Raptors

Les Raptors croquent les Grizzlies 108-99 : titre de division validé pour les Dinos, les Knicks échouent encore de peu

Pascal Siakam

Il est HEUREUX.

Source image : NBA League Pass

Allez, après une rencontre à oublier entre Wizards et Thunder, on pouvait enfin zapper sur ce que l’on espèrait être une belle partie de panier-ballon. En effet, les Raptors, boss du quartier en titre, « recevaient » les Grizzlies, qui pouvaient assurer dès ce soir leur participation à un éventuel match de barrage pour la huitième place. Et bien on a eu droit à un match plutôt plaisant, les Oursons n’ayant pas lâché Toronto d’une seule semelle. Malheureusement, comme dans Jurassic Park, quand Dinos sont énervés, Dinos sont incontrôlables.

Ça partait pourtant bien pour les jeunes de Memphis. Bien décidés à priver tous les rapaces qui tournoyaient autour de leur huitième place du droit de disputer les Playoffs, les copains de Ja Morant se devaient de triompher hier face aux champions en titre pour s’offrir une bouffée d’air frais. En face les Raptors pouvaient de leur côté assurer leur deuxième place de l’Est et une nouvelle année de règne sur la division Atlantique, alors que les Knicks étaient leurs plus sérieux concurrents cette saison. Allez, le match commence et les Oursons font directement preuve d’une rigueur et d’une concentration qu’on ne leur connaissait plus. Assez pour virer en tête à la fin du premier quart avec cinq longueurs d’avance sur Siakam et compagnie. Malheureusement, ça répond vite chez les Dinos et ces derniers prennent rapidement la tête, pour maîtriser l’adversaire avec une petite dizaine de points d’écarts, en remettant un petit coup de gaz quand ça a trop daigné se rapprocher en face. Dans les faits, Memphis a proposé une mi-temps à l’image de son match, très appliqué mais pas suffisant. Bien tenté, mais en face il y avait deux trois clients qui ne voulaient pas lâcher l’affaire, et qui l’ont prouvé en seconde mi-temps. Le score à la pause ? 60-54, on peut alors encore espérer que ça se vénère côté Grizzlies.

Seulement, petit bémol : dans le régime alimentaire des dinosaures, il y a clairement inscrit que les ours sont un repas de choix. Parfait pour Pascal Siakam, qui pose ce soir une ligne de stats bien sympathique à base de 26 points à 4/9 derrière l’arc, 1 rebond et 3 offrandes aux copains. Quatre 3-points, dont deux pour tuer définitivement la partie. Dans le sillage de Spicy P, Kyle Lowry valide un shoot venu d’ailleurs au buzzer du troisième quart, parfait pour apparaître dans le Top 10 de la nuit, on se dit à tout à l’heure. On va aussi devoir parler de Fred VanVleet, parce que si les Raptors ont aussi bien géré le money-time quand ça commençait à revenir, c’est aussi grâce à lui : interception, provocation de fautes, points précieux en contre-attaque, ce soir c’était entrée plat dessert pour le sosie de Drake. En face, on salue (bof) la belle mais individuelle sortie de Dillon Brooks, qui nous a proposé un 25/6/2 des familles, malheureusement inutile et empli de maladresse. Le petit Ja a aussi envoyé du pâté, avec un double-double points passes sur des bases de 17 pions, 4 rebonds et 10 caviars distribués. Score final : 108-99 Toronto, trop court pour les Oursons, mais il ne faut pas désespérer car la copie rendue est belle et encourageante pour la suite.

Aïe caramba, encore raté pour Memphis. Il va maintenant falloir se concentrer directement sur le prochain match face aux Celtics qui sera capital pour poursuivre la validation du ticket d’entrée en Playoffs. Félicitations aux Raptors, qui pourront célébrer ce soir leur titre de champions de la division Atlantique. Une bannière qui siégera fièrement à côté de celle des champions 2019-20, begey.

stats Grizzlies Raptors 9 août 2020

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top