Raptors

Chris Boucher a kiffé le training camp des Raptors au Québec : le Canadien a repris des forces à la maison

Avant de décoller pour le Japon afin d’y affronter les Rockets à deux reprises à la Saitama Super Arena de Tokyo, les Raptors ont effectué leur traditionnel training camp au Québec la semaine dernière. L’occasion pour le local de l’étape, Chris Boucher, et les champions en titre de tester leur cote de popularité dans une autre région du pays.

La pré-saison de Toronto vient officiellement de débuter à l’occasion des NBA Japan Games 2019 organisés dans la capitale nippone. De quoi parader fièrement avec un petit trophée Larry O’Brien brodé sur le col du maillot pour la première fois depuis l’obtention du titre par Kawhi Leonard et les siens il y a déjà presque quatre mois. Mais bien que ce voyage soit important, ce n’est rien à comparé avec le training camp qui se déroulait à l’Université de Laval à Québec la semaine dernière. Comme on a pu le voir lors des derniers Playoffs, tout le pays est à fond derrière la seule franchise canadienne de NBA et les Raptors sont les seuls à avoir pu compter sur le soutien de leur 37 millions de compatriotes tout au long de la saison. Venir à la rencontre des Québécois qui n’ont pas la chance de pouvoir assister à des rencontres officielles était donc la moindre des choses. Alors forcément pour les joueurs francophones de l’effectif ce moment devient encore un peu plus spécial. C’est donc dans la langue de Molière que les fans ont pu converser avec les champions NBA tels que Pascal Siakam en bon représentant du Cameroun mais aussi Chris Boucher qui a grandi à Montréal avant de traverser la frontière pour jouer au niveau universitaire.

Les caméras d’Open Gym étaient évidemment présentent pour couvrir l’événement pour les réseaux sociaux de la franchise (vidéo ci-dessus). Une belle excuse pour mettre en lumière ce programme qui nous plonge chaque semaine dans l’intimité de la franchise avec des focus et des interviews exclusives et toujours très appréciés par les fans en quête d’information sur les coulisses de la NBA. Ceci étant fait, on ne pouvait pas s’empêcher de parler un peu de Chris Boucher qui, derrière son nom de famille qui nous inspire de nombreux jeux de mots, est un joueur intéressant qui pourrait prendre plus d’importance dans les années à venir. Non-drafté en 2017, il est l’un des premiers à signer un two-way contract avec les Warriors cette année-là. Longuement blessé, il ne fera qu’une seule apparition aux côtés de Kevin Durant et compagnie durant la saison mais il faisait bel et bien partie du groupe sacré en 2018. Coupé par Golden State dans la foulée, il rejoint son pays d’adoption, le Canada, où il signe un nouveau two-way contract chez les Raptors. Très bonne pioche de la part de Masai Ujiri, une de plus, puisqu’il convertira rapidement son deal en un vrai contrat tout en charcutant la concurrence en G League où il terminera MVP et DPOY 2019. Cerise sur le gâteau, il participe à deux rencontres de Playoffs et devient à nouveau champion NBA. Le seul autre joueur a avoir levé les bras ces deux dernières saison s’appelle Patrick McCaw, preuve du succès des deux hommes.

A 26 ans, le natif de Sainte-Lucie a un profil particulier et n’est pas un surdoué du basket. Mais il dispose tout de même déjà d’un palmarès plus long que les bras de Pascal Siakam et pourrait aspirer à plus cette saison. Ses nombreuses récompenses individuelles dans l’antichambre de la NBA la saison dernière et son sérieux pourraient lui ouvrir de nouvelles portes. Auteur de 27,2 points, 11,4 rebonds et 4,1 contres de moyenne en G League, il a aussi prouvé qu’il était un grand défenseur et Nick Nurse ne devrait pas se priver de ses qualités alors que son effectif a légèrement baissé de niveau durant l’été. Evidemment, l’intérieur passera derrière Spicy P, Marc Gasol et Serge Ibaka dans la rotation mais il pourrait rajouter un peu de dissuasion dans une peinture qui n’en manquait déjà pas avec les golgoths présentés juste au-dessus. Avec Lowry, FVV, Norman Powell, OG et Stanley Johnson les Raptors pourraient rapidement devenir très chiants à jouer en ne laissant aucun espace libre à leurs adversaires pour respirer. Et dans cet effectif en transition après les départs du MVP des Finales et de Danny Green, Chris Boucher peut espérer se faire une petite place dans un rôle de col bleu si apprécié par les coachs. Participer à la Coupe du Monde avec le Canada entraîné par Nick Nurse cet été aurait d’ailleurs pu être un moyen de se mettre un peu plus son boss dans la poche mais il a dû se retirer du groupe pour des raisons personnelles. Pas de panique, il devrait quand même avoir sa chance cette année.

Gros bosseur et plutôt un garçon posé dans la vie, Chris Boucher connaît son rôle à Toronto et ne va pas essayer d’en sortir. Le Canadien représente parfaitement sa franchise et on pourrait l’apercevoir de plus en plus sur le terrain cette année. Pour cela, il faudra montrer de belle choses en pré-saison et cela commence dès aujourd’hui au Japon. Mais après tout pourquoi stresser ? On parle quand même d’un double champion NBA et MVP de G League en titre.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top