Sixers

Jimmy Butler va manquer à Joel Embiid : son meilleur pote est parti prendre le soleil, encore un coup de Kawhi ça

Jimmy Butler Sixers

Allez Ben, reste plus qu’à mettre les puntos de Jimmy maintenant.

Source image : NBA League Pass

Pendant la saison estivale, Jimmy Butler a décidé d’exporter ses talents à Miami, laissant les Sixers dans une situation un peu embarrassante. Non pas que le talent soit moins présent à Philly mais la question se pose désormais pour savoir à qui passer la balle dans le clutch time et Joel Embiid a par la même occasion perdu un grand ami.

L’année dernière, les Sixers possédaient déjà une vraie armada avec potentiellement l’un des cinq majeurs les plus talentueux de toute la NBA. Avec Ben Simmons, J.J. Redick, Jimmy Butler, Tobias Harris et Joel Embiid, personne n’aimait jouer contre Philadelphie, encore moins au Wells Fargo Center. Arrivé en provenance de Minneapolis en tout début de saison, Jimmy Buckets était d’ailleurs le joker ultime de Brett Brown lors des fins de match un peu serrées pour enfiler sa cape de super-héro et finir le travail avec deux ou trois step-backs. Une capacité de finir les games qui va manquer au Process, qui avait lié des liens forts avec son ancien coéquipier comme il l’a déclaré hier dans l’émission The Jump, d’ESPN.

« C’était une grande perte parce que lui et moi, nous étions devenus très proches et nous le sommes toujours. On parle beaucoup, c’est mon gars, c’est mon frère pour toujours. J’aurais aimé qu’il fasse toujours partie de l’équipe, parce que j’ai l’impression que la relation que j’ai construite avec lui aurait pu aller loin. Quand c’était le quatrième quart, nous savions que la balle serait soit entre mes mains, soit entre celles de Jimmy. Je savais que je pouvais compter sur lui. Cette année, ça change un peu. Maintenant, d’autres gars doivent intervenir et je dois faire plus. »

C’est clair que sans lui, Coach Brown va devoir se réaligner sur un jeu beaucoup plus collectif et surtout plus grand. Avec les arrivées d’Al Horford et de Josh Richardson durant l’été, les Sixers vont quand même pouvoir compter sur de nouvelles individualités alors que Ben Simmons va devoir planter ses téjeux maintenant qu’il a l’air déter d’en tirer. Désormais, le starting five de Philadelphie devrait donc ressembler à un backcourt Simmons – Richardson, Tobias au poste 3 et Horford et Embiid dans la peinture. Ce qui, on va pas se mentir, fait pas mal de taille et va donner du fil à retordre aux raquettes adverses. Parce que là, il y a un paquet de centimètres sous la toise. Quand votre meneur fait déjà plus de deux mètres et que votre ailier-fort tape presque les 2m10, on peut dire que votre arceau peut se tenir plutôt tranquille. D’ailleurs, pour l’instant, le Camerounais préfère ne pas s’en faire pour les siens. Même sans les potos Butler et Redick, les Sixers ne devraient pas avoir de mal à se planter dans le haut de la Conf’ Est.

« Je pense qu’on devrait terminer dans le haut du classement. Évidemment, nous devons encore faire nos preuves. On a perdu une pièce importante de notre équipe en la personne de Jimmy. Il a fait beaucoup de grandes choses pour nous mais on devrait continuer d’être là-haut. Sur le papier, on a une très bonne équipe, alors c’est à nous de le prouver. »

Les Sixers seront très attendus en 2019-20 et tout le monde s’interroge pour savoir comment faire jouer tout ce beau monde ensemble. Mais si la mayonnaise prend, attention car les Finales sont clairement atteignables.

Source texte : The Jump, ESPN

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top