Grizzlies

Ja Morant termine le boulot au buzzer face aux Hornets : le match était dingue, je répète, ce Hornets – Grizzlies était dingue

C’est aussi pour ce genre de matchs qu’on se lève la nuit, ou qu’on ne se couche pas, peu importe à quelle heure vous dormez. Ou a quelle heure vous ne dormez pas d’ailleurs. Charlotte Hornets, Memphis Grizzlies, deux franchises sans grandes ambitions de Playoffs cette saison mais deux équipes qui envoient clairement du jeu depuis la reprise, et ça ? J’achète. Et ça ? J’achète. Parce qu’ici on aime les joueurs généreux, TF1 private joke.

Et comme prévu, une fois de plus, Lolotte comme Fifisse nous auront offert un sacré pestacle. En premier lieu ? Le premier véritable réveil de Terry Rozier, débarqué cet été en provenance de Boston pour jouer les franchise players, ouch, et qui a égalé cette nuit son career high au scoring avec 33 points (à 13/21 dont 7/12 de la haie), en gardant pendant très longtemps ses Frelons dans le match. A ses côtés ? La surprise de ce début de saison, Devonte’ Graham, lancé cette nuit dans le cinq de départ en raison de l’absence de Dwayne Bacon, satanée charcuterie avariée. Devonte’ qui aura globalement pas mal galéré dans ce match et qui aurait néanmoins pu repartir de la salle en héros après un énorme trois dans le money time, mais on ne tardera pas à vous expliquer pourquoi il est finalement reparti la queue et l’apostrophe entre les jambes. Mais que cette équipe de Charlotte est appréciable, et à défaut d’être vraiment talentueuse… qu’est-ce qu’elle se bat… Nouveauté du jour d’ailleurs pour James Borrego, un Malik Monk enfin tranchant en sortie de banc, et des rotations qui pourraient donc devenir vraiment intéressantes à tous les postes, si l’on part du principe évidemment que Cody Zeller est à peu près aussi intouchable dans la raquette que Lionel Messi au Barça.

Mais aujourd’hui les Hornets seront finalement tombés sur plus forts qu’eux, comme souvent du coup, avec la venue de Grizzlies eux-aussi fort décomplexés en ce début de saison. Un petit Valanciunas par-ci, un Jae Crowder par-là, et tout autour des gamins sacrément excitants à voir évoluer et progresser. Un Jaren Jackson Jr. qui doit encore trouver ses marques et qui a servi cette nuit le service minimum, un duo Guduric – Brandon Clarke dans les ailes qui n’en finit plus d’étonner et qui a encore montré face à Charlotte que le banc des Oursons était une vraie force, et donc, surtout, un Ja Morant qui s’impose peu à peu comme le meilleur rookie de sa cuvée, en tout cas sur ce qui est démontré sur les parquets depuis bientôt un mois. Déjà clutch face aux Nets d’un Kyrie Irving contré dans le money time, le n°2 de la dernière Draft a donc récidivé cette nuit, non content d’avoir déjà été diablement solide tout au long du match avec ses 23 points et 11 passes (record en carrière au caviar shop). Cette nuit c’est grâce à un drive dans le trafic que la nouvelle star du Tennessee donnera finalement la victoire aux descendants d’Elvis, puisque le petit n’en a apparemment rien à secouer d’avoir trois défenseurs sur le dos au moment de tuer un match. Une preuve de plus de ses immenses capacités athlétiques, évidemment, mais une preuve aussi concernant le mental du garçon, qui n’aura carrément jamais pris le temps de se cacher au moment de nous indiquer à tous qui est le patron.

Énorme finish pour les Grizzlies, énorme finish pour Ja Morant, un soupçon de trashtalking pour épicer tout ça et let’s go, on vous informe que le train Ja Morant va prochainement quitter la gare et qu’il faudra se battre pour monter à bord. Et dire que le gamin n’a que dix matchs NBA dans les pattes…

stats Hornets 14 novembre stats Grizzlies 14 novembre

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top