Warriors

D’Angelo Russell a privilégié les Warriors aux Wolves pour la météo : on croise les doigts pour un réchauffement climatique plus rapide du côté de Minnesota

D'Angelo Russell

Pourtant, avec 27 millions de dollars la saison, tu peux décemment payer tes factures EDF.

Source image : YouTube

D’Angelo Russell était free agent protégé cet été. Les Nets pouvaient s’aligner, mais en voyant Kyrie Irving et Kevin Durant débarquer, il n’y avait pas de raison pour Sean Marks de garder le jeune guard. DLo a donc pu tester le marché, et du haut de ses 23 ans et d’une moyenne de 21 points et 7 assists l’an passé, plusieurs équipes s’étaient positionnées sur le dossier. Minnesota faisait partie des candidats pour signer le meneur, mais ils n’ont pas pu rivaliser avec… la météo de la Bay Area.

L’amitié entre D’Angelo Russell et le pivot Karl-Anthony Towns n’est plus à prouver au sein du paysage NBA. Les deux joueurs draftés respectivement en deuxième et première position de la Draft 2015 s’apprécient, et leur futur connexion au sein d’une même équipe a été évoquée à de nombreuses reprises. Ce doux souhait fictif aurait pu se matérialiser cet été. Les arguments pour convaincre D’Angelo de rallier l’uniforme des Wolves étaient nombreux, à commencer par son pote au poste 5 donc. L’idée d’un pick-and-roll entre Russell et Towns pour les années futures était très alléchant. Autre bon point pour la franchise du Minnesota, l’intégration au sein du coaching staff de Pablo Prigioni en tant qu’assistant. La relation entre l’ancien meneur à la retraite et l’actuel guard All-Star est en effet très bonne. Les deux hommes avaient évolué ensemble aux Nets lorsque Prigioni était assistant coach. C’est finalement une raison assez originale évoquée pour Chris Hine du Minneapolis StarTribune, qui a fait pencher la balance vers Golden State, où Russell est arrivé dans le cadre d’un sign & trade impliquant Kevin Durant.

« Je pensais que l’opportunité ici était superbe (le fait de rejoindre les Wolves, ndlr). […] C’était réellement quelque chose que je considérais fortement. Mais quand cette opportunité est arrivée (les Warriors, ndlr), la météo est tellement meilleure, donc cela m’a aidé.

J’ai vécu mon premier hiver à New York et c’était dur. Donc le fait d’avoir l’opportunité d’aller quelque part où il fait chaud, je pense que ça a joué un rôle majeur dans mon plan. »

Le meneur originaire du Kentucky avait passé ses deux premières saisons chez les Lakers et avait profité en conséquence du soleil californien. L’argument du talent n’a pas été le facteur déterminant dans son choix de rejoindre les Warriors. Et heureusement pour lui au vu du dramatique début d’exercice 2019-20 de son équipe. Mais malgré le désastre collectif, D’Angelo a nettement amélioré ses statistiques personnelles, avec 24,3 points par match, 6,7 assists et 3,6 rebonds. Le meneur a d’ailleurs tapé son record au scoring en carrière il y a une dizaine de jours, avec un très gros 52 points face aux… Wolves bien entendu !

D’Angelo Russell continue de son côté sa très bonne ascension individuelle dans une équipe totalement fantomatique. Les Warriors sont dos au mur, et pourraient envisager le trade (à partir du 15 décembre) de leur petit nouveau dans le but de récupérer éventuellement du pick de draft ou autre matériel intéressant. Avec les absences de Klay Thompson et Stephen Curry, entre autres, Golden State a déjà quasiment tiré une croix sur cette saison, et l’idée d’échanger DLo se murmure dans la Ligue. 

Source texte : StarTribune

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top