Nets

Kyrie Irving et Brandon Ingram en mode All-Star Game : 40 pions pour la baguette de NOLA, 39 pions et la win pour Uncle Drew

Ce Nets- Pelicans s’annonçait comme une orgie offensive digne de nos plus grands All-Star Games contemporains. Deux attaques de feu drivées par deux hommes en très grande forme mais surtout deux défenses claquées au sol pour leur permettre une nouvelle mixtape ? Tiens, 260 points en cumulé, on l’avait pas vu venir DU TOUT.

Les début de saison des Pels et des Nets se ressemblent finalement pas mal. Ils se ressemblent car ils sont… décevants. Pas forcément étonnant pour New Orleans car on parle là d’une équipe jeune, sans repères tel un album de Sniper, et privée pour l’instant de celui censé s’affirmer comme la figure de proue de la franchise. Un peu plus dommageable pour les Nets, eux qui peuvent compter depuis deux semaines sur un Kyrie Irving complètement possédé mais pas encore tout à fait le leader que Brooklyn attend. mais soyons patient. Un autre point commun entre les équipes de Kenny Atkinson et Alvin Gentry ? Une défense aux airs de gros bloc d’emmental, avec toute la NBA qui s’insère dans les trous afin d’y planter tentes et buckets. Deux défenses poreuses ua possible donc, et un match qui a validé le constat de début de saison, avec en tête d’affiche deux hommes s’étant livré un duel dantesque. D’un côté Brandon Ingram, auteur d’un magnifique début de saison (23,5 points, 7,5 rebonds et 4,2 passes) et de l’autre Kyrie Irving, tout simplement incandescent depuis son arrivée chez les Nets (30,5 points, 6,5 rebonds et 7,5 passes). Deux hommes qui s’annonçaient donc comme les fers de lance du match de la nuit, et vous vous doutez bien que ni Rodion Kurucs ni E’Twaune Moore ne sont venus pour enrayer le duel annoncé…

  • Brandon Ingram : 40 points à 17/24 dont 1/3 du parking de la maigreur et 5/5 aux lancers, 5 rebonds, 5 passes et 2 steals
  • Kyrie Irving : 39 points à 13/21 dont 2/6 du parking de l’usine Pepsi et 11/11 aux lancers, 4 rebonds, 9 passes et 3 steals

Symphonie de shoots rendus faciles par le talent des deux garçons, bien aidés par une défense bien stérile, d’un côté comme de l’autre. Phil le filiforme allait donc chercher son career high au scoring, slalomant ainsi durant tout le match entre un Jarrett Allen qui chasse les mouches ou un Joe Harris qui n’essaie même pas de les chasser alors que Kyrie Irving profitait le plus souvent de sa match-up avec un… Brandon Ingram pas assez rapide pour suivre le meneur des Nets. Mais en même temps, qui peut vraiment l’être… L’ancien Laker aura même l’occasion de faire revenir les Pels sur les talons de leur hôte en fin de match, mais globalement ce sont bien les hommes de Kenny Atkinson qui auront géré leur bail de bout en bout, malgré la nouvelle démo de l’ailier aux allures de Dhalsim amélioré.

Un vrai duel à l’épée, finalement remporté par celui qui devra porter les Nets seul en attendant le retour d’un certain Kevin. Bilan individuel parfait juqu’ici, collectif un peu moins mais Paris ne s’est pas fait en un jour. Mais attention tout de même, car ce ne sera pas opération portes ouvertes tous les soirs.

plicans stats 5 novembre nets stats 5 novembre

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top