News NBA

Taylor Jenkins et Nick Nurse nommés coachs du mois : c’est donc officiel, les animaux vont tous nous bouffer

Grizzli / Raptor

La NBA récompense un Grizzli et un Raptor, ceci sonne le début de la fin pour l’espèce humaine.

Source : Youtube / Montage : TrashTalk

Alors que l’on a maintenant joué une grosse moitié des matchs de la saison en NBA et que la trade deadline et le All-Star Game approchent gentiment, certaines équipes ont décidé de hausser le ton. C’est le cas des Raptors de Toronto et des Grizzlies de Memphis qui ont vu leur coach respectif Nick Nurse et Taylor Jenkins être récompensés par la Grande Ligue du titre de Coach Of The Month. Il n’y a désormais plus de doute possible, les animaux sont rois aussi dans la NBA.

Concernant Nick Nurse, c’est le deuxième award de l’année après celui du mois de Novembre. Il faut dire que le bougre a pleinement mérité son titre puisque son équipe tourne à plein régime sur les parquets. Onze victoires d’affilée, des victoires logiques contre les Wizards, Timberwolves, Hawks x2, Knicks, Cavaliers et les Pistons mais aussi contre des plus gros poissons (Thunder, Sixers et des Spurs en regain de forme). Ce qui donne des Raptors invaincus depuis le 13 janvier contre San Antonio. La troupe de Toronto fait du bon taf actuellement malgré les blessures qui ne semblent pas lâcher la franchise du Canada (Gasol et Powell absents au dernier match, VanVleet auparavant…) et Nick l’infirmier n’est sans doute pas étranger à ça. La défense est en place comme contre les Sixers avec seulement 95 points concédés, l’attaque tourne bien avec aucun match en dessous des 105 points inscrits et des pointes à 130 points contre OKC et les Hawks ou encore 140 contre les Wizards. Avec des joueurs comme Pascal Siakam qui confirme, Kyle Lowry qui fait tourner la boutique et Terence Davis qui s’éclate dans ce système et qui a tapé son record en carrière avec 31 points sur le dernier match, Nurse a trouvé le rythme parfait pour son équipe et lui permet d’être aujourd’hui dauphin des Bucks malgré le départ du Klaw l’été dernier. Chapeau l’artiste !

Pour Taylor Jenkins, c’est sa première récompense de l’année et il devient par la même occasion le coach le plus jeune à gagner ce trophée depuis Lawrence Frank en 2005 qui était coach à l’époque des Nets du New Jersey. Un bel exploit compte tenu de son âge donc mais aussi de la férocité supposée de la Conférence Ouest en début de saison. Cependant avec la déception de certaines équipes, Memphis a su se hisser aujourd’hui au huitième spot de la Conférence et est donc encore playoffable. Après cinquante matchs joués, le bilan est à l’équilibre parfait grâce à un jeu bien huilé et organisé par Jenkins qui réussit à mettre en avant les qualités de chacun. Ja Morant notamment, qui s’éclate en tant que formidable slasher et organisateur dans cette équipe et crée une véritable connexion avec Dillon Brooks et Jae Crowder sur les ailes, sans oublier son frontcourt composé de Jaren Jackson Jr et du bucheron lituanien Jonas Valanciunas. En rajoutant Brandon Clarke, Kyle Anderson, Solomon Hill and co en sortie de banc, les hommes de Jenkins ont terminé le mois de janvier avec onze victoires, dont une série de sept de suite avec des festivals offensifs contre des gros poissons (140 points marqués contre les Clippers, 121 points marqués contre les Rockets et 122 contre les Warriors) et trois défaites. Le défi maintenant pour cette jeune équipe : résister au retour des concurrents comme les Blazers emmenés par leur Dracaufeu Damian Lillard et la troupe de Sir Gregg Popovich qui sont respectivement à deux et deux matchs et demi d’écart. On leur souhaite donc bon courage mais si cette équipe continue à émerveiller la Ligue comme elle le fait actuellement, l’espoir peut être de mise pour les hommes du Tennessee.

Un Grizzli d’un côté, un Raptor de l’autre, la NBA a adopté un côté bestial pour le mois de janvier. Il nous reste plus qu’à attendre les prochaines nominations pour voir si les animaux continuent sur cette lancée. Nous, perso, on a une totale confiance en Saunders, ses douze défaites de rang et sa meute de loups pour le prochain titre à l’Ouest. Du côté de l’Est, Lloyd Pierce et ses faucons bon derniers de la Conférence Est font office de favoris. Allez, p’tite Suze

Source Texte : NBA

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top