One-on-One

Avis de la rédaction – Les meilleurs pivots de la saison NBA 2019-20 : place numéro 3, chacun donne son avis !

Top 6 rédaction

Beaucoup de Bam Adebayo à cette troisième place du Top pivots 2019-20, mais bizarrement aucun Jordan Bell.

Source image : montage TrashTalk

Voici le dernier petit jeu auquel la rédaction de TrashTalk s’est livré ces derniers jours : établir un Top 6 par poste, qui prend en compte uniquement la saison 2019-20 attention, car sinon le cinq de rêve de la rédac serait probablement composé de J.R. Smith, Lance Stephenson, Nick Young, Carlos Boozer et Joakim Noah, le tout coaché par Tyronn Lue. Huit rédacteurs, huit avis, une petite moyenne et let’s go, l’occasion aussi de revenir sur le bout de saison de nos loulous préférés. La suite vous la connaissez, on met les kevlars et les casques et on se retrouve en section commentaires ?

Bastien

Rudy Gobert : c’était un pile ou face entre Rudy et Bam, initialement, et puis pour quelques détails c’est Gobert qui a pris les devants. Certainement une histoire de production, de bilan du Jazz, de l’Ouest dans lequel il joue, d’un mec encore dans la course au titre de Défenseur de l’année. On peut le dire, Rudy est All-Star, et si son nom a plus circulé pour une raison bien moins glam que sa défense ces dernières semaines, on ne peut nier sa campagne poids lourd sur les parquets.

Alex

Bam Adebayo : il est vrai qu’il a aussi joué en position d’ailier-fort aux côté de Meyers Leonard. Adebayo peut jouer aux deux postes mais avec le départ de Whiteside, il est devenu l’intérieur le plus important du Heat et de loin. Et son avenir est sûrement en 5, ce n’est pas faire offense à Leonard que de dire ça. Cette saison, Bam a explosé. Il a défendu solidement sur les plus forts intérieurs adverses quel que soit leur profil, il a proposé un jeu de passe et une vision qui sont désormais des points d’ancrage du jeu de Miami en attaque et dans le même temps, son scoring a presque doublé. Bam Adebayo a été sélectionné au All-Star Game, il est en course pour le MIP et dans les noms qui peuvent être cités pour le défenseur de l’année. Il aura 23 ans en juillet prochain…

Ben

Bam Adebayo : encore une pépite made in Miami ! L’explosion guettait déjà l’année dernière mais le pivot attendait bien sagement que Tonton Pat trouve une nouvelle franchise à Hassan Whiteside pour prendre le pouvoir dans la raquette floridienne. Résultat de cette première saison complète en tant que titulaire ? Une campagne de All-Star et même un MIP dans le coin de la lunette. La concurrence est rude mais le 14ème choix de la Draft 2017 a tellement progressé en une année ! Représentant parfait de cette nouvelle génération d’intérieurs capables de mener le jeu sur certaines séquences, il a démontré ses talents de playmaker en remportant le Skills Challenge. Le tir extérieur reste encore à développer et il aura toutes les armes pour devenir un incontournable à son poste pendant dix ans. Haslem n’est pas encore parti que le Heat a déjà trouvé son successeur en beaucoup plus talentueux, c’est beau.

Nico

Bam Adebayo : avec le départ d’Hassan Whiteside et son intégration définitive dans le cinq du Heat, Bam Adebayo était en excellente position pour progresser et devenir une pièce importante de Miami. C’est exactement ce qu’il a fait, lui qui a participé à son premier All-Star Game cette saison. Exceptionnel en défense grâce notamment à sa polyvalence et ses qualités athlétiques, et très précieux de l’autre côté du terrain où il est capable à la fois de scorer et de créer des opportunités pour les autres, Bam s’est affirmé cette année comme l’un des meilleurs joueurs à son poste. Grâce à son impact sur le succès du Heat cette année, ça termine sur le podium.

Gio

Bam Adebayo : bam, explosion. Dans sa troisième année seulement, Bam Adebayo a mis tout le monde d’accord et s’est révélé en quelques mois seulement comme l’un des tous meilleurs intérieurs de la Ligue. Partageant le poste 5 avec Meyers Leonard cette saison, Bam Eudrice s’est mué en un espèce de point center à la Jooks 2013, à la Dray 2016, le genre de pièce centrale de son équipe en attaque comme en défense, par qui absolument tous les ballons passent. On avait découvert l’an dernier un merveilleux freak à la détente folle mais Bam c’est en fait bien plus que ça, un cerveau sur pattes longues sublimé par le Spoelstra basket-ball, et les bons résultats du Heat cette saison sont au moins autant du à sa progression qu’à l’arrivée de Butler ou à l’explosion de certains de ses coéquipiers. Cerise sur le Bamteau ? Une première sélection au All-Star Game et une place parmi les deux ou trois favoris au trophée de MIP. Plutôt pas mal non ?

Alexandre T.

Rudy Gobert : cette fois c’est bon, la première étoile est décrochée pour notre Rudy Gobert national ! Pas de coupe du monde mais bien un premier match des étoiles amplement mérité tant Gobzilla est en constante progression ces dernières années. Véritable pilier et socle défensif du Jazz, Rudy fait la pluie et le beau temps dans l’Utah. On le sait, Gobert n’est pas un grand manieur de ballon, il ne va pas shooter à 3 points et même son tir à distance n’est pas fameux mais il prend de la place sous les panneaux, il sait aller chercher le panier et la faute avec les muscles. Il faut le chercher sur pick and roll ou profiter d’une pénétration pour le décaler à la dernière seconde. Difficile de zapper un mec qui met presque 70% de ses tirs quand même. Le début de saison poussif du Jazz ? Coïncide étrangement avec une sous-utilisation du pivot alors que l’axe Rubio-Gobert fonctionnait bien l’an passé. Sa montée en puissance entre fin 2019 et début 2020 lance le Jazz sur une série de victoires incroyable et offre logiquement un ticket à Rudy pour Chicago 2020. Le three-peat en DPOY va être tendu mais la saison, elle, est déjà magnifique.

Clément

Joel Embiid : le pivot camerounais reste l’un des tous meilleurs à son poste, offensivement comme défensivement, mais il semble cette saison stagner et il a dit lui-même ne plus prendre autant de plaisir qu’avant, et ça se ressent dans son attitude globale. Dans son sillage, ce sont tous les Sixers qui boitent. Toutefois, il serait injuste et difficile de l’incriminer seul, tant Joel Embiid reste capable de dominer n’importe quel poste 5 lorsqu’il en a l’envie. Machine offensive et intimidateur défensif, rendez-lui sa banane d’antan et ses punchlines aiguisées et vous retrouverez très probablement l’agent immobilier le plus célèbre de Philadelphie au top de ce classement, tout comme lui retrouvera les identifiants de ses réseaux sociaux. Embiid sait sur quoi bosser et comment s’améliorer, à lui de s’appuyer sur ses mauvais moments pour en tirer une force et être encore plus injouable qu’il ne peut déjà l’être.

Arthur

Joel Embiid : s’il est troisième de mon classement, il pourrait aisément squatter la première place mais lui aussi n’est pas exempt de tout reproche. Des statistiques de mammouth (23-12-3) mais une collab’ avec Ben Simmons qui tourne toujours au fiasco. L’intérieur a joué une bonne quinzaine de matchs en moins que tout le monde tout en affichant une facilité All-Time contre ses adversaires. Boum-boum-boum, trois coups d’épaules et Embiid se retrouve en position de conclure. Avec un joli 35% des trois points, le Camerounais a pu faire profiter aux Sixers d’un zeste de spacing, trop souvent inexistant. En réalité, je ne saurai pas vous dire s’il est fainéant, gêné par son corps ou trop limité par les “systèmes” de Brett Brown. M’enfin, 26 piges, il va falloir s’activer collectivement pour prétendre habiller les doigts.

Rédacteur

#6 #5 #4 #3 #2

#1

Nicolas Karl-Anthony Towns Andre Drummond Rudy Gobert Bam Adebayo
Giovanni Hassan Whiteside Andre Drummond Rudy Gobert Bam Adebayo
Ben Hassan Whiteside Andre Drummond Rudy Gobert Bam Adebayo
Alex T. Hassan Whiteside Karl-Anthony Towns Bam Adebayo Rudy Gobert
Clément Karl-Anthony Towns Andre Drummond Rudy Gobert Joel Embiid
Arthur Montrezl Harrell Andre Drummond Rudy Gobert Joel Embiid
Alex M. Karl-Anthony Towns Andre Drummond Rudy Gobert Bam Adebayo
Bastien Andre Drummond Nikola Vucevic Bam Adebayo Rudy Gobert

Le n°3 c’est donc tout bon, et si vous êtes un petit malin vous aurez donc compris de quoi on risque de parler demain. En attendant ? On vous souhaite une bonne fin de semaine spéciale pivots !

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top