Sixers

La gestion des prises à deux, nouvelle priorité pour Joel Embiid : ressortir la balle pour Ben Simmons, pas sûr que l’idée soit bonne

Joel Embiid 12 fevrier 2020

Ah non, c’est vrai que Bennie va jouer à l’intérieur maintenant.

Source image : NBA League Pass

Alors que les Sixers vont faire leurs grands débuts dans la bulle d’Orlando ce soir avec une rencontre face aux Grizzlies, beaucoup d’interrogations accompagnent cette équipe talentueuse mais décevante cette saison. Pour espérer aller le plus loin possible, Brett Brown et ses hommes font bosser Joel Embiid sur un thème bien spécifique.

Ce vendredi, lors de la rencontre opposant Philadelphia à Memphis, on devrait avoir un premier aperçu de la nouvelle version des Sixers, avec Ben Simmons sur le poste 4 et Shake Milton en tant que meneur. Mais on surveillera aussi la manière avec laquelle Joel Embiid répondra aux prises à deux, car c’est actuellement l’un des gros chantiers de l’équipe si l’on en croit les propos de Brett Brown. Via ESPN, le coach des Sixers a en effet indiqué que l’un des objectifs du « camp d’entraînement » d’Orlando, c’était d’aider Jojo face à la pression défensive qu’il peut recevoir en Playoffs lorsqu’il évolue au poste bas. Brown s’attend à voir Embiid se faire doubler alors autant le préparer du mieux possible, lui qui n’est pas forcément reconnu pour ses qualités de passeur. Voici ce que BB a déclaré après la session de jeudi.

« Durant ce camp, j’ai décidé d’envoyer une prise à deux à chaque fois qu’il attrape le ballon. Et il fait du bon boulot pour bien passer la balle. Qu’il contre les prises à deux en adoptant une mentalité de quarterback depuis le poste bas ou qu’il tente de passer en force pour aller dunker et scorer, je pense que ce sont ces lectures qu’il devra effectuer. »

L’objectif pour Brett Brown, c’est que Joel Embiid soit capable de mieux lire le jeu au moment de ces prises à deux afin de faire payer les défenses, et ainsi permettre au collectif de Philly de mieux tourner. Comme l’indique l’article d’ESPN, Jojo a plus de mal à dominer au poste bas en Playoffs, alors qu’il est évidemment l’un des meilleurs joueurs de la NBA dans ce domaine-là. S’il arrive à mieux gérer la pression défensive adverse en faisant notamment bien jouer ses coéquipiers, les adversaires y réfléchiront peut-être à deux fois avant de le doubler, ce qui pourrait lui ouvrir des opportunités pour scorer. Le principal intéressé s’est d’ailleurs exprimé sur cette avalanche de prises à deux à l’entraînement.

« M’habituer aux prises à deux est une bonne chose car cela va arriver en Playoffs lors de chaque possession. Il faut que je sois prêt. J’ai l’impression d’avoir progressé, tout est question de patience, soit je l’ai soit je ne l’ai pas. Si je ne l’ai pas, je ressors la balle et je fais confiance à mes coéquipiers pour mettre les shoots. Et si j’ai une opportunité, il faudra la prendre. »

Justement, mettre les shoots, voilà un autre aspect important. Pendant toute la saison, on a souligné le manque de spacing et de shooteurs à Philadelphia. Pour un intérieur comme Embiid, c’est forcément pénalisant, car le manque de menace extérieure encourage les défenses à le doubler à l’intérieur. Jojo peut faire les meilleures lectures du monde, si les tirs ne rentrent pas, il restera bien ciblé au poste bas. Cependant, le pivot des Sixers déclare qu’il peut faire des dégâts ailleurs que dans la peinture. Autrement dit, sa polyvalence peut lui permettre de surpasser ces prises à deux.

« Si les équipes veulent faire des prises à deux à chaque possession, alors je ne dois pas uniquement recevoir le ballon au poste bas. Il y a tellement de façons de m’impliquer dans l’attaque. Je peux attaquer depuis la ligne des 3-points, pousser en transition, les coaches peuvent mettre en place un système pour que j’obtienne un shoot sans avoir besoin de me battre. Donc c’est une bonne chose. »

Joel Embiid et les Sixers seront particulièrement surveillés du côté de la bulle floridienne, car c’est une équipe capable de faire du bruit en Playoffs, à condition qu’elle trouve ce fameux équilibre collectif qui a souvent échappé à Philly cette année. Et l’une des clés, c’est évidemment Jojo.

Source texte : ESPN

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top