déjà vu à deux reprises, tout a l’air diablement plus en place, dans la continuité de leur belle saison passée. Rendez-vous la semaine prochaine pour une confirmation de cette belle analyse construite sur du vent, ou pas.

Grizzlies stats 15 décembre 2020 Wolves stats 15 décembre 2020

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top