Los Angeles Clippers

Les notes de Clippers – Knicks : emmenée par un énorme big three, la bande de Doc Rivers remporte une vraie guerre de gangs

C’est l’une des nouveautés pour cette saison 2019-20, TrashTalk vous offrira chaque dimanche soir les notes du NBA main event made in France. Disons qu’on a la chance de pouvoir profiter d’un match chaque semaine en prime time, disons que ça ne nous obligera plus à patienter devant un épisode claqué de Zone interdite, alors disons qu’on a décidé de profiter de tout ça pour rigoler un peu et pour vous faire part chaque semaine de notre bulletin de notes maison. Âmes sensibles s’abstenir, on n’est pas venus ici pour caresser la NBA dans le sens du poil, enfin pas toujours.

Hier soir sur France 4 : Une merveilleuse histoire du temps : un film retraçant l’incroyable parcours de Jaylen Brown Stephen Hawking, célèbre physicien-théoricien britannique souvent caractérisé par son handicap. Non, on en parle un peu car pour une fois que la télévision française proposait un truc a minima intellectuel… En tous cas, ce n’est sûrement pas sur beIN Sports 3 que vous alliez apprendre un truc hier soir : Clippers – Knicks, y’a pas moyen de déprogrammer chef ? Bon, d’une certaine manière, on est un peu comme une call-girl : le boulot, c’est de séduire. Du coup, petit récap rapide pour tenter de vous mettre un semblant de trique. Malgré sa mauvaise forme, Ntilikina est starter et doit prendre plus de responsabilités, les Clippers viennent de manger 140 pions par les Grizzlies et Jerome Robinson n’a pas encore reçu ses nouvelles chevilles par Chronopost, Kawhi Leonard a toujours des pustules qui poussent quand on lui parle de saison régulière, les Knicks vont (un peu) mieux depuis la prise de fonction de Mike Miller l’éviction de David Fizdale, Collin Sexton ne joue pas (c’est juste pour Kevin s’il nous lit)… bref, un tas de trucs sympas même si France 4 valait bien plus le coup. Allez, envoyez les notes !

Les Knicks ont planté 45 points dans le premier quart-temps, puis sont redevenus les Knicks. Une rencontre placée sous le signe du « le premier qui défend a perdu « . 

LOS ANGELES CLIPPERS

Paul George (8.5) : Paulo s’est chargé de coucher les gosses avec une presta XXL. L’ailier continue d’afficher un sang-froid impressionnant malgré un gros tir sponso’ Cirque Pinder. On dirait qu’il bosse à 8 heures ce matin et que sa seule envie était d’aller se pieuter. Quand la sage-femme va lui apprendre que son gosse est un nain roux avec un tatouage tribal naturel sur le mollet droit, il va même pas broncher.

Montrezl Harrell (9.5) : un gros bœuf qui n’a pas attendu qu’elle accouche pour bouffer Marie. Même si la conseillère de mairie à glissé sur le clavier au moment d’entrer le prénom, il a outrageusement dominé la raquette new-yorkaise : gros rebonds, dunks, bras roulés made in Youssoupha et record de points égalé. Par contre, enlevez-lui ses épaules et Paul Lacombe le fume en un contre un.

Patrick Beverley (7) : bordel mais TOUT LE MONDE veut un type comme ça dans son équipe. Interceptions, filoches, briques et distribution… du Patoche dans le texte. Tu lui demandes ce qu’il préfère entre planter un buzzer du logo et mordre les testicules de Ntilikina, la réponse est toute trouvée.

Lou Williams (9) : 35 minutes, 32 points, 27 de QI, 9 passes et 2 femmes à 50% au tir. Si un joueur peut devenir l’icône des petits benjamins qui sortent du banc, c’est bien lui. Un énorme floater/lay-up pour sceller le sort du match et le tour est joué. Dragic sixième homme de l’année ? Ah ah ah ah ah. 

Ivica Zubac (2.5) : qu’est ce que ça lui fait de jouer trois fois moins que son back-up ? Boh, Ivica plutôt bien.

JaMychal Green (6) : gros double-double de Jean-Michel Vert qui a bien épaulé Harrell dans la peinture. Un joueur qui fait beaucoup de bien à la rotation de Doc Rivers, et qui aura un rôle à jouer dans la quête du titre (non).

Jerome Robinson (3) : un vulgaire mix entre Doc Rivers et DeRozan. Concernant le match, c’était pas ouf.

Patrick Patterson (4) : tantôt invisible, tantôt inexistant, Pat’ Pat’ n’a pas vraiment pesé sur cette rencontre. Il ne s’est pas fait remarquer dans le troisième quart-temps, puis a disparu dans le dernier. À noter également rien du tout en première période.

Landry Shamet (3.5) : Landry la schmet a disparu dès son entrée dans le Staples Center. 5 points en treize minutes. On voit bien Landry continuer sa carrière sur TikTok aux côtés de Juju Fitcats. 

Mo Harkless (4.5) : il mérite qu’on écrive « Maurice » en entier. Un match offensif dégueulasse et très bien résumé par Xavier Vaution : « Ouh… quelle saucisse il a envoyé. ». Malgré tout, il se la colle défensivement et ça, personne ne peut lui enlever.

Rodney McGruder (3.5) : le nom d’un cycliste flamand contrôlé positif avant la septième étape du tour de Franche-Comté.

NEW-YORK KNICKS 

Marcus Morris (9) : une copie ultra-propre pour Marcus Morris qui, mine de rien, réalise la plus grosse saison statistique de sa vie. Sa palette offensive est tellement complète qu’on en resterait presque sur notre fin concernant la gueule de sa carrière. Ça va parler créole quand ce phénomène va annoncer cet été que sa prochaine saison sera « The Last Dance » et que son docu Netflix est en préparation.

Frank Ntilikina (5) : pas inintéressant mais on reste toujours sur notre faim concernant sa feuille de match. On le sait, la plupart des fans NBA jugent un joueur sur le scoring et Frank en est la première victime. Ce soir à 20H45 sur BFM, Philippe Martinez sera donc l’invité de Jean-Jacques Bourdin pour réclamer « plus de shoots en première intention ».

Kevin Knox (2) : la gueule de Lego est toujours très loin du niveau attendu : seulement 6 minutes de jeu et 2 points dans ce match où Marcus Morris a monopolisé l’aile. On sait pertinemment que ce genre de freak nécessite du temps donc ne parlons pas trop rapidement (il est nul).

Mitchell Robinson (3) : sur ses fesses il est écrit « Property of Montrezl Harrell », le tout légèrement recouvert d’un fin voile de talc. Petit rappel vite fait, Sekou Doumbouya a pris cinq fois plus de rebonds que l’intérieur des Knicks. Sekou Doumbouya est également plus beau, plus costaud, avec ses muscles saillants mmmhm… pardon.

Julius Randle (4.5) : une belle feuille de match pour Randle et pourtant une perf beaucoup trop timide. D’abord, l’adresse laisse à désirer avec quelques prunes en fond d’arceau. Défensivement parlant, il laisse beaucoup trop de monde passer, comme une vulgaire prison japonaise (oups). On to the next one !

R.J. Barrett (7.5) : le rookie a fait étalage de toute sa classe offensive avec 24 pions à 64% au tir. C’est pour ce Barrett que nous signons, pas pour l’autre imposteur à 31% du parking. En tous cas, trop pressé qu’il soit drafté dans une équipe NBA.

Kadeem Allen (5) : Kadeem The Dream a réalisé 19 minutes avec une belle participation dans le « jeu » de son équipe. Son retour va probablement faire beaucoup de bien à la rotation de Mike Miller.

Reggie Bullock (5) : 24 minutes, 3 interceptions et 9 points à 4/5 au tir : job’s done.

Bobby Portis (3) : sosie officiel de Black M avec probablement la même adresse.

Taj Gibson (4.5) : 11 points et 6 rebonds mais lui aussi un petit tour dans le pieu de Montrezl Harrell.

Allez, c’est tout pour ce match pas inintéressant avec un suspens poussé jusqu’aux derniers instants de la rencontre. Les Knicks concèdent un revers dont ils n’ont pas à rougir, sauf si l’on prend en compte le fait qu’ils menaient de 20 points. Les Clippers quant à eux, se rassurent grâce à trois hommes en feu : Paul George, Montrezl Harrell et Lou Williams qui ont cumulé 98 points. Allez, on se retrouve la semaine prochaine pour un Wizards – Jazz. Et bonne année.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top