One-on-One

Salut Ben Simmons, comment ça va ? On attend toujours ce shoot, l’année 2021 peut-elle délivrer un miracle ?

Ben Simmons

Un magnifique all-around player, mais il manque toujours un truc.

Source image : NBA League Pass

Étrange pause automno-hivernale oblige, TrashTalk se penche cette année sur… 74 profils individuels. Pourquoi 74 ? Oh, rien à voir avec la Haute-Savoie hein, malgré l’adoration de certains pour la Sainte-Raclette, mais plutôt car ces analyses nous emmèneront tranquillement vers 2021. Car oui, on vous le confirme, cette sordide année 2020 touchera bientôt à sa fin, il était temps. Mais est-ce que la nouvelle sera marquée par l’arrivée d’un shoot pour Ben Simmons ? Telle est la question.

Blessé assez vite dans la bulle de Mickey, Ben Simmons a terminé la dernière saison à l’infirmerie, observant de manière impuissante la débâcle de son équipe en Playoffs, où Philadelphie s’est mangée un méchant sweep au premier tour contre Boston. On imagine qu’il voudra revenir avec le couteau entre les dents, histoire d’effacer cette campagne 2019-20 clairement décevante. 

Décevante avant tout sur le plan collectif évidemment, avec des Sixers qui visaient les Finales NBA mais qui n’ont jamais réussi à trouver la bonne formule. Individuellement, Ben Simmons a pourtant fait le boulot. 16,4 points, 7,8 rebonds, 8,0 passes décisives, 2,1 interceptions (en tête de la NBA), c’était du Benny très très solide. Au niveau du mélange playmaking – qualités athlétiques, on est dans le haut du panier et puis défensivement, on parle d’une vraie référence en NBA. All-Star pour la deuxième fois de sa carrière en 2020, nommé pour la première fois dans une All-NBA Team (la troisième) et élu dans la meilleure équipe défensive de la saison, Simmons fait sans aucun doute partie des meilleurs two-way players de la Ligue et à seulement 24 piges, on se dit qu’il peut vraiment monter très haut. Le problème, c’est qu’il possède toujours cette très grosse faiblesse qui l’empêche de rentrer dans une nouvelle dimension : pas de shoot. Aujourd’hui, quand il plante un 3-points, c’est un véritable événement à Philly et ça devient limite un jour férié dans la ville de l’amour fraternel. Il faut que ça s’arrête. On l’a déjà dit, et on continue de le dire, Ben doit avoir un minimum de shoot dans sa panoplie pour pouvoir maximiser son potentiel. On ne lui demande pas de devenir un sniper, juste un gars qui peut marquer quand on le laisse ouvert et qui est surtout prêt à dégainer quand l’occasion se présente. Parce que bon, avec seulement sept tirs à 3-points tentés en 2019-20, on est bien loin de la moyenne d’un tir primé par match que voulait mettre en place l’ancien coach Brett Brown il y a un an. Et tant que Ben sera allergique au shoot, les défenses adverses n’auront pas besoin de trop se prendre la tête quand il s’agit de réfléchir à la manière de défendre sur lui. Dans la bulle, avant de se blesser, il semblait prêt à tenter plus souvent sa chance de loin quand l’équipe adverse le laisse complètement ouvert, on espère qu’il va garder la même mentalité.

Est-ce que l’arrivée de Doc Rivers va changer quelque chose ? Déjà, l’une des questions qui se pose concerne la façon dont le Doc utilisera Benny cette saison. Plutôt meneur ou ailier-fort ? Avec la gonfle dans les mains ou plus sans ballon ? Brett Brown avait changé son fusil d’épaule avant l’ouverture de la bulle en utilisant Simmons en tant que power forward, mais on n’a eu qu’un mini-aperçu étant donné qu’il n’a joué que trois seeding games à Disney avant de rejoindre l’infirmerie. Il sera très intéressant de voir comment cette situation va évoluer, en admettant bien entendu que Simmons soit à 100% de ses moyens après ses bobos au dos et au genou. En tout cas, quand on regarde le recrutement effectué par le nouveau boss Daryl Morey à l’intersaison, on se rend bien compte d’une chose. Les Sixers veulent continuer à construire autour du duo Ben Simmons – Joel Embiid en essayant de maximiser leurs qualités actuelles. Cela s’est traduit par l’ajout de shooteurs comme Danny Green et surtout Seth Curry, arrivés dans le cadre de transferts incluant Al Horford et Josh Richardson. Voilà qui devrait donner plus de spacing aux Sixers et un effectif plus équilibré, dans lequel Ben pourrait bien se régaler avec son copain Jojo, le duo étant souvent pointé du doigt pour son manque de complémentarité.

  • Jauge de hype à son arrivée dans la Ligue : 85%
  • Jauge de hype actuelle : 85%
  • Jauge entrée au Hall of Fame : 40%
  • Celui qu’il aimerait devenir : LeBron James
  • Celui qu’il espère ne pas devenir : Napo

Ben Simmons a-t-il appris à shooter pendant l’intersaison ? Ben Simmons pense-t-il au moins à shooter quand il évolue sur un terrain de basket ? Ben Simmons est-il au courant que marquer derrière l’arc vaut trois points au lieu de deux ? On va se laisser surprendre.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top