Jazz

Rudy Gobert en mode All-Star : 22 points, 17 rebonds, 5 contres, énorme victoire du Jazz contre Dallas !

rudy gobert

En un mot, énorme. En deux mots, All Star.

Source image : NBA League Pass

Dans un énorme match de ce samedi soir opposant le Jazz aux Mavs, c’est Utah qui a fait le boulot au finish pour l’emporter devant un public en délire. Meilleur joueur du match ? Rudy Gobert, et le débat n’existe même pas.

Que faut-il de plus ? Que faudra-t-il de plus, de la part de Rudy Gobert, pour qu’il obtienne sa première étoile de All-Star en carrière ? Ce jeudi, les remplaçants du match étoilé qui aura lieu le 16 février à Chicago seront révélés, et le pivot tricolore a tenu à envoyer un dernier message aux entraîneurs qui s’occuperont des votes. Depuis plusieurs semaines, d’ailleurs, le discours est très clair. Relégué aux profondeurs de la Ligue en ce qui concerne les votes des fans, Rudy a pris personnellement cette triste réalité et a décidé de faire du terrain son hashtag à lui, pas #NBAVote. Du coup, depuis environ un mois, Utah est tout simplement injouable, les vitesses s’enchaînent à un rythme alarmant, l’armée dirigée par Quin Snyder est 2ème à l’Ouest et Gobert est au centre de tout ce bordel avec un effectif complet et en confiance, qui veut se faire respecter parmi les cadors de la Ligue. Cependant, il y avait encore des détracteurs, des mauvaises langues, des on en veut davantage. Quelques dernières tête à faire tourner, pour définitivement attirer l’attention de tout le monde. Le match de ce samedi était une excellente occasion, face à des Mavs dans le Top 8 à l’Ouest, des Mavs organisés, collectifs, difficiles à dépasser et expérimentés. Cela se voyait d’ailleurs tout au long de la rencontre. Même sans un immense Luka Doncic, Dallas était devant et pouvait compter sur sa ribambelle de soldats contributeurs, de Finney-Smith à Porzingis en passant par Wright, Kleber, Hardaway Jr ou Curry. Le Jazz essayait de prendre le lead, mais sans réussite. Il fallait donc s’y prendre au finish, avec deux dernières minutes de jeu suprême.

Et là ? On a eu droit à du basket caviar. Bonne décision sur bonne décision, grosse action sur grosse action, la fin de match était sensationnelle et un homme réalisait la séquence de la soirée, comme un point d’exclamation sur sa candidature pour le All-Star Game 2020. Rudy Gobert, double-Défenseur de l’Année en titre, qui explose le lay-up du pauvre Delon Wright pensant passer inaperçu. Impossible, pas aujourd’hui, pas ce mois-ci, pas cette saison en fait. Le pivot du Jazz, qui réalisait déjà un match énorme jusque là, venait verrouiller la victoire des siens, en faisant sauter de joie ses partenaires, les deux doigts dressés en V comme pour indiquer que c’est bien leur double-Défenseur de l’Année.  En première période, dans le second quart pour être précis, le chantier RG27 était monumental pour permettre au Jazz de revenir au score. Scoring, défense, jeu collectif, Rudy était dans tous les bons coups. Mais alors cette fin de match… Les contres à répétition, l’impression de domination dégagée par Gobert, il y avait quelque chose de terrifiant dans cette crêpe décisive à 30 secondes du buzzer final. Comme si, tel un ptérodactyle, le géant fonçait sur sa proie et on devait assister à cette scène d’épouvante sans pouvoir y faire quoi que ce soit. Oui, cette nuit, Rudy a été le meilleur joueur d’un excellent match entre deux grosses équipes de la Conférence Ouest. Et oui, cette nuit, Rudy a mené les siens vers une nouvelle victoire, dans une rencontre de superstars européennes.

Si après ce genre de performance suivant son derniers mois de compétition, Rudy Gobert n’est pas nommé All-Star ce jeudi, il va y avoir rébellion sur l’Hexagone. Ce n’est pas une question de patriotisme, c’est une question d’objectivité : RG mérite d’être au ASG cette année. Rendez-vous dans quatre jours.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top