News NBA

La course aux trophées individuels est terminée : LeBron et Zion ne pourront pas faire de push pour le MVP ou le ROY à Orlando

Giannis Antetokounmpo LeBron James trophées

Alors, qui sera MVP ?

Source image : Youtube

A saison particulière, décisions particulières. Si 22 franchises ont bien été invitées à finir la saison à Orlando, la course aux trophées individuels est elle d’ores et déjà terminée. Les votes seront uniquement basés sur les performances en régulière jusqu’à la pause du 11 mars. 19 ou 27 matchs, ça faisait de toute façon trop court pour le ROY pour Zion, la NBA a eu la flemme d’attendre plus longtemps.

Le Woj suspendu par ESPN pour une insulte envoyée à un sénateur, c’est Shams qui prend le monopole de la « breaking news » sur Twitter en ce moment. La dernière info croustillante en date ? La Ligue a fait savoir que les matchs de la reprise ne compteront par pour décerner les récompenses individuelles de la saison. Les votes pour les équipes All-NBA, le MVP, le Rookie de l’Année, le DPOY, le meilleur sixième homme, le coach de la saison, le comeback le plus WTF ou encore le MIP seront uniquement basés sur ce que nous connaissons déjà de l’exercice 2019-20. D’habitude, la décision se fait plus tard dans la saison, souvent même pendant les Playoffs, mais le choix de la NBA semble logique compte tenu du contexte. La suspension de la saison a coupé nets certains joueurs en grande forme et la reprise auraient pu mettre le bordel dans la hiérarchie des trophées. Dans son mémo envoyé aux franchises pour expliquer son choix, la Grande Ligue déclare vouloir maintenir une équité avec cette option :

« La décision d’exclure les seeding games du vote pour les trophées assure une équité pour que les joueurs et les entraîneurs des 30 équipes aient la même possibilité d’être honorés dans leur catégorie pour la saison régulière. »

« Les récompenses annuelles de la NBA (MVP, Rookie of Year, Sixth Man, Defensive Player, Coach of Year, etc.) seront attribués en fonction de la saison régulière jusqu’au 11 mars, date à laquelle la saison a été suspendue, selon des sources de @TheAthleticNBA @Stadium.

Alors que deux joueurs se détachent assez facilement dans la lutte pour le Graal de MVP – un jeune Grec aux longs segments et un Cyborg – cette information pourrait tourner à l’avantage du tenant du titre. L’an passé, avec des moyennes de 27,7 points et 12,5 rebonds par match, Giannis Antetokounmpo avait reçu l’award ultime. Dans l’acte 2019-20, il a encore une fois amélioré ses stats, comme tous les ans depuis sa Draft hein… pour pointer à 29,6 points et 13,7 rebonds tout ça chez des Bucks qui possèdent le meilleur bilan de la Ligue. Top 3 au scoring et au rebond dans l’équipe la plus victorieuse : un beau CV pour arracher son deuxième titre de meilleur joueur de suite. Le King James s’est un peu moins économisé cette année qu’à l’ordinaire. Facile tout de même, il est également dans la course en tournant à 25,7 points et 10,6 caviars ajoutant à cela près de 8 rebonds de moyenne. C’est le plus vieux joueur à réaliser un double-double de ce calibre en 25 points et 10 passes dans l’histoire. 35 ans et un début de barbe blanche quand même papy ! Assez pour un cinquième trophée de MVP ? Les votants vont devoir faire un choix entre le chef des leaders de l’Est ou celui des leaders de l’Ouest. En tout cas, du côté du Wisconsin et de Mike Budenholzer, le lobbying pour son cerf poulain a démarré avec son petit plaidoyer pour Eric Woodyard d’ESPN :

« Je n’avais aucune idée que c’était le cas [l’arrêt des votes pour les trophées, ndlr], mais c’est logique. Chaque équipe a joué 64, 65 ou 66 matchs, donc c’est certainement une base suffisamment importante et représentative de la saison. Et surtout, nous pensons que Giannis a montré plus que le nécessaire pour mériter un nouveau titre de MVP.

Ce qu’il fait pour nous des deux côtés du terrain, ce qu’il fait chaque soir, la façon dont il fixe la barre pour nous, sur le plan de la culture, de l’éthique du travail ou juste en tant que coéquipier. C’est un coéquipier incroyable, il joue de manière altruiste, il fait tout. Et je pense que c’est un peu ce qu’est le MVP, donc nous pensons qu’il le mérite et nous serons heureux de le soutenir. »

Pour ce qui est du classement du ROY, la messe semble dite et Ja Morant ne pourra pas se faire doubler par la bête de la Nouvelle Orléans. Zion Williamson n’a tout simplement pas assez joué. NOLA pourra peut-être se consoler avec son potentiel MIP en Brandon Ingram. Les autres trophées restent assez ouverts. Pour ce qui est de la guerre des stats dans les différentes catégories individuelles, elle continuera tout de même à Disney mais mathématiquement les leaders sont connus. James Harden ne sera pas dans la discussion pour le MVP mais il va rejoindre un groupe composé de MJ, Wilt, KD, George Gervin, Bob McAdoo, Neil Johnston et George Mikan, celui des joueurs avec trois titres consécutifs de meilleurs marqueurs de régulière.

Gérard va être déçu… Le MVP, ça ne sera encore pas pour cette année pour le GOAT. Mince, il va falloir chercher celui des Finales dans ce cas. Zion ne marchera pas dans les pas de BronBron pour l’instant. Au pire, la Ligue pourra le mettre dans la course du meilleur rookie l’année prochaine Ben Simmons style.

Source texte : ESPN/The Athletic/Stadium

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top