Equipes

Gangs of Los Angeles, Épisode 9 : les Lakers et les Clippers font la loi à l’Ouest, parfait avant le gros choc de dimanche

Vu la forme des deux équipes de L.A. actuellement, le match de dimanche aura des allures de Finale de conf’.

Source image : NBA League Pass

Connue avant tout pour ses stars, ses strass et ses paillettes, la ville de Los Angeles est devenue en l’espace d’un été l’épicentre de la NBA. Le transfert d’Anthony Davis chez les Lakers de LeBron James, et les arrivées de Kawhi Leonard et Paul George aux Clippers, ont fait de la Cité des Anges la nouvelle capitale du basket mondial. Tous les yeux seront rivés sur le Staples Center, où les deux franchises de L.A. vont se livrer une guerre sans merci pour prendre le pouvoir à Hollywood, avec comme objectif final de remporter le titre NBA. Vous l’avez compris, la bataille s’annonce particulièrement épique, et TrashTalk a ainsi décidé de mettre les petits plats dans les grands en vous proposant une rubrique bimensuelle spécialement dédiée à la grosse rivalité californienne. Le mois de mars vient de débuter, place au neuvième épisode.

# Que nous dit le hype-o-mètre ?

Dans le monde de la NBA, il y a toujours certains joueurs ou certaines équipes qui sont sur le devant de la scène, qui dominent l’actu, qui créent de nombreuses discussions et qui excitent les fans pour diverses raisons. Dans le jargon, on appelle ça la « hype ». Aujourd’hui, à Los Angeles, elle est évidemment énorme avec la présence de LeBron James et Anthony Davis chez les Lakers, et l’association Kawhi Leonard – Paul George aux Clippers. Mais cette hype est aussi partagée entre les deux rivaux, car ils sont des concurrents directs. Tout au long de la saison, elle va plus ou moins basculer d’un côté ou de l’autre selon les résultats de chaque équipe. Dans une ville comme Los Angeles, on sait que chaque victoire comme chaque défaite peut prendre une ampleur démesurée. On va donc se charger de suivre ça à travers un outil maison, le hype-o-mètre.

  • Los Angeles Lakers
  • Bilan : 47-13
  • Série sur les trois dernières semaines : victoire – victoire – victoire – victoire – défaite – victoire – victoire
  • Confrontations directes face aux Clippers : 0-2, défaite 102-112 (22/10), défaite 106-111 (25/12)

VS.

  • Los Angeles Clippers
  • Bilan : 43-19
  • Série sur les trois dernières semaines : défaite – victoire – victoire – victoire – victoire – victoire – victoire
  • Confrontations directes face aux Lakers : 2-0, victoire 112-102 (22/10), victoire 111-106 (25/12)

Comme vous le savez, ce dimanche 8 mars, TrashTalk sera du côté de Lyon pour vivre une soirée mémorable devant le choc de la Cité des Anges entre les Clippers et les Lakers. Choc, c’est bien le mot parce que les deux équipes de Los Angeles tournent à plein régime et règnent actuellement sur la Conférence Ouest.

Les hommes de Frank Vogel sont toujours tranquillement installés en tête du classement avec neuf victoires sur leurs dix derniers matchs. LeBron James et Anthony Davis, malgré quelques petits bobos par-ci par-là, continuent de cartonner et on a eu droit notamment à quelques gros duels avec le phénomène des Pelicans Zion Williamson. D’abord, LBJ a planté 40 pions face à l’équipe de Zion au Staples Center, puis il a envoyé un triple-double bien lourd dans le Bayou. Quant à AD, il s’est occupé personnellement des Grizzlies – la formation guidée par l’autre petit prodige Ja Morant – avec une perf de DPOY à 28 points, 13 rebonds et 7 contres (même si les Oursons ont pu prendre leur revanche derrière), avant de mettre le plein tarif aux Sixers lors de la dernière sortie des Lakers. Bref, ça va toujours très bien à Lakerland, où on assistera d’ailleurs à une énorme confrontation face aux Bucks de Giannis Antetokounmpo ce vendredi.

Chez le voisin, il y a eu plus d’irrégularité depuis le début de la saison mais là ça y est, les Clippers semblent lancés et ça fait de sérieux dégâts. Six victoires de suite, et pas face à n’importe qui. Parmi les victimes, il y a notamment trois équipes solides de l’Ouest, à savoir les Nuggets, le Thunder et les Rockets. Le groupe de Doc Rivers est enfin au complet, ce qui n’est pas arrivé souvent cette année. Il est non seulement au complet, mais il est aujourd’hui composé également de Marcus Morris et Reggie Jackson, deux mecs arrivés en février qui apportent une profondeur supplémentaire à un effectif déjà très lourd à la base. On a vu ces deux-là faire des différences au sein d’un collectif qui semble avoir trouvé son équilibre et son rythme de croisière. Depuis le All-Star Break, les Clippers sont tout simplement flippants.

« Le ciel est la limite. Nous avons des joueurs très talentueux, nous avons de la jeunesse, des vétérans, et avec tout ça ensemble, je pense qu’on peut être l’une des meilleures équipes. Le plus important, c’est la santé, se faire confiance, et prendre un match après l’autre. »

– Kawhi Leonard, via ESPN.

Dix matchs au complet depuis le début de saison, dix victoires pour les Clippers, qui sont aujourd’hui deuxièmes à l’Ouest. Ça ne blague plus du tout là. Le plus impressionnant dans tout ça, c’est qu’ils semblent vraiment avoir toutes les armes à leur disposition. La leçon donnée aux Nuggets le 28 février dernier au Staples Center fait figure de match référence, avec une attaque fluide où la gonfle bouge très bien, une grosse réussite au tir ainsi qu’une défense au taquet. Le genre de perf qui montre tout le potentiel de cette équipe. Dans la même veine, on peut parler aussi du blowout infligé aux Grizzlies quelques jours auparavant mais surtout de la large victoire d’hier face aux Rockets, où les Clippers ont notamment profité du small-ball adverse pour dominer à l’intérieur avec Ivica Zubac et Montrezl Harrell. On peut mentionner également la grosse performance défensive de Los Angeles sur le parquet d’Oklahoma City mardi, ou les 136 pions plantés sur la tête de Sixers privés de Joel Embiid et Ben Simmons, avec pas moins de quatre joueurs à au moins 24 points. Vous l’avez compris, les Clippers ont tout ce qu’il faut pour dominer d’une manière ou d’une autre selon le profil de l’adversaire. Et ce qui fait vraiment peur, c’est qu’ils donnent l’impression d’avoir encore une marge de progression vu le faible nombre de matchs joués tous ensemble, et un Paul George qui n’est pas encore au top du top.

Les Lakers sont toujours premiers à l’Ouest, mais la montée en puissance des Clippers ne rassure pas dans le camp pourpre et or. C’est pour cette raison qu’ils ont recruté Markieff Morris, dont on va reparler un peu plus tard dans cet article, et Dion Waiters, qui vient de rejoindre les Angelinos. Les Lakers cherchaient un playmaker supplémentaire en sortie de banc et ont finalement jeté leur dévolu sur le mangeur de bonbons, lâchant dans le même temps Troy Daniels. L’une des rares inquiétudes qu’on peut avoir concernant le leader de l’Ouest aujourd’hui, c’est sa capacité à survivre quand LeBron James n’est pas sur le terrain. Sans le King, l’attaque de L.A. a tendance à ramer un peu, même quand Anthony Davis est présent sur le parquet. On ne dit pas que Dion Waiters va faire des miracles hein, loin de là, mais il possède au moins le talent offensif pour aider l’attaque californienne.

# Le fait marquant : « A Celebration of Life for Kobe and Gianna Bryant »

Si la Cité des Anges est devenue en un été le point focal du basket NBA, elle est depuis longtemps un énorme marché médiatique, où tout est filmé, analysé, décortiqué. La rivalité entre les Lakers et les Clippers domine sans aucun doute l’actualité sportive à Los Angeles, et représente la story idéale dans la capitale du cinéma. Alors forcément, les faits marquants vont se succéder au cours de la saison. Des images, des déclarations, des tweets explosifs… bref, impossible de s’ennuyer. Et on est là pour vous faire vivre tout ça à 100%. 

24/02. Une date, deux numéros, et un dernier adieu à Kobe et Gianna Bryant. Le 24 février dernier, au Staples Center de Los Angeles, un ultime hommage a été rendu au Black Mamba et sa fille, décédés dans ce terrible crash d’hélico quasiment un mois auparavant. Un hommage public, durant lequel les plus grands noms de la planète basket – mais pas seulement – se sont rassemblés afin de dire au revoir à la légende des Lakers. Pendant plus de deux heures, le monde de la balle orange a pleuré la perte de Kobe et Gigi. Mais ce mémorial, comme son nom l’indique, c’était aussi l’occasion de les célébrer, de partager des anecdotes, et certains ont même réussi à amuser la galerie, comme Michael Jordan avec sa blague sur le crying meme, Shaquille O’Neal avec sa délicatesse qui le caractérise, ou encore Jimmy Kimmel avec ses phrases bien placées. Et puis évidemment, il y a eu Vanessa. Que ce soit pour sa fille Gigi ou son mari Kobe, elle a été remarquable de force et de courage. Soutenue par les 20 000 personnes du Staples Center, à l’image du Black Mamba durant ses plus grandes années, elle a trouvé les mots pour exprimer sa douleur tout en partageant des petites histoires. De tout là-haut, Kobe et Gianna se sont probablement regardés pour se dire, « Elle est forte V ».

À travers cette cérémonie, l’objectif était évidemment d’honorer la mémoire du Mamba et de sa fille, mais aussi de leur dire au revoir pour essayer de repartir de l’avant, comme Kobe l’aurait voulu. Un processus forcément difficile mais nécessaire. Pour LeBron James, qui a été le sujet d’un certain nombre de spéculations par rapport à sa présence au Staples Center, la perte du futur Hall of Famer de la classe 2020 laissera pour toujours une cicatrice dans les cœurs (via ESPN).

« On ne pourra jamais tourner la page. Je veux dire, on va continuer de faire vivre son héritage et nos cœurs continueront à être lourds, avec à la fois de la tristesse et du bonheur pour sa famille qui est toujours là. Donc on ne peut pas tourner la page. Mais c’était une célébration qui a été appréciée non seulement par la famille et les fidèles des Lakers, mais partout à travers le monde. »

Une dizaine de jours avant ce mémorial public à Los Angeles, c’est à Chicago que le monde de la NBA avait rendu hommage à Kobe et Gianna Bryant. Tout au long du All-Star Weekend, et en particulier lors du All-Star Game, le gratin du basket avait honoré le Black Mamba et sa fille. Numéros 24 et 2 sur les maillots de la Team Giannis et la Team LeBron, discours de Magic Johnson avec les joueurs qui se tiennent par la main pendant huit secondes de silence, magnifique performance de Jennifer Hudson puis Common avant le match, sans oublier un trophée de MVP renommé en l’honneur de Kobe Bryant, ainsi qu’un changement de format pour la rencontre. Clairement, la NBA avait mis en place les grands moyens pour l’une des étoiles les plus brillantes de son histoire, Kobe ayant accumulé 18 sélections All-Star durant sa longue et gigantesque carrière. Mais le plus beau des hommages, il était véritablement sur le parquet, avec un All-Star Game magnifique, caractérisé par un finish exceptionnel entre deux équipes plus que jamais au taquet. Intensité, suspense, défense, tout ça avec les meilleurs joueurs de la planète. Quel kiff ! Si Kobe avait été là, il aurait adoré, car le Black Mamba était plutôt le genre de mec à prendre le match des étoiles au sérieux. Et comme un symbole, un de plus, le scénario de ce All-Star Game 2020 sera pour toujours placé sous le signe de la Cité des Anges. Victoire pour la Team LeBron, lancer franc de la victoire pour Anthony Davis, trophée de MVP pour Kawhi Leonard.

# Zoom sur une rivalité dans la rivalité : Marcus contre Markieff Morris

Cette saison, pour la première fois depuis 1984 et l’arrivée des Clippers à Los Angeles, on peut véritablement parler de rivalité entre ces derniers et les Lakers. Jusqu’ici, ce terme était inapproprié à cause de la grosse différence de succès entre les deux équipes de la Cité des Anges. Les Lakers ont enchaîné les titres et les Finales NBA depuis les années 1960, tandis que les Clippers ont longtemps été synonymes de médiocrité. Et quand les Voiliers ont commencé à vraiment faire du bruit à partir de 2011, c’est la mythique franchise pourpre et or qui a violemment décliné. Aujourd’hui, la dynamique est complètement différente. On a deux équipes qui visent le titre suprême en même temps, dans la même ville, et dans la même salle. La rivalité est donc naturelle, mais elle regorge en plus de nombreuses petites histoires passionnantes qui ajoutent du piment à celle-ci. Sans plus attendre, on fait un zoom sur l’une d’entre elles.

Marcus contre Markieff Morris, comment passer à côté ? Les deux jumeaux, qui ont évolué ensemble du côté de Phoenix au début de leur carrière, se retrouvent à nouveau dans la même ville, et il faudra bien faire gaffe à ne pas les confondre car y’a moyen de s’emmêler les pinceaux assez rapidement. Après Marcus qui est arrivé aux Clippers lors de la trade deadline dans le cadre d’un plan à trois avec les Knicks et les Wizards, on a Markieff qui vient de débarquer aux Lakers après un buyout avec les Pistons. Pour libérer une place dans l’effectif, la franchise pourpre et or a dégagé DeMarcus Cousins, qui envisageait déjà un retour avec les Lakers en Playoffs. Dur pour DMC, mais les Angelinos voulaient se renforcer un minimum en vue des Playoffs et notamment par rapport à leurs voisins, qui ont également recruté Reggie Jackson récemment. D’ailleurs, comme on l’avait souligné il y a trois semaines, Marcus était également sur les tablettes des Lakers début février, mais ce dernier est donc finalement tombé dans le bec de l’autre franchise de la Cité des Anges. Il fallait donc réagir côté LAL, et qui de mieux que Markieff – à part Gérard bien sûr – pour répondre aux Clippers ? Les deux se connaissent par cœur, ils sont comme les deux doigts de la main et sont du genre à partager tous leurs secrets. Voilà qui promet.

« C’est excitant de le voir ici, il pourra continuer à grandir en tant que joueur et on verra jusqu’où ils iront. Évidemment, je vais le soutenir. Je ne suis pas un fan des Lakers, mais je vais l’encourager. »

– Marcus Morris sur son frère Markieff, via The Athletic.

Vous imaginez un duel entre les deux équipes de Los Angeles en Playoffs, avec Marcus et Markieff sur le terrain en même temps ? Ça pourrait être épique. Les frangins pourraient même se faire un kiff entre eux et jouer un soir pour les Lakers, et l’autre soir pour les Clippers. Ça passerait crème, impossible de voir la différence entre les deux. Bon, Marcus est un peu supérieur à Markieff en tant que joueur mais sur un match ou deux, aucun risque de se faire repérer. Blague à part, les deux pourraient jouer un rôle relativement important pour leur équipe respective en Playoffs. Marcus Morris a montré ses qualités de scoreur cette année aux Knicks, il apporte une menace supplémentaire aux Clippers derrière l’arc et est capable de bien faire le taf en défense. Vétéran qui ne baisse les yeux devant personne, Marcus est le genre de recrue qui peut donner une dimension supplémentaire à une franchise qui joue le titre. Quant à Kieff, il montre lui aussi une belle adresse du parking cette année – avec presque 40% de réussite sous le maillot des Pistons – et possède également quelques qualités défensives pouvant aider sa nouvelle équipe. Il va donner une option en plus à Frank Vogel sur le frontcourt, et apporter un peu de polyvalence, d’expérience et de dureté aux Lakers.

« Je peux apporter tout ce qu’il faut. Nous avons beaucoup de gars polyvalents. Je peux être l’un de ces gars, capable de jouer 4 ou 5 si on joue plus petit. Kyle Kuzma pourra jouer un peu plus au poste 3, son poste naturel, et ça nous donnera plus de combinaisons à utiliser. »

– Markieff Morris, via Sports Illustrated.

# L’instant culture : Nipsey Hussle, une autre légende de Los Angeles partie trop tôt

Aussi énorme par sa superficie qu’importante à travers sa place dans la culture américaine, Los Angeles est une ville vraiment pas comme les autres. Une ville qui a connu beaucoup d’événements marquants et de personnages légendaires dans sa riche histoire. On a ainsi voulu élargir un peu notre rubrique pour s’intéresser à des aspects qui dépassent le cadre du basket, tout en gardant évidemment ce lien avec la balle orange et les deux franchises de la Cité des Anges. Au menu du jour, un hommage à Nipsey Hussle, une autre légende de Los Angeles partie trop tôt.

À l’image du mémorial public du 24 février dernier visant à rendre hommage à Kobe Bryant et sa fille Gigi, le Staples Center a accueilli d’autres cérémonies pour honorer des légendes au destin tragique. Michael Jackson en 2009, et plus récemment Nipsey Hussle, le rappeur de Los Angeles qui a été abattu il y a quasiment un an devant son magasin The Marathon Clothing. La mort de Nip avait touché le monde de la NBA, lui qui était proche de beaucoup de joueurs de la Grande Ligue, dont certains qui sont originaires de L.A. ou qui évoluent aujourd’hui dans la Cité des Anges. On pense à Russell Westbrook, auteur notamment d’un match historique en 20-20-20 pour Nipsey, James Harden, Lou Williams, Montrezl Harrell, LeBron James et d’autres.

Originaire de Crenshaw, un quartier du sud de Los Angeles, Nipsey Hussle a grandi au cœur de la violence, lui qui était membre des Rollin’ 60s Neighborhood Crips, l’un des principaux gangs de la ville de L.A. et grand rival des Bloods. Mais c’est notamment parce qu’il a vécu dans cette violence qu’il a voulu transformer en profondeur sa communauté et lutter à sa manière contre la criminalité une fois qu’il possédait la plateforme pour le faire. Il a notamment essayé de collaborer avec la police locale pour trouver des moyens de lutter contre la violence entre les gangs, et il a ouvert des opportunités à travers la création d’espaces de co-working dans son quartier. Pour certains, c’est la grosse balle orange qui permet de changer des vies, pour d’autres c’est le micro. Rappeur indépendant pendant de nombreuses années, Nipsey Hussle s’était forgé une grosse crédibilité dans le rap underground, avant de connaître le succès à travers son excellent premier album Victory Lap, sorti en février 2018. Avec son côté visionnaire, son côté militant, sa grande volonté d’entreprendre et surtout son envie d’aider les jeunes générations, il était une véritable source d’inspiration et l’une des figures de Los Angeles. #TheMarathonContinues

« Gangs of Los Angeles », c’est la série à suivre pour vivre à fond la grosse bataille de la Cité des Anges entre les Lakers et les Clippers. Sur comme en dehors du terrain, vous saurez tout. On vous donne désormais rendez-vous le vendredi 20 mars prochain pour la sortie du dixième épisode, qui réservera sans aucun doute beaucoup de surprises.  

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top