Warriors

La Free Agency 2020 des Warriors en 3 questions brûlantes : alors, on en fait quoi de ce pick de Draft ?

Draft prospects 2018

Il ne manque pas grand-chose pour qu’on parle de superteam à Golden State.

Source image : montage via Youtube - NBA

Comme Kevin Durant, la NBA est sortie de sa zone de confort en décalant l’ensemble de son calendrier pour aller au bout de sa saison coûte que coûte. De retour de la bulle, les franchises sont encore un peu dans le flou concernant la reprise mais une chose est sûre : on ne reverra personne sur les parquets avant la Free Agency 2020 qui s’annonce… particulière en temps de pandémie. Entre la Draft prévue en plein mois de novembre et une baisse attendue du salary cap, les GM se préparent à transpirer dans les prochaines semaines. Aujourd’hui, on s’intéresse au chantier de l’intersaison des Warriors. En vacances depuis le mois de mars, Bob Myers a eu le temps de préparer un dossier béton pour remettre Golden State sur le toit du monde.

Que faire de ce deuxième choix de Draft 2020 ?

Si on nous l’avait dit il y a un an, on ne l’aurait pas cru. Mais en changeant leur fusil d’épaule très tôt dans la saison pour faire jouer les jeunes et augmenter leurs chances à la Loterie de Draft, les Warriors ont réussi un coup de maître. Non seulement Stephen Curry, Klay Thompson et Draymond Green sont attendus à 100% pour la reprise mais Golden State a braqué la banque en récupérant le second choix de la prochaine Draft derrière les Wolves. Tout l’enjeu de cette Free Agency pour les Warriors réside dans l’utilisation de ce pick. Faut-il profiter de cette position inespérée pour recruter un intérieur et ainsi renforcer le frontcourt avec de la barbaque encore toute tendre ou vaut-il mieux sélectionner le meilleur joueur disponible après le first pick et ce peu importe le poste ? A moins que l’Executive of the Year 2015 et 2017 ne préfère l’inclure à un package pour obtenir un joueur au calibre All-Star pour former un nouveau big four avec son trio déjà en place. D’une question principale on passe donc à une infinité de suppositions qui resteront malheureusement sans réponse pendant encore plusieurs jours. Ce que l’on peut dire, c’est qu’avec leurs trois leaders encore sous contrat jusqu’en 2022 ou plus, les Warriors peuvent espérer jouer les premiers rôles encore quelques années à commencer par la saison prochaine. Bob Myers ne voudra sûrement pas gâcher ces années et va chercher à les entourer le mieux possible pour tenter d’aller gagner un nouveau titre en 2021. Dans cette optique, un package constitué du second pick de Draft et d’Andrew Wiggins, récemment arrivé dans la baie, pourrait permettre aux Dubs de réaliser un trade XXL dans le but de reformer une superteam au Chase Center dès la rentrée. Dans cette discussion-là, Joel Embiid, Bradley Beal ou LaMarcus Aldridge pourraient représenter des cibles potentielles pour lesquelles le GM doit déjà être en train de peaufiner ses offres afin de convaincre leurs équipes de les échanger.

Quel secteur renforcer en priorité ?

On a déjà commencé à l’évoquer un peu, avec les retours de blessure de Klay Thompson et de Stephen Curry, le backcourt affiche déjà complet. Sur le banc, Jordan Poole, Ky Bowman et Damion Lee ont montré qu’ils pouvaient apporter des minutes intéressantes même si le recrutement d’un meneur d’expérience au minimum vétéran ne serait pas de trop pour remplacer le départ de Shaun Livingston l’été dernier. Dans les coulisses, le nom de Derrick Rose revient déjà avec insistance pour jouer ce rôle de back-up de luxe la saison prochaine. Dans le frontcourt, Draymond Green est un leader indiscutable tandis qu’Andrew Wiggins s’est rapidement intégré à son nouveau rôle lors d’une saison sans aucune ambition sportive et Eric Paschall s’est avéré être une très bonne pioche à la Draft. Gêné par les blessures, Kevon Looney n’a pas eu la progression souhaitée même s’il bénéficie encore de la confiance du coach et c’est à peu près tout. Marquese Chriss a collectionné les petits contrats et les lettres de licenciement mais il a toujours la cote dans le vestiaire et auprès de Steve Kerr, permettant quand même d’identifier les postes d’ailier et surtout de pivot comme principaux besoins à San Francisco. Hassan Whiteside, Dwight Howard ou DeMarcus Cousins seront des cibles potentielles à la Free Agency pour jouer le rôle d’un David Lee, d’un Andrew Bogut ou même d’un JaVale McGee lors des derniers titres des Warriors. A moins que Bob Myers ne privilégie un stretch 5 capable d’ajouter une menace extérieure alors que ni Chriss, ni Looney ne semblent avoir l’étoffe pour devenir un sniper à court terme (9/53 combiné du parking en 2019-20). En ce sens, la signature d’un Kelly Olynyk, de Meyers Leonard ou même un trade pour Myles Turner pourrait faire sens. D’où cette question à un million de dollars pour le patron du sportif : vaut-il mieux un rookie prometteur en deuxième choix de Draft, un agent-libre bon marché ou un vétéran qui a déjà prouvé mais nécessairement plus cher et quitte à affaiblir un autre poste en lâchant des contreparties dans un trade pour tenir la raquette en 2021 ?

Jeunesse ou expérience ?

On l’a encore vu cette année avec les Lakers, les rosters des récents champions NBA ont toujours dans leurs rangs de contrats en or. A Los Angeles, Dwight Howard, Rajon Rondo, JaVale McGee ou encore Avery Bradley étaient tous payés sous-payés par rapport à leur réelle valeur sur le marché. On connait la chanson, les ring chasers qui arrivent en fin de carrière sont prêts à faire de gros sacrifices financiers et le plus souvent à accepter le minimum vétéran pour pouvoir faire partie d’un groupe favori pour aller au bout. Avec près de 140 millions de dollars verrouillés sur Steph, Klay, Draymond et Wiggins, la marche de manœuvre sera plus fine que les mollets de Manute Bol pour le président du sportif qui va devoir ruser pour constituer un effectif taillé pour le titre sans faire exploser la luxury tax et tout simplement en respectant le règlement. Il y a d’abord toute une bande de jeunes à qui les Warriors n’auront qu’à faire confiance en garantissant leur contrat un an de plus pour qu’ils s’arrachent sur le terrain lors de leur maigre temps de jeu. Le nez fin de Bob Myers n’est plus à prouver et on verra en quel type de joueurs évoluent Eric Paschall et Jordan Poole en qui les Californiens semblent beaucoup miser pour l’avenir. Les Dubs auront aussi un first round pick (#2) et deux second round picks (#48 et #51) pour miser sur l’avenir, à moins qu’ils abandonnent complètement le farming de talent pour réaliser le blockbuster trade de l’été et qu’ils ne complètent leur roster en enrôlant des All-Stars en fin de vie qui ne veulent pas finir dans les blagues de joueurs sans bague. Les Derrick Rose, Carmelo Anthony, DeMarcus Cousins ou Paul Millsap prêts à prendre le SMIC pour goûter à la joie de gagner un titre au moins une fois dans leur vie. Peut-être que les futurs David West et Zaza Pachulia se cachent dans cette liste…

Des finances déjà dans le rouge mais une colonne vertébrale qui suffit pour être un contender sérieux pour le titre en 2021. Reste à savoir ce que les Warriors vont faire de leur choix de Draft qui pourrait aussi se transformer en All-Star dans le cadre d’un trade qui ferait instantanément passer Golden State au rang de superteam.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top