Wizards

Les Wizards sont officiellement éliminés de la course aux Playoffs : vous aviez parié cent balles ? Vous venez de gagner cinq centimes

surprise 8 août 2020

Imagine les Wizards terminent derrière les Knicks

Source image : turbid.biz

C’est la news la plus attendue de la journée. Non pas qu’on l’attendait avec impatience hein, mais plutôt qu’on S’Y attendait. Les Wizards sont donc éliminés officiellement de la course aux Playoffs, merci d’être passé c’était bien aimable.

Alors qu’on soit clair, les lignes suivantes n’ont pas vocation à se moquer de ces pauvres Wizards, même si en général on aime bien ça. Les joueurs de Scott Brooks étaient venus à Orlando avec un semblant d’espoir quant à une très hypothétique neuvième place, très vite on a et ils ont compris que ce serait râpé, mais les matchs de l’été auront au moins permis de se dégourdir les jambes, c’est toujours ça de pris. Le bilan floridien des Sorciers ? Cinq matchs, cinq défaites face à Phoenix, Brooklyn, Indiana, Philly et New Orleans, et une dynamique tellement claquée que même les… Hornets (et bientôt les Bulls) leur sont passé devant sans jouer. Avec encore trois branlées rencontres au programme face au Thunder, aux Bucks et aux Celtics, les Wizzous pourraient donc se diriger vers un mignon 0/8, de quoi se retrouver onzième à l’Est juste devant… les Knicks, ah ouais quand même.

Mais plus que sur un destin aoûtien couru d’avance comme la fin d’une sage de l’été sur Tf1 ou le titre de champion de France de foot, arrêtons nous plutôt sur ce que les Wizards ont tout de même proposé depuis leur arrivée dans la bulle. Parce qu’il n’y eut pas que du mauvais, loin de là, et quelques gamins ont même réussi à prendre un peu de plaisir depuis dix jours. C’est le cas par exemple du pivot Thomas Bryant, survolté en ce moment et auteur de quelques sorties bien gloutonnes, c’est le cas également de Jerome Robinson, tout heureux dans la capitale après avoir vu son âme aspirée en janvier dernier par Ja Morant alors qu’il évoluait encore avec les Clippers, et c’est également – surtout – le cas de Troy Brown Jr., auteur d’une fin de saison remarquable et en train de s’installer tranquillement dans la famille des sympathiques joueurs all-arounds et même two-way players pour ne rien gâcher. Petite déception en revanche pour un Rui Hachimura parfois tranchant mais parfois trop effacé et/ou maladroit, à croire que le Japonais devait avoir la tête ailleurs, peut-être bien aux Jeux de Tokyo mais on n’est pas sûrs.

Cinq matchs, cinq défaites, et une élimination qui ne fait désormais plus aucun doute. On le savait les gars donc la déception n’en est pas vraiment une mais une chose est sûre cependant : le starting five composé de John Wall, Bradley Beal, Troy Brown, Rui Hachimura et Thomas Bryant risque de ne pas faire rire les mouettes bien longtemps alors on touche du bois et on se retrouve… pour les Playoffs 2021 ?

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top