Jazz

Joe Ingles met la daronne à l’abri : un an et 14 millions de plus sur le contrat, on peut donc attaquer la saison sereinement

Joe Ingles

Joe Ingles boira donc des bols dans l’Utah jusqu’en 2022.

Source image : YouTube

Durant cette nuit de prolongations en NBA, les rookies de la cuvée 2016 ne sont pas les seuls à avoir vu leur tirelire se remplir. Joe Ingles se met également bien jusqu’en 2022 avec un petit supplément d’une année et 14 millions, on appelle ça une récompense pour services rendus à la nation.

On aura donc vécu cette nuit deux destinées différentes pour les deux Slow-Mo Joe de la NBA. Car si l’ancêtre Joe Johnson s’est vu signifier la fin de son aventure avec les Pistons, Joe Ingles a pour sa part ouvert le champagne hier soir. Lié à sa franchise jusqu’à la fin de la saison prochaine à l’issue d’un deal qui lui offrait, en 2017, un peu plus de 52 millions sur quatre ans, l’ailier australien et futur patron de la second unit (12,1 points, 4 rebonds et 5,7 passes la saison passée) s’est donc entendu avec ses dirigeants pour une saison de plus à 14 millions, ce qui sera donc l’année la plus fructueuse de sa carrière alors qu’il approchera dangereusement des 35 ans. Car première nouvelle, non Joe Ingles n’a pas 44 ans. Grande nouvelle pour le joueur, belle nouvelle également pour une franchise qui nourrit de grosses ambitions à court/moyen terme, bref rien d’illogique à ce mariage attendu, mariage que l’intéressé aura sans doute déjà bien consommé dans la nuit autour de quelques bonnes pintes de bonheur.

Après une arrivée en NBA sur la pointe des pieds (Jojo n’a pas été drafté), le truculent ailier bossu est rapidement devenu l’un des chouchous du Jazz de par son air de ne rien y toucher, mais surtout grâce à un… toucher parmi les plus soyeux de toute la Ligue. Espèce de Manu Ginobili mais avec le physique de Garou, Joe Ingles se démarque depuis maintenant quatre saisons par sa roublardise, son QI Basket, sa clutchitude, mais également grâce à une tronche qui n’est pas sans rappeler aux fans leur pote Gégène, ce mec que vous trouverez tous les matins au Balto en train de s’envoyer des verres de rouge bon marché. Parce ce que c’est ça Joe Ingles : un joueur de basket magnifique, point central de la progression récente du Jazz, mais également ce garçon à la tronche attachante, au physique lambda et possédant une histoire de vie faisant qu’on a envie… bah de lui faire des câlins.

On part donc sur un câlin à 14 millions, preuve de plus de l’importance de Joe pour le Jazz d’Utah. Car on ne sait pas où le bonhomme sera dans deux ans mais ce qui est sûr, c’est qu’aujourd’hui Joe Ingles mérite le contrat qu’il a signé hier soir. Allez, au boulot parce que demain soir y’a match, mais tout d’abord finis ton verre, parce que la vie est une fête.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top