Dossiers NBA

La Brocante de TrashTalk, épisode 8 : les actions caritatives des joueurs en NBA, des initiatives qui se développent, pour le bien de tous

L’élève et le maître.

Source image : YouTube

C’est officiel, la canicule est passée par là et l’été est déjà bien entamé alors en attendant que la NBA reprenne ses droits dans notre quotidien, on recharge les batteries comme on peut. Entre deux matchs de Summer League pour survivre, on a même le temps d’enlever ses oeillières pour porter un regard différent sur notre sport préféré. Alors sortez vos lunettes de soleil et votre appareil à pression, TrashTalk vous accompagne en cette saison estivale avec des thèmes variés sur le monde de la grosse balle orange pour se changer un peu les idées. Allez, petit détour par la Brocante.

Les joueurs NBA gagnent beaucoup d’argent, vivent le rêve de beaucoup et parfois, viennent de très loin. On les voit s’offrir des habits de fou, partir en vacances dans des endroits de rêve, fumer leurs meilleurs cigares cubains haut de gamme mais en fait, une grande partie d’entre eux n’oublient pas leurs origines et agissent pour le bien de la communauté grâce à des associations caritatives. Zoom là-dessus.

Le système américain fonctionne très largement grâce aux fondations. En effet, le pays ne s’implique pas plus que cela dans la justice sociale et laisse les personnes les plus favorisées gérer la question par le biais de ces fameuses fondations. On le voit dans beaucoup de séries ou films américains et c’est en fait très vrai quand on observe la réalité. Quand on pense à Bill Gates par exemple, on ne peut pas zapper sa fondation et les sommes colossales qu’il investit dedans. L’année dernière, c’est Jeff Bezos qui a lancé un fond avec 2 milliards de dollars, bref c’est comme ça que ça fonctionne chez l’Oncle Sam.

Il n’est donc clairement pas aberrant que les joueurs NBA interviennent de la sorte avec des actions caritatives. Celles-ci prennent des formes multiples : fondations, donations, partenariats et interventions. La plupart du temps, ces actions ont lieu l’été, c’est pour ça qu’on en parle… pendant l’été. Le chef de file actuel de ce mouvement, c’est LeBron James, comme souvent. Dans la logique de sa gamme de vêtements avec Nike « More than an athlete », il a bâti un projet ambitieux dans sa ville natale d’Akron, la « I Promise School », à travers la LeBron James Family Foundation. L’idée ? Intégrer des enfants de milieux sociaux défavorisés en leur offrant un cadre propice au développement personnel. L’école propose par exemple des petits-déjeuners gratuits pour que chacun mange à sa faim mais également des activités sportives pour le bien-être de chacun. C’est d’ailleurs souvent un point que l’on retrouve dans ces associations-là : on loue les bienfaits du sport. Ce dernier est un vecteur d’ascension sociale et un certain nombre de joueurs se sont sortis de galères financières grâce au basket, hein Giannis.

Un autre élément à souligner est l’ouverture internationale de la NBA ces vingt dernières années. Dans cette lancée, des joueurs de tous les horizons ont rejoint la Grande Ligue et peuvent agir, à travers le monde entier, dans des actions de la sorte. On reviendra sur Joel Embiid plus tard mais il se trouve qu’il a fait partie des joueurs participant aux Africa Games. Ces trois matchs d’exhibition ont eu lieu en 2016, 2017 et 2018 en Afrique du Sud et ont opposé une équipe de NBAers d’origine africaine contre une « Team World ». L’occasion pour les joueurs d’agir sur le terrain : l’an dernier on a notamment vu les sportifs aider à transporter des pierres pour la construction d’écoles et autres infrastructures. Bref, la NBA organise, elle aussi, des actions dans ce sens-là, de quoi proposer un cadre propice à leur développement. Pour preuve, une Ligue professionnelle de basket africain est en concrétisation : la Basketball Africa League devrait voir le jour en 2020 grâce à l’investissement de la NBA et aux partenariats de sponsoring qui ont pu être trouvés. Cette idée d’intervention de la Ligue dans des affaires caritatives est dans la continuité de NBA Cares, une branche qui s’attelle à ce que les joueurs participent aux actions de cohésion sociale. Chaque année, des équipes se rendent dans des hôpitaux pour rendre visite à des enfants malades et soutiennent des associations salvatrices dans ces cas-là. Pour vous donner quelques chiffres globaux, sachez que 323 complexes ont été construits dans 40 pays pour accueillir des familles et des enfants en leur fournissant l’accès à l’école et au sport. Aussi, la NBA finance la « NBA Academy« , une organisation qui vise au développement de jeunes talents, par le biais de camps d’entraînement, à travers le monde. L’objectif est ainsi de permettre une véritable ascension sociale via le sport : une sorte de rêve américain par le sport, financé par une association.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Laying out these bricks before the season starts so I don’t miss game tying shots in the playoffs

Une publication partagée par Joel « The Process » Embiid (@joelembiid) le 4 Août 2018 à 5 :53 PDT

On a choisi aujourd’hui de faire un zoom sur la fondation Arthur Embiid & Angels, qui agit au Cameroun sous l’impulsion de la star et franchise player de Philadelphie, Joel Embiid. Son petit frère Arthur a été renversé par une voiture à l’âge de 13 ans et il choisit donc d’utiliser son nom pour sa fondation. L’objectif de cette dernière est d’aider les enfants défavorisés du Cameroun, pays natal de Joel, en leur apportant des moyens financiers et matériels. En partenariat avec UNICEF, cette association cherche à apporter de l’aide dans trois domaines : le sport, la santé et l’éducation. Les deux derniers points sont évidemment essentiels et on a vu que les basketteurs aiment bien donner une dimension sportive à leurs actions, eux qui s’en sont sortis de cette manière-là. Joel profite donc très souvent des étés pour donner de la visibilité à cette fondation en se rendant sur place et en agissant pour le bien de sa communauté.

La liste des joueurs qui agissent pour le bien de tous est longue, et c’est clairement un point positif à souligner. La NBA est une machine à dégager de l’argent et c’est le juste retour des choses que ses bénéficiaires agissent pour les plus démunis. Ils ne sont toutefois jamais obligés de le faire et on tire donc notre chapeau à ceux qui donnent de leur temps et de leur argent pour le bien d’un plus grand nombre.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top